Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Un vice-président de Ford: « Nous savons tout sur vous. Il y a un GPS dans votre voiture ».

Publié par MaRichesse.Com sur 13 Janvier 2014, 12:25pm

Catégories : #IMPORTANT

GPS dans votre voiture

« Nous connaissons tous ceux qui enfreignent la loi, nous savons quand vous le faites. Il ya un GPS dans votre voiture, nous savons donc ce que vous faites. Au fait, nous ne fournissons pas ces données à des tiers ».

Cette déclaration, c’est celle que Jim Farley, le vice-président du Marketing et des Ventes du constructeur automobile américain Ford, a faite au salon Consumer Electronics Show de Las Vegas.

Farley cherchait à démontrer que Ford collectait beaucoup d’informations sur ses clients mais que finalement, très peu de ces données étaient exploitées, afin d’éviter des questionnements au sujet du respect de la vie privée. Cependant, il pense que ces données pourraient être agglomérées un jour de façon anonyme et que l’ensemble pourrait être utilisé pour résoudre des problèmes liés à la circulation. Il a pris l’exemple d’un stade où se déroulerait un évènement : savoir quel est le trafic induit par cet évènement pourrait contribuer à organiser le stationnement de manière appropriée.

Mais bien sûr, en marge de l’affaire Snowden, et de la révélation d’un vaste programme d’espionnage de l'agence de renseignement américaine, la NSA, ses déclarations avaient de quoi choquer son auditoire. C’est sans doute ce qui l’a motivé à se rétracter par la suite: «J'ai laissé une mauvaise impression concernant la façon dont Ford fonctionne. Nous ne suivons pas les clients dans leurs voitures sans leur approbation ou leur autorisation », a-t-il dit.

Au mois de juillet dernier, le New York Times a rapporté qu'environ 96% de toutes les voitures vendues aux Etats-Unis étaient équipées de « boîtes noires » similaires à celles que l’on trouve dans les avions. Elles enregistrent la vitesse du véhicule, la position des freins, l’usage de la ceinture de sécurité, et d’une manière générale, tous les faits et gestes du conducteur. Si l’instance américaine chargée de la sécurité sur les routes, la National Highway Traffic Safety Administration, obtient gain de cause, en septembre de cette année la totalité des voitures en seront équipées.

« Ces véhicules sont équipés d'ordinateurs qui recueillent une quantité massive de données», explique Barnes Khaliah de l'Electronic Privacy Information Center, une organisation de consommateurs à Washington. « Sans protection, nous pouvons nous attendre à voir toutes sortes d'abus ».

Selon un récent rapport du Government Accountability Office (.pdf) sur ​​la collecte de données dans les voitures des marques Ford, General Motors, Chrysler, Toyota, Honda et Nissan, les fabricants n’informent pas toujours de façon claire leurs clients à propos de ces collectes, et à qui elles peuvent être destinées. En outre, aucune des sociétés étudiées ne permettaient à leurs clients de supprimer les données qui indiquaient dans quel endroit ils se trouvaient. « Dans de tels cas, les consommateurs ne sont pas en mesure d’empêcher la rétention ou l’usage des données collectées, s’ils le souhaitent », lit-on dans le rapport.

Les gens savent que ce que les compagnies pourraient faire avec ces informations est gênant, mais cela n’incite qu’une minorité à changer son comportement. Dans le Washington Post, le professeur de droit à l’Université Santa Clara, Dorothy J. Glancy, explique que les gens y accorderaient davantage d’importance s’ils comprenaient mieux les implications de ces collectes de données. Sans doute, ils n’attachent pas une grande importance au fait que ces informations puissent être communiquées à leur compagnie d’assurance pour aider à éclaircir ce qui s’est passé lors d’une collision entre deux véhicules. Mais il en irait probablement différemment s’ils apprenaient qu’une analyse de ces données les classerait dans la catégorie des chauffards qui requièrent une surveillance accrue de la police.  

Source 

Commenter cet article

Archives