Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Boeing 777 disparu: La réalité sur le MH370

Publié par MaRichesse.Com sur 16 Mars 2014, 12:30pm

Catégories : #IMPORTANT

avion-dans-le-ciel

Entre la nécessité de l’enquête, le manque d’expérience et de moyens des autorités de Malaisie et une approche  défaillante de la communication de crise, il est très difficile d’y voir clair dans le mystère de la disparition du vol MH370

La journée d’hier a été l’exemple parfait de cette confusion.

Il me semble donc nécessaire – une fois de plus- de redire clairement ce que l’on sait. Puis de vous livrer la dernière piste étudiée par les enquêteurs.

CERTITUDE

Première certitude : les Américains avaient raison. Comme je l’ai écrit sur ce blogue à de nombreuses reprises, les autorités US ont toujours été très sceptiques sur la piste de l’accident.

Pourquoi ? Je vais me permettre ici de reproduire un passage de mon texte de jeudi:

 Ces éléments auraient du apparaître sur les relevés de surveillance photographique et audio de leurs satellites espions. Ce qui n’est pas le cas.

Mieux encore, les Américains, grâce à leur  réseau de satellites U.S. Space Based Infrared System (SBIRS), disposent d’un système pouvant détecter les signatures thermiques en temps direct. En cas d’explosion d’un avion, SBIRS communique immédiatement les coordonnées et son image thermique. Ce qui n’a pas été le cas dans le cadre de la disparition du vol MH370

Dans le même esprit, les Américains ont toujours été prudents au sujet de l’hypothèse d’une défaillance mécanique subite et d’un écrasement dans l’océan. Et ce, avant les expéditions sur place et les photos satellite chinoises.

Pourquoi? Parce que le temps de sa chute, le vol MH370 aurait du envoyer une trentaine de signaux différents. Ce fut le cas par exemple lors de l’écrasement du vol  Rio-Paris, où 29 signaux de défaillance avaient été envoyés dans la dernière minute avant de s’abimer.  Là, rien.

En réalité, même si on a le sentiment que la piste du détournement est devenue une réalité ces dernières 24 heures, les enquêteurs US sont convaincus que c’est la seule piste valable depuis AU MOINS mardi dernier.

EXPÉRIMENTÉ ?

Les données capturés par un radar militaire Malaisien rendues publiques ces dernières 24 heures ( mais connues dans le milieu de l’enquête depuis samedi dernier !) démontrent qu’après avoir débranché les engins de communication de bord, le pilote a suivi des couloirs aériens établis, passant de borne en borne.

Un parcours qui évite soigneusement le survol des zones habitées ( pour échapper aux antennes cellulaires qui auraient capté les signaux envoyés par les portables des passagers ?) et dont la navigation a certainement été calculée sans l’aide des appareils de bords.

Conclusion ? Un pilote expérimenté pilotait le 777.

Résultat ? Les regards se tournent donc vers le pilote de l’avion… dont le domicile a été perquisitionné ( officiellement aujourd’hui pour la PREMIÈRE FOIS, mais en réalité, son domicile à déjà été visité par les enquêteurs au moins 2 fois. )

CQFD ? Pas si sûr… Du côté des Américains, la piste du pilote expérimenté prenant le contrôle du MH370 ne fait pas l’unanimité.

Les enquêteurs US sont troublés par le « comportement » de l’avion dans les minutes qui suivirent la prise de contrôle du vol et sa disparition des radars civils ( environ 45 minutes après son départ)

Là, en quelques minutes, le 777 qui volait à 35 000 pieds est monté à au moins 45 000 pour redescendre rapidement à 25 000.

Pour certains des enquêteurs, il pourrait s’agir d’une erreur de pilotage alors que le pirate tente de reprendre le contrôle sur le pilote automatique.

Une erreur d’un pilote…. NOVICE.

COULOIR

Lors de sa conférence de presse, le Premier Ministre de Malaisie a donné deux couloirs possibles empruntés par le MH 370. Un vers l’Asie Centrale, l’autre vers l’Océan Indien.

Les enquêteurs ont même publié la carte suivante pour illustrer les deux routes qui sont… totalement opposées

Color MH370 location map

 

Le Premier-Ministre a également confirmé que le  dernier signal satellite MH370 a été envoyé à 8:10, soit plus de 6 heures après sa disparition des radars.

Ce dernier signal n’est pas à l’origine de la carte ci-dessus.

La carte représente deux hypothèses basées sur la position du 777 lors du dernier signal RADARenregistré par l’armée Malaisienne.

Ensuite ? S’il n’a pas changé sa course, effectivement, l’avion a pu suivre une de ces deux directions pendant 6 heures.

Si ce n’est pas le cas, s’il a changé de cap, cette carte n’a AUCUNE UTILITÉ.

En réalité, seul le dernier signal SATELLITE du MH370, celui de 8:10 peut donner une INDICATION du lieu où se trouvait l’avion.

Et, en coulisses, c’est ce que son en train d’essayer de faire les enquêteurs.

Avec une nouvelle piste en tête.

SÉPARATISTES

Première indiscrétion – qui cela va de soit reste au conditionnel en attendant une confirmation-, les enquêteurs US sont convaincus que le MH370 a ATTERRI.

On en revient aux raisons que j’expliquais plus haut ( traces thermiques, satellites) mais aussi au mode opératoire.

Un pirate ne prend pas soin d’éviter des radars, des tours cellulaires, de continuer à piloter pendant 7 heures pour finalement venir écraser son appareil quelque part au milieu de l’océan. ( A moins de s’être perdu en vol, ce qui semble très peu plausible)

Donc si l’appareil est sur le sol, la prochaine question est de savoir où ?

Et là, deuxième indiscrétion, confirmant la fameuse carte ci-dessus, les enquêteurs s’intéressent de plus en plus à une zone autour de la frontière de la Chine et du Kirghizistan

Une zone qui inclue la province chinoise du Xinjiang.

Précision de taille puisque le  Xinjiang est le berceau de la minorité ethnique des Ouïghours… dont certains combattent la Chine depuis quelques années au sein d’une organisation…TERRORISTE.

Petit retour en arrière. Le 1 mars dernier, 29 personnes ont été tuées et 143 blessées  suite à une attaque au couteau dans la gare de Kunming.

Une attaque terroriste attribuée par Pékin aux Ouïghours du Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM)

Depuis les attentats du 11 septembre 2001, les Etats-Unis considèrent l’ETIM comme une extension en Asie Centrale de Al-Quaeda.

Ainsi son créateur et chef présumé, Abdul Haq, a été abattu par un drone au Pakistan en 2010.

Les terroristes de l’ETIM ne sont pas à leur première attaque contre la Chine. Toujours selon Pékin, ils sont également coupables d’une attaque sur la place Tiananmen le 28 octobre 2013 qui avait fait 5 morts.

Retour au MH 370…

Même s’il reste à savoir comment un 777 ait pu survoler plusieurs pays et atterrir sans être detécté, certains enquêteurs sont donc très troublés par l’idée qu’un avion détourné, contenant 153 Chinois, soit probablement dans une zone considérée comme la base du terrorisme islamisme en Asie Centrale.

ATTENTAT ? 

Pour -provisoirement- conclure, voici ce que j’écrivais il y a trois  jours :

Mais c’est un second scénario qui intéresse au plus haut point les enquêteurs américains.

Celui d’une prise de contrôle du 777 afin de le réutiliser plus tard dans un acte criminel.

Dans cette hypothèse, les pilotes (ou une équipe les ayant remplacés à Kuala-Lumpur, profitant de conditions de sécurité non optimales) auraient en quelque sorte « enlevé » l’appareil.

Les passagers et le reste de l’équipage auraient pu être privés d’oxygène assurant tragiquement un vol « tranquille » aux pirates de l’air. Puis les transmetteurs auraient été débranchés afin de faire disparaitre le MH370 des radars.

Kidnappé, le Boeing aurait alors volé pendant quatre heures jusqu’à sa destination.

Et là ? Maquillé, il pourrait devenir une « arme » pour une future opération terroriste de grande ampleur.

Aujourd’hui,  la thèse d’un Boeing transformé en super bombe volante par les terroristes de l’ETIM est loin d’être ridicule.

Au lendemain de l’attentat de la gare de Kunming, les autorités de Pékin avait comparé l’attaque avec celle du 11 septembre 2001 aux USA.

Et si cette comparaison était prématurée ? 

Source

Commenter cet article

Archives