Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Qu'est-ce qui pousse les hommes à devenir gynécologues?

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Avril 2014, 06:16am

Catégories : #HOMME-FEMME

Incroyable mais vrai, ce n'est pas seulement pour voir des femmes toutes nues tous les jours.

gynecologue.jpg

 

Interrogés sur Reddit, des médecins qui ont choisi de se spécialiser en gynécologie expliquent pourquoi, et leurs réponses pourraient vous surprendre. Comme le fait remarquer un internaute, "je venais sur ce sujet pour lire des histoires un peu salaces, mais je repars ému".

"Je n'aurais jamais cru devenir gynécologue", raconte un docteur. "Mais j'ai énormément apprécié mon stage dans ce service. C'est un boulot varié et amusant, surtout les accouchements. Et aussi, je trouve ça sympa d'avoir des patientes qui sont généralement en bonne santé."

C'est de famille parfois. "Mon père était gynécologue et quand on lui demandait pourquoi il avait choisi cette voie, il disait que c'était ce qui le rendait le plus heureux, parce que l'on s'occupe de la vie des gens, tandis que dans d'autres spécialités, on essaie d'éviter la mort."

Des médecins qu'on n'oublie pas. "Cela fait plus de dix ans que mon grand-père est retraité, mais on l'aborde encore parfois dans la rue pour lui dire: Hey! Tu as aidé ma mère à accoucher!"

Un autre internaute confie: "Je suis actuellement en stage gynéco et j'adore, beaucoup plus que ce que j'aurais pu penser. Voilà pourquoi: il n'y a rien de plus beau qu'un accouchement. Faire partie de ce moment si spécial auprès d'une famille est une expérience profonde et une leçon d'humilité. En plus, nos patientes mènent généralement une chouette vie qui s'améliore encore grâce à nous."

En quoi cela a changé leur vision des femmes? "J'ai beaucoup de respect pour elles", répond un docteur. "Un souci gynéco peut être très dur à vivre pour une femme, physiquement et émotionnellement. Et elle peut se sentir isolée. J'ai des patientes qui me confient davantage de choses qu'à leur mari. J'aimerais vraiment qu'elles puissent parler de ça plus librement." 

Source

 

 

Commenter cet article

Archives