Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Zhang Xin : rencontre avec une milliardaire autodidacte made in China

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Octobre 2013, 04:35am

Catégories : #BIOGRAPHIE-DES-RICHES

À 15 ans, elle vivait dans un bidon ville hong kongais. Aujourd’hui, et depuis 5 ans, elle figure au palmarès Forbes des 100 femmes les plus influentes de la planète. Zhang Xin, 48 ans, qui est aujourd’hui à la tête d’une des plus grands groupes immobilier chinois, raconte son étonnant parcours et témoigne au passage de la place de plus en plus grande qu’occupent les femmes dans la société chinoise. Une interview réalisée par Pauline Chiou pour l’émission « Leading Women » de CNN International.

Pauline Chiou : Parlez-nous un peu de votre enfance à Pékin.

Zhang Xin : Je suis née et j'ai grandi dans cette ville qui était très calme. Il n'y avait ni voitures, ni magasins, ni lumières, ni machines... Les gens circulaient simplement à vélo. C'est le Pékin que j'ai connu jusqu'à mes 14 ans. Ensuite, j'ai déménagé. Lorsque je suis revenue 15 ans plus tard, la ville avait vraiment changé et était devenue telle que vous la connaissez aujourd'hui.

P. C. : À cette époque, saviez-vous ce que vous vouliez faire dans la vie ?

Z. X. : Non. Évidemment, je voulais partir. Je voulais quitter l'usine. En tant que nouvelle immigrante chinoise à Hong Kong, je n'avais reçu aucune éducation ni formation et je ne parlais même pas la langue ou le dialecte local, le cantonnais. C'était très difficile pour moi de vivre à Hong Kong. En outre, la ville de Hong Kong était également très différente de ce qu'elle est aujourd'hui. Hong Kong était une place industrielle. On y fabriquait des jouets, des vêtements et du matériel électronique. Par conséquent, j'ai juste accepté un poste d'ouvrière et je suis passée de petite usine en petite usine.

P. C. : A cette époque, en grandissant, vous avez reçu une certaine éducation. Pressentiez-vous que vous alliez réussir d'une façon ou d'une autre ?

Z. X. : Non, non. En fait, je ne suis pas capable de faire des projets à si long terme. On peut faire quelques projets à court terme, comme lorsque je vivais à Pékin et que je suis partie à Hong Kong. C'était un grand changement. Quand j'étais à l'usine, quitter l'usine pour aller étudier en Angleterre a également été déterminant. Ensuite, travailler à Wall Street après mes études n'a pas été facile. Enfin, quitter Wall Street pour retourner en Chine fut un choix personnel. La plupart des gens ne faisaient pas ce choix, à l'époque.

P. C. : Beaucoup de gens disent que pour réussir, il faut d'abord échouer. Avez-vous rencontré beaucoup d'obstacles sur votre route et avez-vous souvent échoué ?

Z. X. : Tous les jours. Je pense que c'est la vie qui veut ça. On rencontre toujours des obstacles, des difficultés ou des problèmes et dans ce domaine, il semble qu'on ne s'en sorte pas trop mal, même si nous relevons toujours des défis chaque jour.

P. C. : Selon vous, qu'est-ce qui est le plus dur dans votre secteur, celui des promoteurs immobiliers mais aussi des femmes directrices d'entreprises ? Quels sont les plus gros défis à relever ?

Z. X. : En réalité, le fait d'être une femme active en Chine comporte deux aspects. D'un côté, des informations nous apprennent que dans les zones rurales, on abandonne et on tue les bébés filles. Le ratio femmes/hommes au sein de la population n'est pas équilibré. C'est une chose que l'on entend et bien entendu, c'est vrai. Mais d'un autre côté, il suffit de regarder la ville pour voir qu'un grand nombre de femmes entreprennent et s'en sortent très bien. La Chine est la combinaison de ces deux aspects. C'est la Chine d'après la Révolution culturelle. Mao avait déclaré que les femmes portent sur leurs épaules la moitié du ciel. Le statut des femmes dans la société en a été libéré, en quelques sortes…

P. C. : Forbes a établi sa liste de femmes milliardaires autodidactes pour 2013. C'est la Chine qui en compte le plus. En effet, cinq d'entre elles sont chinoises, et une est hongkongaise. Qu'y a-t-il donc en Chine et chez les femmes de votre génération pour qu'elles atteignent ce niveau de responsabilités ?

Z. X. : Je pense que les femmes de notre génération ont traversé la Révolution culturelle, ont traversé les épreuves, ont surmonté le fait de ne partir de rien et soudain, elles ont vu que de formidables opportunités sont données à la Chine. Les femmes ont simplement saisi ces opportunités. À cet égard, je pense qu'on offre plus d'opportunités aux Chinoises qu'aux autres et que c'est pour cette raison qu'on y trouve plus d'autodidactes milliardaires et de femmes milliardaires qu'ailleurs dans le monde.

P. C. : Vous êtes mère de deux fils. Comment trouvez-vous votre équilibre de vie ?

Z. X. : Je m'occupe beaucoup de mes enfants. En fait, je mets un point d'honneur à prendre mon petit déjeuner avec eux tous les matins, à dîner avec eux tous les soirs et à passer tous les week-ends pendant lesquels je ne travaille pas avec eux. Donc, quand je ne travaille pas, je suis toujours avec eux. Je leur dis toujours au revoir lorsqu'ils partent à l'école et j'assiste à tous leurs matchs et à toutes leurs compétitions sportives. C'est cela qui est important. Je passe aussi une grande partie de mes soirées avec eux. Je rentre du travail et après le dîner, on s'assoit ensemble et on se penche sur leurs devoirs. Mes enfants ont besoin d'aide. Je les aide et j'aime ça. Je pense que c'est ce qu'il y a de mieux dans la vie en dehors d'une carrière. J'adore faire ça.

CNN - Source

Commenter cet article

Archives