Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Transfert d'argent: les Africains perdent chaque année 4 milliards de dollars

Publié par MaRichesse.Com sur 19 Février 2014, 10:47am

Catégories : #NEWS

western-union-afrique.jpg

MoneyGram et Western Union contrôlent 50% du marché des transferts d'argent du continent africain avec des commissions de l'ordre de 12%. Bitcoin, Paypal, ou Afrimarket, grâce à des solutions technologiques innovantes, contestent la suprématie de ces géants.

 

Estimés à 60 milliards de dollars (44,3 milliards d'euros) par an, les transferts de la diaspora africaine sont bien plus importants pour le continent que l'aide publique au développement ou les investissements directs étrangers - respectivement de 56 et de 50 milliards de dollars chaque année. Longtemps dominé par l'américain Western Union, le marché des envois internationaux d'argent vers l'Afrique a été quelque peu bouleversé par l'arrivée de MoneyGram, un autre opérateur venu des États-Unis, actif sur le continent depuis le début des années 2000.

 

Dix ans plus tard, les tarifs sont encore jugés (beaucoup) trop élevés par bon nombre d'institutions. La Banque mondiale évalue ainsi le coût des transferts à 12,4 % de la somme envoyée, ce qu'elle explique par la "faible concurrence" sur ce marché. Bien qu'Hervé Chomel, vice-président pour l'Afrique de MoneyGram, affirme que ce chiffre est "plus proche de 6 %", les deux sociétés contrôlent en effet plus de 50 % du marché formel.

 

Malgré cette domination, la Banque mondiale s'est fixé pour objectif de ramener à 5 % le coût des envois de fonds dans le monde cette année. L'enjeu est de taille : en cas de réussite, l'ensemble des migrants africains et leurs familles économiseraient 4 milliards de dollars par an, selon l'institution.

 

Les nouvelles technologies, notamment les monnaies virtuelles, pourraient contribuer à casser le duopole Western Union-MoneyGram. Les sites d'information spécialisés abondent ainsi en articles sur le potentiel du bitcoin sur le continent. Plus récemment, la baisse du cours de Western Union à la Bourse de New York a été reliée à la menace créée par ce système.

 

Inventée en 2009 par un informaticien caché derrière le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, cette monnaie électronique n'est soumise à aucune autorité de contrôle. Comme l'explique Philippe Herlin, chargé de cours au Conservatoire national des arts et métiers (Paris) et auteur d'un livre sur la révolution du bitcoin, sa force réside dans la quasi-gratuité des transferts (0,03 euro l'opération), même entre deux pays dont les monnaies sont différentes : "C'est un avantage concurrentiel fondamental par rapport aux autres moyens de paiement et de virement."

 

Pharmacie

 

Le Kenya, connu pour son avance en matière de banque mobile - M-Pesa, le service proposé par l'opérateur Safaricom, est utilisé par 70 % des habitants -, constitue un terrain d'expérimentation privilégié. Kipochi ("porte-monnaie" en swahili), une start-up britannique fondée à Nairobi par le Danois Pelle Braendgaard en juin 2013, propose à ses clients de transférer des bitcoins et de les créditer sur un compte M-Pesa. Seuls problèmes : il faut accéder à internet et savoir acheter des bitcoins, une opération qui reste complexe pour le plus grand nombre. Pelle Braendgaard lui-même reconnaît que "sa difficulté d'utilisation constitue une barrière à l'entrée".

 

D'autres services en ligne tentent de capter la manne des migrants. Ainsi PayPal, le tout premier acteur du paiement sur internet, a signé un partenariat avec Equity Bank : moyennant une commission de 2,9 %, les bénéficiaires d'un virement via PayPal peuvent retirer l'argent à un guichet de la banque kényane. Quant aux britanniques Skrill ou Payza, s'ils permettent eux aussi de transférer des fonds à des taux inférieurs à 5 %, ils requièrent soit un compte en banque, soit un accès internet à l'arrivée.

 

Nouvelle approche

 

Pour Rania Belkahia, l'Afrique nécessite une approche différente. Avec Jérémy Stoss et François Sevaistre, la Marocaine a cofondé Afrimarket l'année dernière, une solution de transfert de type cash to goods, par opposition au traditionnel cash to cash. Plutôt que de transférer un montant en liquide, cette jeune pousse basée à Paris propose à ses clients, via son site, d'employer la somme versée à un usage particulier : frais scolaires, pharmacie, produits alimentaires... avec la garantie que cet argent sera exclusivement réservé à cette affectation.

 

Présent pour l'instant en Côte d'Ivoire, au Sénégal et au Bénin, Afrimarket compte déjà 10 000 clients et vient de signer un partenariat avec la Compagnie de distribution de Côte d'Ivoire (CDCI), qui compte 110 supermarchés dans le pays. Selon Rania Belkahia, 70 % des migrants africains aimeraient avoir un droit de regard sur les fonds envoyés, et, grâce à cette solution, l'argent profite directement au secteur formel. Le développement fulgurant d'Afrimarket suscite d'ailleurs les plus vives craintes chez MoneyGram et Western Union. 

 

 

Alliance

 

Ces nouvelles solutions remettront-elles en question la domination des deux opérateurs historiques ? D'après Hervé Chomel, ces dernières ne représentent pas plus de 5 % des transferts internationaux. Malgré tout, MoneyGram et Western Union ont entamé une riposte.

 

Le premier a lancé il y a un an un partenariat avec First National Bank (FNB), l'une des principales banques d'Afrique du Sud, pour la réalisation de transactions sur téléphone mobile. Il a également noué une alliance avec PayPal et sous-entend qu'il pourrait bientôt annoncer un accord avec l'un des principaux opérateurs de banque mobile en Afrique.

 

Western Union, qui n'a pas souhaité s'exprimer dans le cadre de cet article, a quant à lui signé fin 2012 un partenariat avec Ecobank au Kenya pour permettre aux clients de cette dernière d'accéder à ses services, soit en ligne, soit depuis un guichet automatique. Sur un continent encore très faiblement bancarisé et peu connecté à internet, rien ne vaut un réseau physique étendu pour inspirer confiance aux clients. Un point clé dans ce domaine - pour l'instant. 

Source 

 

A lire aussi: 

En Afrique, la sécurité recule alors que la gouvernance s'améliore 

Afrique du Sud: Le rêve brisé de Madiba 

L’Afrique grandeur nature : la carte qui bouscule les idées reçues 

Le Rwanda, la Silicon Valley de l'Afrique?

Commenter cet article

Archives