Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le cœur artificiel a lâché, le patient est mort

Publié par MaRichesse.Com sur 3 Mars 2014, 23:02pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

L'homme de 76 ans qui avait bénéficié de la toute première greffe au monde d'un cœur entièrement artificiel est décédé dimanche. 

coeur-artificiel.jpg

L'hôpital européen Georges-Pompidou de Paris (XVe) a annoncé la nouvelle ce lundi soir. «Soixante-quinze jours après l'implantation du premier coeur artificiel bioprothétique Carmat chez un homme de 76 ans souffrant d'une insuffisance cardiaque terminale, le malade est décédé le 2 mars 2014», précise l'hôpital dans un communiqué. 

 

L'établissement indique que «les causes ne pourront être connues qu'après l'analyse approfondie des nombreuses données médicales et techniques enregistrées». 

 

L'hôpital salue «la haute figure du malade»

Le patient avait reçu ce cœur artificiel conçu par la société Carmat le 18 décembre dernier. L'intervention avait été réalisée par les professeurs Christian Latrémouille et Daniel Duveau dans le service du Pr Jean-Noël Fabiani. Le chirurgien Christian Latrémouille, avait opéré pendant une dizaine d'heure à l'hôpital européen Georges-Pompidou, avec une équipe d'une quinzaine de personnes, un homme «en fin de vie».

 

Deux comités d'experts indépendants étaient chargés de la surveillance et du suivi de cette implantation. Ils devaient donner leur feu vert pour franchir les nouvelles étapes, à commencer par une seconde implantation.

 

L'hôpital Georges Pompidou précise ce lundi soir que les médecins impliqués dans les soins «désirent souligner l'importance des premiers enseignements qu'ils ont pu tirer de ce premier essai clinique, concernant la sélection du malade, le suivi postopératoire, le traitement et la prévention des difficultés rencontrées».

 

Il salue également «la haute figure du malade» qui «pleinement conscient de l'enjeu, a, par sa confiance, son courage et sa volonté, apporté une contribution mémorable aux efforts engagés par les médecins pour lutter contre une maladie en pleine évolution». 

 

Un organe fabriqué avec des tissus animaux

Développée avec le professeur Alain Carpentier, spécialiste de chirurgie cardio-vasculaire, la bioprothèse vise à pallier la pénurie de cœurs à greffer mais aussi à apporter une solution aux contre-indications à la transplantation (antécédent de cancer par exemple).

 

Ce coeur artificiel, à armature de plastique dur comme le métal, reproduit la physiologie de l'organe normal avec ses deux ventricules et ses battements, à l'aide de moto-pompes et d'un système électronique embarqué extrêmement sophistiqué.

 

Pour éviter le problème de formation de caillots auquel se sont heurtés des modèles concurrents, des biomatériaux éprouvés dans les valves cardiaques, inventées il y a trente ans par le Pr Carpentier et vendues dans le monde entier, sont utilisés. Il s'agit de tissus animaux traités chimiquement pour éviter le rejet. Grâce à ces tissus, «les malades n'ont pas besoin d'anticoagulants», avait affirmé le Pr Carpentier.

 

Le prix de ce cœur à batterie externe est de l'ordre de 160 000 €. 

La Parisienne

Commenter cet article

Archives