Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Viagra : un nouveau médicament anti diabète ?

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Mars 2014, 16:23pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

Le viagra ne se limiterait pas à sa fonction de stimulant sexuel. La petite pilule bleue aurait un effet méconnu : il aiderait les hommes à brûler les graisses superflues, selon une étude allemande. 

Insolite-le-viagra-aiderait-aussi-les-hommes-a-mincir--.jpg

Des chercheurs de l’université de Bonn ont découvert un effet secondaire méconnu du Viagra. En plus d’être utile aux hommes souffrant de troubles de l’érection, ce "sexo-actif" pourrait peut-être un jour être utilisé comme "pilule minceur" pour éliminer la bedaine !

 

 "Le Viagra n’est pas seulement capable d’éliminer les problèmes érectiles, il pourrait aussi prévenir les prises de poids excessives", explique le Dr Alexander Pfeifer, directeur de l’étude. Le viagra aurait la capacité de transformer le tissu adipeux blanc, qui stocke les lipides, en graisse "brune", qui brûle les lipides.

 

Pour l’instant, ce constat insolite a été fait sur des souris de laboratoire. Soumises à un régime riche en gras pendant une semaine, les souris traitées au Viagra ne sont pas devenues obèses, contrairement aux autres.

 

En quoi la graisse brune aiderait-elle à perdre du poids ? "La graisse brune brûle les calories apportées par l’alimentation et les transforment en source de chaleur”, poursuit le chercheur. En stimulant la graisse brune, le Viagra pourrait avoir rôle à jouer dans la prévention de l'obésité, espèrent les chercheurs.

 

 Viagra : un nouveau médicament anti diabète ?

 

Les scientifiques ont également observé que le Viagra empêche aussi les adipocytes blancs d’augmenter en volume et de libérer des hormones responsables d’inflammation. Une piste supplémentaire à creuser dans la prévention des risques de maladies chroniques comme l’infarctus, le cancer et le diabète.

 

 De là à prendre le médicament pour surveiller sa ligne ou prévenir certaines maladies, il y a un pas que les chercheurs sont loin d’avoir franchi. D’autres recherches sont nécessaires, prévient l’étude. 

Source

Commenter cet article

Archives