Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Avantages et inconvénients: 10 choses à savoir sur l'épilation laser

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Avril 2014, 16:16pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

Aujourd'hui très répandue, l'épilation laser appelle certaines questions telles que la possibilité de traiter tous les types de poils ou son caractère réellement définitif. 

epilation-laser.jpg

• Qu'appelle-t-on épilation laser et comment fonctionne-t-elle?

L'épilation laser vise à détruire le bulbe du poil. Il s'agit de la région renflée, constituant la base du poil. En cas de poil foncé, cette zone est pigmentée. Un laser est un appareil qui émet une lumière très particulière car constituée d'une seule longueur d'onde, définissant son caractère monochromatique. En fonction de cette longueur d'onde, propre à chaque laser, les photons constituant cette lumière vont être plus ou moins absorbés par les différentes structures rencontrées, en particulier en fonction de la couleur de celles-ci. Ainsi, un poil pigmenté représente une cible brune ou noire. Les lasers dépilatoires sont fortement absorbés par cette couleur due au pigment naturel de la peau, la mélanine. Une fois absorbée, la lumière est transformée en chaleur. Celle-ci va détruire le bulbe pilaire et assure le phénomène d'épilation durable.

La cible du laser n'est donc pas réellement le bulbe mais le pigment qui lui donne sa couleur brune. Il en découle deux conséquences essentielles: d'une part, si les poils foncés peuvent être efficacement détruits, le laser n'est pas opérant sur des poils non pigmentés, tels les poils blancs, blonds, ou roux… De plus, la lumière du laser ne fera pas la différence entre le pigment mélanique du bulbe et celui présent en abondance dans l'épiderme d'une peau pigmentée (naturellement pigmentée, ou à la suite d'un bronzage).

On touche là aux deux limites des lasers épilatoires: seuls les poils foncés peuvent être traités efficacement, et seules les peaux claires peuvent l'être sans risques. Le candidat idéal à l'épilation sera donc un(e) patient(e) à la peau claire présentant des poils bruns ou noirs. Toutefois, il existe depuis quelques années des lasers (Nd-Yag) capables de traiter efficacement les peaux pigmentées en toute sécurité, au prix toutefois d'un peu plus de séances. Ceci a été rendu possible en jouant sur des paramètres techniques particuliers, propres à ces lasers. 


• Quelle différence entre lasers et lumières pulsées?

Plusieurs lasers se montrent efficaces en matière d'épilation. Les plus répandus sont des lasers alexandrites, suivis des lasers diodes. Ils sont le plus actifs sur peau claire. Les lasers Nd-YAG permettent de traiter les peaux pigmentées, contrairement aux autres appareils. Ils nécessitent cependant plus de séances avant d'obtenir une réduction pilaire importante et durable, et ils sont plus douloureux.

Certains praticiens proposent d'épiler avec des lumières pulsées. Celles-ci ne sont pas réellement des lasers, mais s'avèrent efficaces à condition d'être puissantes, fiables et bien utilisées. Car, paradoxalement, alors qu'elles reposent sur une technologie plus simple, et ayant la réputation d'être sans risque, elles se montrent en réalité plus délicates à utiliser. La frontière entre efficacité et prise de risque est plus étroite, surtout avec les appareils les moins chers, que l'on trouve en général chez les praticiens ayant peu d'expérience… 


• L'épilation laser est-elle définitive?

Le mot «définitif» est un terme dangereux, en tout cas excessif, en matière d'épilation laser. En effet, après une séance, la zone traitée apparaît bien épilée et, en théorie, tous les bulbes pilaires présents ont été détruits. Toutefois, les bulbes pilaires au repos, non pigmentés, qui ont échappé à l'action du laser, vont progressivement s'activer et donner naissance à de nouveaux poils. L'épilation persistera quelques semaines, avant qu'une repousse apparaisse: une nouvelle séance de laser s'avérera alors nécessaire. Elle sera de nouveau suivie d'une phase de dépilation, puis d'une nouvelle repousse, moins importante que la précédente toutefois. En fait, au fur et à mesure de la répétition des séances, la repousse sera de plus en plus discrète.

Au niveau des aisselles, du maillot, du ventre, on peut raisonnablement considérer qu'après cinq ou six séances le patient peut espérer ne plus présenter qu'une faible et discrète pilosité, avec une réduction du nombre de poils supérieure à 80 %, alors que les poils persistant sont généralement très fins, donc peu visibles. Au niveau du visage, le nombre de séance est malheureusement plus élevé, surtout s'il existe des anomalies hormonales associées. Une fois un résultat satisfaisant obtenu, une séance d'entretien tous les 12 à 18 mois peut pérenniser les effets. 


• Quel est le rythme optimal des séances?

Comme nous l'avons vu, un traitement laser détruit, en quelque sorte, une génération de bulbes pilaires. Il faut donc attendre que de nouveaux poils apparaissent avant d'envisager une nouvelle séance. Or, ce temps est très variable suivant les régions, beaucoup plus rapide au niveau du visage, plus lent au niveau des membres. Ainsi, juste après une séance, on ne peut savoir quand aura lieu la prochaine, qui sera pratiquée lorsque le patient verra apparaître de nouveau un peu de pilosité. 


• Quels sont les risques et effets secondaires?

L'épilation laser est une technique aujourd'hui extrêmement pratiquée, en France sur probablement plusieurs dizaines de milliers de patients par an. Le nombre d'incidents observés, rapporté à la fréquence réelle de cet acte, est très faible. La plupart des effets secondaires sont bénins. L'effet secondaire le plus problématique est la brûlure pouvant être suivie d'une dépigmentation de la peau. Nous avons vu que la cible élective du laser épilatoire était le pigment de la peau, c'est-à-dire la mélanine. 

On comprend donc que si un patient est épilé alors que sa peau est bronzée ou pigmentée, le laser ne faisant pas la différence entre le pigment du bulbe et celui de la peau, il y aura une action au niveau de l'épiderme riche en pigment mélanique, et ceci se traduira par une brûlure superficielle. Si celle-ci est d'intensité modérée, ce qui est le plus souvent le cas, il en suivra une dépigmentation transitoire, mais la patiente, quand elle pourra de nouveau s'exposer au soleil, verra ces zones dépigmentées retrouver leur pigmentation normale. En cas de brûlure plus importante, on peut craindre une dépigmentation définitive. Beaucoup plus fréquentes, mais plus bénignes, les hyperpigmentations traduisent une réaction inflammatoire trop forte après les séances.

Normalement, les séances sont suivies d'une simple roseur de la peau, une légère inflammation, normale, qui persiste un ou deux jours. Si la réaction est plus forte, par exemple parce que la peau est légèrement pigmentée, elle sera plus marquée et peut se traduire ensuite, surtout si la patiente s'expose au soleil, par une hyperpigmentation. Toutefois, celle-ci est moins problématique que les dépigmentations car elle est transitoire, finissant par disparaître. On insistera donc une nouvelle fois sur l'importance de toujours traiter les patientes ayant la peau claire et des poils bruns: poils bruns pour être efficace, peau claire pour être sans danger. Les peaux pigmentées auront recours au laser Nd-YAG.

Le traitement doit toujours être pratiqué par un médecin ou sous sa responsabilité directe ; c'est à lui de fixer les paramètres du traitement. Une ambiguïté existe actuellement sur le fait de pouvoir faire réaliser le traitement par une assistante sous le contrôle strict du médecin. En tout cas, le traitement ne peut être réalisé par une personne non médicale en l'absence de tout médecin à proximité de la patiente. 


• Le problème des stimulations paradoxales

Dans un nombre très faible de cas, nous avons malheureusement observé que des patients présentaient au moment de la repousse non pas une épilation, mais une accentuation de la pilosité. Ceci est très rare, mais presque toujours observé dans des circonstances très particulières: au niveau de la région située en avant des oreilles, sur le cou, essentiellement chez des patientes originaires du bassin méditerranéen. Ce risque semble plus important lorsque des puissances trop faibles sont utilisées avec le laser, ou encore lorsqu'il existe des anomalies hormonales associées. D'une façon générale, lorsqu'un traitement épilatoire est décidé, le médecin doit s'assurer qu'il n'existe pas d'anomalies nécessitant d'être corrigées car elles se révèlent parfois responsables de l'hyperpilosité. 


• L'épilation électrique garde-t-elle une place?

L'épilation électrique, traitement plus classique, garde une place sur de petites surfaces. En effet, sa limite est la difficulté à réaliser l'épilation de nombreux poils en une seule séance, alors que c'est là l'avantage du laser. Toutefois, nous avons vu que certains poils tels que les poils blancs, les poils clairs et fins et les poils roux résistaient au laser. Et sur ce type de poil, seule l'épilation électrique peut être proposée en complément des techniques traditionnelles comme la cire. 


• Un indice de satisfaction élevé

L'épilation laser est aujourd'hui un geste très répandu mais qui ne doit toutefois pas être banalisé. Il doit rester un acte médical. En fonction des patientes, certains types de laser sont plus indiqués que d'autres, et les paramètres doivent être parfaitement maîtrisés.

Au prix de plusieurs séances, l'épilation laser permet d'obtenir des résultats réellement durables, et l'indice de satisfaction des patients peut être considéré comme excellent, l'épilation laser permettant des résultats durables, sur des grandes surfaces, jusqu'ici trop difficiles à traiter avec les techniques telles que l'épilation électrique, efficace sur des petites surfaces. 

Source

Commenter cet article

Archives