Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Cameroun: Un fantôme tue 40 personnes à Dschang

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Septembre 2013, 15:40pm

Catégories : #NEWS

 

A qui le tour? Se demandent les populations de Dschang. A l’origine, plus de 40 décès survenus en 3 mois dans des conditions hallucinantes que mystérieuses.

 

Il est 15h24 min ce mardi 24 septembre 2013 dans la ville universitaire de Dschang. Point de pluie, ni de soleil en cet après midi, mais un climat doux qui permet aux habitants de la cité de vaquer paisiblement à leurs diverses occupations. Ce cliché de quiétude apparente est inéluctablement l’arbre qui cache la forêt. Car au bout de toutes lèvres, se racontent des histoires sordides qui s’y sont déroulées avec, à chaque fois, mort d’homme. Depuis trois mois en effet, aucune semaine ne s’est achevée sans qu’on n’enregistre un ou plusieurs morts dans des circonstances peu orthodoxes dans le chef de la Menoua ou partout ailleurs dans ce département.

 

Le début de la série noire Le 19 mai dernier, le prénommé Axel, étudiant de retour d’un baptême, est froidement assassiné par une bande de personnes jusque là introuvables. Personne ne pensait que ce crime était le début d’une longue série dont certains s’achèveront par des mutilations. Mais depuis ce jour, Dschang connaitra l’une de ses plus grosse peur, suite à une succession de crimes. Et chaque nouveau crime accroît davantage la panique. Remontant au mois de mai, des sources concordantes révèlent que plus de 40 personnes ont trouvé la mort dans tout le département de la Menoua dans des conditions abracadabrantesques et ont alimenté moult rubriques de faits divers.

 

Si la mort d’un couple d’infidèles tombé dans une fosse en plein ébat sexuel dans un champ le weekend dernier fait toujours partie des conversations, la plus récente mort tragique et horrible reste cependant celle d’Armelle et Mary, lâchement poignardées en pleine journée dans leur chambre d’étudiante par un homme de la quarantaine. La conséquence de ce fait couplé aux autres est la peur permanente qui règne désormais dans la ville.

 

«À 20h, on ne peut même plus sortir. Avec tout ce qui se passe depuis quelques temps, on ne sait qui sera la prochaine victime», confie tout paniquant Simaro, un habitant de Dschang. Les morts par intoxication alimentaire lors de deux cérémonies traditionnelles à Bafou a fait que pendant les autres cérémonies, les mets concoctés sont pour la plupart boycottés. Joint au téléphone, le préfet du département confie que des mesures ont été prises de manière concertée avec les autorités traditionnelles et les forces de maintien de l’ordre.

 

Maché Njonwat interpelle les populations à plus de vigilance. Ce dernier, face à la recrudescence des crimes dans ce département qui est sous sa tutelle, relativise. «Les crimes, qu’ils soient rituels ou non ne sont pas une particularité de la Menoua. Dans toutes les grandes villes, les histoires similaires ne manquent pas», tempère-t-il. En encadré : Rappel de quelques décès horribles – Le 19 mai dernier. Le prénommé Axel, étudiant de retour d’un baptême, est froidement assassiné par une bande de personnes. – le samedi 25 mai. Constantine Meli Tchinda, 25ans, étudiante en master 1 en biologie animale à l’université de Dschang succombe de des brûlures après avoir été brulée 10 jours auparavant par un certain Jerry Ides Tepdieu Mbiakop, qui se disait son amant.

 

- Début août : quatre enfants quittent la vie après avoir consommé une décoction toxique au cours d’une cérémonie traditionnelle. – Fin août-début septembre : une dizaine de mort est enregistrée lors d’une cérémonie similaire. Tout comme les circonstances. Ces personnes sont passées de vie à trépas après avoir consommé une chair de porc injectée de formol.

 

- Vendredi 02 août 2013 : le corps mutilé d’un homme de plus de 60 ans est découvert au lieu dit Derrière les Travaux.

Source

Commenter cet article

Archives