Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


On pourrait guérir du diabète avec nos propres cellules

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Avril 2014, 04:41am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

diabete-4.jpeg

Le traitement du futur pour guérir définitivement du diabète pourrait bien être nos propres cellules. Dans une récente étude parue dans la revue Nature, des chercheurs de la Fondation des cellules-souches de New York (NYSCF) expliquent être parvenus à produire des cellules productrices d'insuline grâce au clonage. Un espoir pour les patients diabétiques, dont l'organisme ne sécrète pas correctement cette hormone indispensable pour réguler le taux de glucose dans le sang. A terme, cette technique peut être utilisée pour développer des thérapies personnalisées.

 

"En reprogramment ces cellules, nous avons fait un pas de plus vers le traitement de patients diabétiques grâce à leurs propres cellules productrices d'insuline", a commenté Dieter Egli, qui a dirigé l'étude. L'expérience a été menée à partir de cellules de peau d'une femme adulte atteinte de diabète de type 1. Les chercheurs ont isolé leurs noyaux et les ont transplantés dans des ovocytes. Ce procédé leur a permis de générer des cellules-souches embryonnaires humaines, soit des cellules qui peuvent se transformer en tout type de cellules du corps humain (peau, cerveau, cœur, etc.). 

 

Bientôt une thérapie cellulaire ciblée ?

Ces dernières suscitent l’intérêt de nombreux chercheurs pour leur immense potentiel thérapeutique. Dans le cas présent, elles ont été utilisées pour créer des cellules dont le rôle est de produire de l'insuline. Ce n'est pas la première fois que des chercheursont recours au clonage pour créer des cellules-souches embryonnaires. Mais c'est la première fois qu'il est utilisé avec des cellules provenant d'un adulte malade dans l'espoir d'aboutir à des thérapies cellulaires. La technique dont les chercheurs se sont servis est similaire à celle qui avait donné naissance à la brebis Dolly en 1986.

"Les résultats d'aujourd'hui laissent espérer que nous aurons un jour un traitement pour cette maladie", a commenté David McKeon, porte-parole du NYSCF. Un procédé qui pourrait faire ses preuves contre d'autres maladies comme Parkinson, la dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) ou la sclérose en plaques. Mais trente ans plus tard, cette technique est toujours loin de faire l'unanimité pour des raisons éthiques : les cellules-souches embryonnaires sont controversées dans la mesure où elles entraînaient la destruction d'embryons humains. 

Source 

 

A lire aussi: 

Trois conseils pour éviter les jambes lourdes  

Le corossolier, la plante qui combat le cancer

Commenter cet article

Archives