Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les amoureux, Valerie Trierweiler et Alain Delon

Publié par MaRichesse.Com sur 12 Avril 2014, 16:53pm

Catégories : #INSOLITE

valerie-trierweiler-et-alain-delon.jpg

"La revanche des ex ”, titre “ Gala ” en couv, où l’on découvre une Ségolène Royal tout sourire et, dans une fenêtre, Valérie Trierweiler… au bras d’Alain Delon. Alain Delon, oui, carrément ! Pour “ faire le poids ” face à la toute nouvelle ministre de l’Environnement, numéro 3 du gouvernement, il faut croire qu’il fallait bien ça… A en juger par la place accordée respectivement à la mère des enfants de François Hollande et à l’ex-compagne du président, il semble pourtant que ce soit Ségolène la gagnante du match. Reste que Valérie est “ à l’affiche ” de quatre magazines quand son ex-rivale, elle, fait seulement la une de “ Gala ” et de “ VSD ” (en tout petit, cette fois, sous une photo en grand de la journaliste). Pourquoi ce soudain intérêt pour Val ? Parce qu’elle a, paraît-il, retrouvé l’amour. Et cela pile poil la semaine où Royal faisait son grand retour. Ca, pour une coïncidence…

 

Val avec Delon : le déjeuner bien orchestré

 

Mais, pour commencer, qu’est-ce que c’est que cette histoire avec Alain Delon ? “ Sa dignité dans l’épreuve a ému l’acteur, nous apprend “ Gala ”. L’ex-première dame a rencontré le monstre sacré du cinéma. Le jour de la nomination de Ségolène Royal ”. Comme le mag, “ VSD ” tique aussi devant ce qu’il est difficile de considérer comme le pur fruit du hasard : “ Delon, 78 ans, touché au cœur par l’épreuve que traversait la compagne du chef de l’Etat, a tout simplement pris son téléphone pour essayer de la réconforter, explique le journal. Une discussion qui s’est soldée par un très cordial déjeuner en tête à tête au restaurant Le Berkeley, avenue Matignon, à Paris. C’est-à-dire à quelques centaines de mètres de l’Elysée et — de surcroît — le jour-même de l’entrée au gouvernement de Ségolène Royal. Pied de nez orchestré par Valérie ? Ultime provocation d’une femme à jamais dévastée ? Pas du tout, jure la main sur le cœur le monstre sacré du cinéma français : juste un fâcheux concours de circonstances… ” Car Delon, figurez-vous, a accepté de répondre aux questions de “ VSD ”. Si c’est pas bien organisé…

 

“ Je démens par avance toute liaison ”

 

“ Pourquoi ce déjeuner avec Valérie Trierweiler ? ” demande “ VSD ”. —“ Au risque de vous décevoir, il ne s’est rien passé entre nous ! répond l’acteur. C’est vrai que j’ai été ému par ce qu’elle vivait, mais je démens par avance toute liaison (heu, merci, Alain, mais c’est pas comme si, en même temps, on y croyait). Comme tout le monde, j’ai découvert cette incroyable histoire en ouvrant mon journal, un matin à Genève. Et puis j’ai suivi de près le feuilleton. Et, comme tout le monde, j’ai été stupéfié par la violence de cette rupture. Disons que j’ai trouvé le procédé cavalier. C’est là que j’ai décidé d’appeler Valérie pour lui remonter un peu le moral. A vrai dire, elle était un peu surprise de mon appel, mais elle a finalement accepté mon invitation à déjeuner ”.

 

Alors, arrangé ou pas, ce déjeuner ?

 

—“ Comment vous a-t-elle paru lors de ce déjeuner ? ” s’enquiert le journal. —“ Touchée mais pas coulée. On peut dire qu’elle a été meurtrie par les événements, qu’elle a vraiment morflé. Cela dit, c’est une belle femme, de caractère, dotée d’une très forte personnalité et d’une grande intelligence ”. —“ Déjeuner avec elle à deux pas de l’Elysée, le jour de la passation des pouvoirs, embraye le mag, n’est-ce pas tout faire pour alimenter la rumeur ? ” —“ Les gens pensent ce qu’ils veulent, mais ce sont des conneries ! rétorque Delon. Après notre repas, je l’ai simplement raccompagnée à sa voiture. Si j’éprouve une certaine affection pour elle, notre relation est sans équivoque aucune. Quant à la date du repas, je l’avais fixée bien avant que le remaniement soit annoncé. Et puis, entre nous, si j’avais dû l’emmener pour un déjeuner en amoureux, croyez-vous vraiment que je serais allé dans ce quartier, dans ce restaurant et surtout en pleine semaine ? ” Le but était donc de faire jaser ? Hou, c’est pas clair, cette affaire ! 

Source

 

Commenter cet article

Archives