Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Kaaris vs Booba : un clash honteux qui annonce la fin de règne du Duc de Boulogne

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Mars 2014, 07:24am

Catégories : #VIDEO

Kaaris-vs-Booba.jpg

Kaaris a mis le feu aux poudres lors de son passage dans l'émission Planète Rap diffusée sur Skyrock. Actuellement en promotion pour son album "Or Noir Part II", le MC originaire de Sevran a lâché unepunchline assassine adressée aux prétendants au trône du rap game :

 

"Tu es numéro 1, je n'ai pas le choix, je vais attendre que le soleil soit assez haut dans le ciel pour que tous me voient tuer le roi."

 

Pour la plupart des observateurs, objectifs ou non, cette phrase vise directement son ami et mentor Booba. Des rumeurs de tensions entre les deux rappeurs circulaient depuis quelques mois sur la toile mais Kaaris les avaient publiquement démenties. Booba, furieux car touché dans son égo désavoue son protégé sur Instagram en promettant de le ramener dans le trou d'où il l'a sorti.

 

Compte Instagram de Booba

 

Ce nouveau clash prouve tout simplement qu'il y a peu d'amitiés dans ce rap game où seuls les intérêts comptent. Doit-on trahir les siens pour obtenir plus de succès et de reconnaissance ? Cette question existentielle est au coeur de l'affrontement qui oppose deux artistes qui offrent au public un spectacle de la comédie humaine des plus pathétiques.

 

La culture du clash

 

La culture du clash existe dans le rap depuis toujours. Cette rivalité existe également chez les danseurs ou les Djs qui s'affrontent de manière fair play pour prouver leur domination artistique sur l'autre. Mais ces rivalités ont dégénéré à cause du gangsta rap, plus violent et radical, qui a conduit à l'assassinat des rappeurs américains Tupac Shakur et Notorious B.I.G. à la fin des années 1990.

 

La compétition est saine dans le rap tant qu'elle reste au niveau musical. Chaque rappeur a le droit de prouver qu'il est le meilleur et de revendiquer la position de numéro 1 dans sa catégorie. L'arrivée d'internet et des réseaux sociaux a modifié les règles du clash puisqu'ils sont désormais utilisés comme outils promotionnels. Le clash est aujourd'hui un argument marketing où la carrière des artistes est en jeu.

 

En commercialisant son titre "AC Milan" où il s'attaquait ouvertement à ses concurrents La Fouine et Rohff, Booba est entré directement numéro 1 des ventes sur iTunes. Les médias suivent la tendance et offrent une vitrine certaine aux rappeurs en quête de reconnaissance.

 

Ces artistes sont encouragés par leur maison de disques à créer un buzz autour de leur sortie d'album pour assurer une rentabilité à moindre coût. Tout le monde y gagne : les artistes, les producteurs, les médias et le public qu'il faut conquérir à n'importe quel prix.

 

 

 

Une amitié brisée

 

Une chose est certaine : Booba et Kaaris n'avaient pas besoin d'entrer en guerre pour exister. Ils ont collaboré ensemble à plusieurs reprises et une complicité s'était installée entre eux. Ils auraient dû régler leurs différents en privé, comme font tous les amis qui s'estiment mutuellement. Ce qui m'a peiné c'est l'amitié brisée, jetée en pâture aux chiens.

 

Dans un sens, les rappeurs ne sont pas plus à blâmer que les élites politiques qui n'ont pas toujours un comportement exemplaire. Le rap est à l'image de la société, où le niveau socio-culturel est en chute libre à cause notamment de l'effondrement du niveau scolaire. Je trouve ce clash ridicule et pitoyable. Il fait honte à voir. Booba désavoue son protégé qu'il a lui même mis en lumière un an auparavant avec le titre "Kalash".

 

 

Kaaris donne quelques éléments de réponse concernant sa phrase qui, selon lui, ne visait personne en particulier :

 

"Quand je rappe, j'attaque tout le temps, c'est ma marque de fabrique, la compétition. Le public de Rohff aurait pu dire que je parle Rohff, celui de La Fouine que je parlais de La Fouine, celui de Maître Gims que je parlais de Gims puisque c'est le numéro 1 en terme de vente. On est d'accord là-dessus. Pourquoi eux n'ont-ils pas répondu ?"

 

Skyrock a clairement sa part de responsabilité dans ce clash qu'elle doit assumer. De plus, la station a perdu des parts de marché face à la concurrence du groupe NRJ sur le rap.

 

 

 

L'escalade de la violence à ne pas franchir

 

Il est nécessaire avant tout de rappeler au lecteur qu'il existe plusieurs courants dans le rap français. Booba, Rohff, Kaaris ou La Fouine font du rap égotrip c'est-à-dire du rap de divertissement.

 

À l'opposé, le rap conscient, représenté par des rappeurs comme Kery James, Medine ou la Rumeur, se désolidarise philosophiquement des clashs. Mais ce courant du rap, fondé sur la pertinence des textes, peine aujourd'hui à s'exposer dans les médias de masse et, par conséquent, à toucher le grand public.

 

Lorsque le clash tourne à l'affrontement physique, on sort du jeu. Il doit rester avant tout artistique. Mais les rappeurs subissent la pression. D'un côté, la rentabilité ; de l'autre, la crédibilité.

 

La fin annoncée de Booba ?

 

Pour une partie du public, Kaaris a détrôné Booba. Non pas sur les chiffres de vente, mais sur la performance musicale et sur la crédibilité qui vient de la rue. Certains, comme Rohff, estiment que Booba a volé la culture des quartiers dont il n'est pas vraiment issu. Alors sans doute que Kaaris commençait à sérieusement lui faire de l'ombre...

 

Enfin, les albums de Kaaris "Or Noir Part I et II" ont reçu un accueil plus que favorable de la part des critiques, contrairement à "Futur 2.0" de Booba, qui divise.

 

Pour ma part, ces clashes à répétition sont annonciateurs de la fin du règne du Duc de Boulogne sur le rap français. Il doit s'en aller tête haute sans livrer l'album de trop, le clash de trop et laisser la nouvelle génération s'installer sans franchir l'escalade de la violence. 

Source

Commenter cet article

Archives