Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Algérie: Pourquoi les Noirs demeurent invisibles et écartés des cercles de décision

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Avril 2014, 00:02am

Catégories : #NEWS

Leur nombre est loin d'être négligeable. Pourtant, ils demeurent invisibles et écartés des cercles de décision. 

hope_africa.jpg

Question à un dinar: combien y a-t-il d'Algériens noirs? Il existe peu de chiffres sur la question. Mais, selon le site de l’hebdomadaire Jeune Afrique, ils seraient principalement concentrés dans le sud du pays, une région qui compte, ajoute le site, 8% des 38,6 millions de la population algérienne.

 

«Dans cette partie du territoire, on estime que trois citoyens sur quatre sont noirs», affirme Jeune Afrique.

 

C’est peu de dire que les Algériens noirs ne sont pas majoritaires au sein de la population. Et même si leur nombre est loin d'être négligeable, cela ne fait pas d’eux des personnes «visibles».

 

Jeune Afrique revient sur la représentativité des noirs dans l’espace public algérien. Dans la classe politique, l’on ne compte qu’un ministre (Nourredine Bedoui, Formation et Enseignement professionnels) et un préfet (Abdelkader Zoukh, le seul wali noir sur 48). Et dans toute l’histoire du pays, «le seul général noir de l'histoire de l'Armée nationale populaire est Hassan Bendjelti, alias Abderazzak, ancien patron des services de contre-espionnage, aujourd'hui à la retraite», commente Jeune Afrique.

 

Les noirs sont donc absents des hautes sphères du pouvoir, et selon le magazine, ils seraient cantonnés à des rôles d’amuseurs publics, évoluant tantôt dans le sport, tant dans la musique ou lma danse. 

Source

Commenter cet article

Archives