Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Ce qu'il faut savoir avant de commander une tablette au père Noël

Publié par MaRichesse.Com sur 19 Décembre 2013, 17:54pm

Catégories : #RELATIONS

Imaginez... vos gamins sont occupés, vous laissent tranquille mais en plus ils acquièrent des savoirs qui en feront de petits génies. Oui, eh bien, en fait, non.

LUDO-EDUCATIVE-AU-PERE-NOEL.jpg

C’est le numéro un au hit de Noël 2013, le gros cadeau bien cher qui va faire bien sous le sapin. La tablette «éducative». Les publicités nous (vous) promettent tout un univers de découvertes, d’apprentissages. Mais ces jeux éducatifs le sont-ils vraiment? L'ambition pédagogique est-elle tenue? 

Nathalie Colombier s’occupe du site Déclickids, elle a testé des tablettes par dizaines et des applis par milliers. Et d’après son expérience, les tablettes pour enfants, ce sont souvent des objets bas de gammes, technologiquement peu sophistiqués. La définition de l’écran est parfois trop faible pour que l’enfant puisse avoir un usage confortable de l’objet.

Les caméras aussi sont souvent médiocres, avec par exemple 0,3 million de pixels. Oui, ça existe encore. Cela rappelle les appareils photos pour tous petits, certes plus résistants qu’un appareil classique mais avec une définition si basse qu’on ne sait pas très bien ce qu’on photographie. Bref des tablettes au rabais. Colorées et au look (peut-être) séduisant mais pas forcément à la hauteur. En fait, les fabricants ont même carrément tendance à prendre les enfants pour des truffes et leurs parents pour des cons.

Il vaut donc mieux investir dans une version un peu ancienne d’une tablette classique avec un écran correct, acheter une bonne coque de protection, le prix sera le même. Il reste juste un petit soucis, et c’est là qu’on voit l’habileté des fabricants pour enfants: le paquet sera moins gros. Et oui, les tablettes pour enfants sont presque toutes conditionnées dans des grosses boîtes. Qui prennent de la place sous le sapin. Et à Noël, ça compte.

Et puis soyons sérieux, prévient Nathalie Colombier, ce n’est pas parce qu’il y a écrit pédagogique sur l’emballage que le compte y est! La pédagogie, c’est comme la mention «rajeunissante» sur les crèmes cosmétiques, il n’y aucune obligation à prouver ce qu’on avance!

Quels jeux? Pour quoi faire?

Vient ensuite la question des applis proposées. Souvent nombreuses pour faire riche, elles se révèlent fréquemment pauvres quand on les utilise vraiment.

Qu’est-ce qu’un mauvais jeu éducatif? En général, le premier indice, c’est qu’il est moche: les dessins sont laids, les bruits horripilants. Et puis surtout dans un «faux» jeu éducatif, les tâches sont répétitives. Et on n’y apprend rien qui dépasse le cadre des jeux. Comme dans ces applis d’anglais où l’on répète toujours les mêmes phrases. Non à 2 ans, 3 ns ou 10 ans, on n’apprend pas l’anglais en répétant une dizaine de mots. Enfin, un mauvais jeu est un jeu dont les enfants font vite le tour.

Donc, quand vous achetez une tablette pour enfant, méfiez-vous des applications qui sont incluses. Il faut vraiment les tester en magasin avec la tablette, précise Nathalie Colombier. Ensuite, on peut toujours en acheter sur le store disponible sur la tablette. Là aussi, mieux vaut vérifier sur le magasin en ligne auquel la tablette donne accès le nombre et le prix des applis accessibles.

Mais malgré un choix assez vaste, explique Bruno Devauchelle, spécialistes des Tices (technologies de l’information et de la communication pour l’enseignement) en France, nous ne disposons pas encore d’une proposition vraiment étoffée et excitante en termes de ludo-éducatif sur écrans.

Les jeux ne sont pas au niveau de ce qu’on peut trouver dans le monde réel... et quand il cite des exemples d’applications particulièrement réussies, il regarde vers les Etats-Unis: Just Grandma and me, Teddy Bear, Toca Buiders ou ce bon vieux Dr Brain...

«Les meilleurs produits sont ceux qui permettent à l'enfant d'assembler, de construire, de produire eux-mêmes à partir d'une base d'objets ou de routines. On peut aussi leur permettre de résoudre des énigmes simples ou plus compliquées.»

Enfin, ne pensez pas que cet outil servira à surmonter les difficultés scolaires que peuvent rencontrer vos enfants. D’après Bruno Devauchelle, la démarche est même contre-productive car proposer trop d’explications différentes n’aide pas l’élève dans ses apprentissages. Quand on veut soutenir son enfant, il vaut mieux essayer de coller à ce que fait l’enseignant, connaître les méthodes utilisées en classe et tenter de varier les explications en y restant fidèle.

Ce qui est un peu nouveau avec la tablette, souligne notre spécialiste, c’est que le rapport à l’écran s’individualise encore un peu plus. Et c’est, d’après lui, là qu’il faut se méfier. Un enfant jeune, avant 7-8 ans au moins, apprend rarement vraiment tout seul. La plupart du temps, il faut jouer avec lui...

N'essayez pas de vous déculpabiliser

Le jeu éducatif est un symptôme intéressant d’une parentalité paradoxale. D’abord il déculpabilise et donne l’impression de proposer quelque chose d’intéressant à son enfant. Ensuite, la proposition de sous-traitance éducative séduit. Ah, le fantasme de la machine à éduquer avec laquelle les enfants apprendraient tous seuls, plus vite et mieux. Imaginez, vos gamins sont occupés, vous laissent tranquille mais en plus ils acquièrent des savoirs qui en feront de petits génies. LA martingale éducative.

Hélas, ce n’est pas la première fois qu’on nous fait le coup et globalement ça n’a jamais vraiment marché. La télévision aussi avait des objectifs pédagogiques, si si... Dans les années 1980, les premiers ordinateurs grand public faisaient également miroiter des bénéfices éducatifs.

C’est un peu la même histoire qui se répète aujourd'hui avec des enjeux commerciaux encore plus importants. Les enfants peuvent apprendre des tas de choses avec des tablettes et des applications ludo-éducatives, surtout si elles sont de bonne qualité, mais ces apprentissages sont beaucoup plus effectifs quand ils sont guidés, au moins pour commencer, par des adultes, surtout avant 6 ans.

Louise Tourret - source 

 

A lire aussi: 

Les enfants de moins de cinq ans déjà attentifs à leur look 

7 manières scientifiquement prouvées pour mieux éduquer vos enfants 

Chers parents, crier sur les enfants ne sert à rien 

Les 11 différences entre sortir avec un homme et un enfant 

Les enfants, c'était mieux avant?

Commenter cet article

Archives