Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Côte d'Ivoire: Guillaume Soro avoue le meurtre de 60 gendarmes «exécutés» à Bouaké

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Avril 2014, 14:24pm

Catégories : #NEWS

L’affaire des 60 gendarmes exécutés à Bouaké (centre) pendant les heures chaudes de la rébellion en 2002 a refait surface dans les medias d’opinions ivoiriens.

Guillaume-Soro.jpg

L’ancien secrétaire général de l’ex Mouvement patriotique de Côte d’Ivoire (MPCI), Guillaume Soro dont les éléments sont accusés à tort ou à raison d’être responsables de ce massacre donne sa version des faits sur son site personnel.

 

Selon l’actuel président de l‘Assemblée nationale, tout en reconnaissant les morts de ces gendarmes, récuse la thèse d’exécution comme l’opinion l’a laissé entendre depuis plus d’une décennie, mais soutient que ces derniers ont été tués au combat.

 

« Il a d'abord été question de gendarmes abattus en Octobre 2002 à Bouaké. Même si, à l'époque des faits, je ne m'étais pas encore échappé d'Abidjan, j'affirme nettement que la relation des faits est inexacte», aurait expliqué l’ex patron de la rébellion comme rapporté par son site , avant de poursuivre : « En réalité, certains gendarmes se sont rendus dès notre arrivée. Bien loin de les exécuter expéditivement, nous les avons présentés publiquement à la presse internationale. Certains ont été libérés tout de suite. D'autres ont rejoint nos rangs. Un troisième groupe, en revanche, a réussi malgré nos gardes à s'emparer d'armes et reprendre le combat au moment où nos positions étaient attaquées par le Sud. C'est parmi ceux-là qu'il faut déplorer des victimes.»

 

Rappelons que, lors de l’éclatement de la guerre en Côte d’ivoire en septembre 2002, plusieurs éléments des ex forces de défense et de sécurité (FDS) avaient perdu la vie dans des combats et d’autres dans des exécutions sommaires comme l’ont relevés plusieurs rapports de l’ONU et des organisations internationales.

 

Notons pour finir que, cette révélation faite par l’homme qui aspire gouverné le pays après le départ d’Alassane Ouattara du pouvoir en 2020( ?), nul doute que les parents des victimes seront appréciés dans une Côte d’Ivoire qui veut se réconcilier avec tous ses fils et filles. 

Source

Commenter cet article

Archives