Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


24 ans, l'âge à partir duquel notre cerveau entame sa chute vers le néant

Publié par MaRichesse.Com sur 18 Avril 2014, 08:57am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

Des chercheurs canadiens ont calculé que le déclin cognitif commencerait au milieu de la vingtaine. Mais l'expérience acquise avec l'âge permet de compenser et, surtout, un bon cerveau est un cerveau bien entretenu. 

cerveau-24-ans.JPG

Les enfants de 1990 sont-ils déjà sur le déclin? 24 ans, c'est l'âge à partir duquel notre cerveau entame sa lente chute vers le néant, affirment des chercheurs canadiens dans PlosOne . Pour ce faire, ils ont analysé la façon dont 3305 personnes âgées de 16 à 44 printemps jouaient à StarCraft 2, un jeu vidéo de guerre qui exige concentration, habileté, stratégie et vitesse.

Les chercheurs se sont intéressés à la vitesse psychomotrice des joueurs, c'est-à-dire la vitesse de réaction de leur cerveau, mais aussi la rapidité à laquelle celui-ci transmet ses ordres au corps. Nombre d'études ont déjà tenté de dater le début du déclin cognitif, mais, précisent les auteurs, elles «se basent souvent sur des tâches relativement simples étudiant le temps de réaction», qui ne permettent pas d'évaluer comment, dans la vie réelle, l'expérience permet de compenser la perte de réactivité.

Bonne nouvelle cependant pour tous ceux qui ont déjà franchi la vingtaine: selon les auteurs, le cerveau des joueurs de plus de 24 ans réagit certes moins vite, mais il sait aussi user d'astuces pour compenser ce déclin.

 

«Performance liées au niveau d'étude»

Une des limites de cette étude est que seuls le sexe et l'âge des joueurs sont connus. Rien sur leur état de santé, leur niveau scolaire ou le type d'activité qui les occupent habituellement. «Or les performances cognitives sont spectaculairement liées au niveau d'étude», explique Christope Tzourio, neurologue et épidémiologiste à l'Inserm (Université de Bordeaux), qui évoque l'hypothèse de la «réserve cérébrale»: une activité intellectuelle soutenue lors du développement cérébral, soit jusqu'aux débuts de l'âge adulte, permet de développer les synapses. Si une démence survient au grand âge, les personnes «riches» en matière grise n'auront pas forcément moins de lésions cérébrales que les autres, mais elles auront plus de matière «saine» en réserve. Un peu comme si vous stockiez 30kilos de pommes de terre dans votre cave: même si la moitié est germée, il vous en restera toujours plus que votre voisine qui n'avait acheté qu'un petit filet...

On sait par ailleurs que l'activité et la vie sociale protègent du risque de démence. Lecture, jeu vidéo, jardinage ou parties de bridge effrénées... Peu importe. Ce lien est montré par de nombreuses études, même si, précise Christope Tzourio, on ignore si l'activité protège de la démence ou si, au contraire, c'est l'absence de démence qui encourage l'activité. Débat de l'œuf ou de la poule difficile à trancher: il faudrait pouvoir comparer, sur le long terme, deux groupes de personnes, les unes subissant un entraînement spécifique, les autres y renonçant… Et acceptant d'oublier toute activité intellectuelle le temps de l'étude! 


Sport et santé cardio-vasculaire

En septembre 2013, un article paru dans la très sérieuse revue Nature montrait cependant qu'un jeu vidéo intelligemment conçu pouvait «protéger» le cerveau des plus anciens. Après y avoir joué pendant une douzaine d'heures réparties sur un mois, les «cobayes» âgés de 60 à 80 ans voyaient leur concentration et leur mémoire à court terme dopées, et ces effets perduraient dans le temps; des «gammers» de 80 printemps arrivaient même à battre des jeunots de 20 ans non entraînés!

L'exercice physique est lui aussi protecteur: «Les personnes âgés qui ont une activité physique régulière sont moins à risque de démence, sans que l'on sache pourquoi», précise le chercheur.

Si des difficultés apparaissent, explique Christope Tzourio, deux éléments doivent être surveillés: «Il faut s'assurer qu'il n'existe pas une pathologie sous-jacente, comme par exemple une hypothyroïdie ou une dépression, qui expliqueraient le ralentissement cognitif», mais aussi «contrôler les facteurs vasculaires: l'hypertension et le diabète entraînent des micro-lésions vasculaires qui sont accompagnées d'une augmentation du déclin cognitif». Ces pathologies doivent être traitées si elles sont présentes, avant de soupçonner une démence.

Alors, tout fout-il le camp à 24 ans? Pas vraiment... «La maturation cérébrale s'étend jusqu'à 20 ou 25 ans», convient Christope Tzourio. Quand au début du déclin... Il est très variable d'un individu à l'autre, subtil mélange de son terrain génétique, de son hygiène de vie et de la vie qu'a mené son cerveau tout au long de son existence. 

Source

Commenter cet article

Archives