Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Une molécule à base de café et d'or pour lutter contre le cancer

Publié par MaRichesse.Com sur 3 Mars 2014, 16:16pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

molecule-de-cafe.jpeg

Le café et ses innombrables vertus. Certes, consommé à l'excès (soit plus de 5 tasses par jour), il peut être nocif pour la santé, augmentant les risques d'accidents cardiovasculaires, le cholestérol ou encore l'hypertension. Mais d'après plusieurs recherches, il peut aussi réduire les risques de diabète, et même de cancer. Une nouvelle étude, publiée par le journal de chimie inorganique de l'American Chemical Society, révèle ainsi que la caféine aurait des vertus anticancéreuses très prometteuses lorsqu'elle est associée à de l'or.

Benoît Bertrand, un étudiant-chercheur de l'Université de Bourgogne, à Dijon, mène cette recherche depuis 2010 de façon collégiale avec l'Université de Groningen. Dans une thèse qu'il présentera à l'automne, il affirme qu'une molécule de café modifiée associée au précieux métal pourrait lutter efficacement contre le développement d'un cancer. Hypothèse qu'il a émise après avoir testé des cellules saines et cancéreuses de l'ovaire et du poumon. 


La caféine et l'or se marient très bien

Les résultats de cette recherche, que relaye le site du Figaro, sont jugés très prometteurs par son codirecteur de thèse, Michel Piquet. Ce dernier note que l'association d'or avec des anti-arthritiques a déjà été testée pour mettre au point des chimiothérapies, mais vite abandonnée en raison des effets indésirables constatés. Mais l'intérêt de la caféine, c'est qu'elle intègre facilement une famille de molécules dite "carbène", capable de s'associer très bien avec des métaux.

Si cette nouvelle combinaison laisse espérer un traitement anti-cancéreux plus vertueux à l'avenir, les chercheurs admettent toutefois qu'ils ne comprennent pas encore son fonctionnement. D'après leur hypothèse, la molécule pourrait bloquer la réplication de l'ADN des cellules cancéreuses et stopper le développement de la maladie. Une nouvelle piste qui, si elle se confirme, ne déboucherait pas sur un médicament "avant au moins 15 ans", tempère le chercheur. 

Source

Commenter cet article

Archives