Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Ce qu'il faut savoir des 1% les plus riches et la fin du monde

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Novembre 2013, 16:32pm

Catégories : #IMPORTANT

Ce-qu-il-faut-apprendre-des-1--les-plus-riches-et-la-fin-du.jpg

« Les sociétés humaines complexes, y compris la nôtre, sont fragiles. Elles sont tenues par un filet invisible de confiance mutuelle et de coopération sociale. Ce filet peut se rompre facilement, avec pour conséquence une vague d’instabilité politique, de conflit interne, et, parfois, un véritable effondrement social », écrit le biologiste Peter Turchin dans un article d’opinion de Bloomberg.

L’histoire montre que ces tendances déstabilisantes se développent lentement, et que leurs effets se font sentir pendant longtemps. L’empire romain, la Chine impériale et la France prérévolutionnaire ont connu de tels cycles, et l’évolution d’une trentaine d’indicateurs sur les 30 dernières années montre que les Etats-Unis sont en train d’y retourner, affirme Turchin.

Pour lui, la racine du problème remonte aux années 1970, lorsque la hausse des salaires des travailleurs s’est dissociée de la hausse de la productivité et que les salaires se sont mis à stagner tandis que la productivité continuait de progresser, intensifiant la divergence entre les 1% les plus riches, et les autres. Les inégalités sont dangereuses parce qu’elles sapent la coopération sociale et la recherche de compromis, et un affaiblissement de la coopération induit plus de discorde politique.

La hausse des inégalités permet non seulement aux riches de s’enrichir, mais elle leur permet également de se multiplier. En 1983, on ne recensait que 66.000 ménages disposant d’une fortune supérieure à 10 millions de dollars ; en 2010, on en comptait 350.000.

L'élite fortunée a tendance à être plus active sur le plan politique que le reste de la population, et elle soutient des candidats qui partagent ses valeurs. Etant donné que le nombre de représentants politiques est resté le même, cela implique qu’elle est surreprésentée dans les instances politiques, ce que Turchin appelle la « surproduction des élites ».

La multiplication des diplômés en droit est un autre signe de cette surproduction des élites. Entre le milieu des années 1970 et l’année 2011, le nombre de diplômés en droit a triplé pour passer de 400.000 à 1,2 million, alors qu’au cours de la même période, la population n’a crû que de 45%. Chaque année, les écoles de droit américaines produisent 25.000 avocats «surnuméraires » dont une grande partie ambitionne de faire de la politique. La même chose s'applique également aux détenteurs de MBA.

Les périodes d’instabilité politique de la République romaine, des guerres de religion françaises ou de la guerre de Sécession américaine ont été invariablement associés à la surproduction de l'élite. Les deux autres facteurs ont été la stagnation des niveaux de vie de la population et l’augmentation de la dette de l’Etat.

La surproduction de l’élite aiguise la concurrence des élites, ce qui sape graduellement la volonté de coopération et conduit à une polarisation idéologique et une fragmentation de la classe politique. Plus l’élite grossit, et plus la fraction de ses membres qui échoueront à parvenir aux plus hauts échelons de la hiérarchie est importante. Ces perdants en concevront du mécontentement.

Turchin prend la guerre de Sécession pour exemple. Au cours des décennies qui ont précédé la guerre, de nombreux individus ont fait fortune dans le Nord et ils nourrissaient des ambitions politiques. Mais les plus hautes instances du gouvernement (Sénat, présidence, Cour Suprême) étaient contrôlées par des Sudistes, ce qui a conduit à une polarisation politique qui a conduit à la guerre civile.

Le point central de la guerre, l'esclavage, était un mal absolu qui aurait été aboli tôt ou tard, selon Turchin, sans que cela ne se solde par une guerre civile sanglante et des centaines de milliers de morts. D’ailleurs, à la même époque, l'Empire russe a supprimé pacifiquement le servage. Pourtant, 50 ans plus tard, lui aussi est devenu la victime de troubles sociaux qui ont mené à la Révolution russe, et qui ont été induits par la surproduction de son élite.

Le débat actuel entre les Démocrates et les Républicains américains a rarement été aussi vif, et le Parti républicain est sur ​​le point d'éclater sous la pression du mouvement Tea Party. Désormais, certaines élites politiques refusent le compromis, comme dans les années 1850. Turchin prophétise que ces antagonismes mèneront à plusieurs années d’instabilité politique qui devraient atteindre un paroxysme dans les années 2020. « Et comme les sociétés complexes sont bien plus fragiles que nous le croyons, il pourrait en résulter une catastrophe quelconque. Un défaut sur les obligations américaines pourrait compter parmi les possibilités les moins effrayantes », écrit-il.

Mais cette catastrophe n’est pas une fatalité et les choses ne dégénèreront pas forcément dans la violence. Par exemple, aux États-Unis,  la tourmente des années folles et la Grande Dépression ont été résolues par la mise en œuvre des réformes du New Deal qui ont inauguré un nouveau contrat social. « Notre capacité à suivre une trajectoire similaire dépend largement de nos dirigeants économiques et politiques. Elle dépend de notre capacité à tous, riches comme pauvres, à entrevoir les dangers réels, et à les prendre en considération », conclut Turchin. 

Source 

 

A lire aussi: 

Comment vous mangez des fœtus avortés et les corps des condamnés à mort chinois sans le savoir 

Comment être jaloux des riches vous rend encore plus pauvre 

La plupart des riches du monde sont devenus riches... par hasard 

Les super riches sont les dictateurs du XXIe siècle

Commenter cet article

Archives