Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Regardez la video qui va vous rendre fou!

Publié par MaRichesse.Com sur 23 Septembre 2013, 10:56am

Catégories : #IMPORTANT

Le clip de Tim Blais, doctorant de l'université du Michigan à 23 ans, a dépassé le million de vues sur YouTube en 5 jours.

La recherche en physique théorique peut-elle rendre fou? Ou conduire au désespoir? Ou bien s’exprimer en musique? Il semble que le clip créé par Tim Blais rassemble un peu de ces trois hypothèses. Cet étudiant de 23 ans, en thèse de doctorat à l’université McGill de Montréal, s’est lancé l’an dernier dans un projet... personnel.

Il s’agit sans doute de la première vidéo musicale consacrée à la théorie des cordes. C’est-à-dire à l’un des domaines les plus pointus et les plus controversés de la recherche en physique théorique.


En deux mots, la théorie des cordes vise l’unification des lois de la physique. Ces dernières sont coupées en deux depuis plus d’un demi-siècle. D’un côté, la théorie de la gravité d’Albert Einstein. De l’autre le modèle standard des particules élémentaires issu de la physique quantique. Impossible, donc, d’achever la mise en musique des lois physique qui décrivent notre univers. Les lois décrivant l’infiniment grand d’un côté (Einstein) et l’infiniment petit de l’autre (modèle standard) restent irréconciliables. La découverte du boson de Higgs au Cern en 2012 a conforté la théorie des particules mais n’a pas ouvert de portes vers l’unification, comme l’espéraient de nombreux physiciens.

La théorie des cordes, elle, commence à s’élaborer en 1968 sous l’impulsion du physicien italien Gabriele Veneziano et elle se développe dans les années 1980. Son ambition vise à réconcilier les deux physiques et, même, à élaborer une théorie du tout. En 1995, le physicien mathématicien américain Edward Witten s’en rapproche en proposant la théorie M pour unifier les cinq théories des cordes existantes. Sa théorie de supergravité maximale n’a pas moins de 11 dimensions.

Depuis, la bataille fait rage entre les nombreux physiciens qui surfent sur la vague de la théorie des cordes qui draine les crédits de recherche grâce à sa forte médiatisation et ceux qui considèrent qu’il s’agit d’une vaste fumisterie qui ne doit sa survie que, justement, grâce à l’argent qu’elle continue à attirer. Parmi les détracteurs virulents, on trouve par exemple le mathématicien français Alain Connes ou le physicien américain Leo Smolin, auteur de Rien ne va plus en physique! L'échec de la théorie des cordesparu en 2007 en France chez Dunod.


Capture d'écran Youtube

Un tel contexte peut-il expliquer qu’un étudiant soit pris d’un délire vocal pour mettre le sujet de sa thèse en musique? Ultime exutoire thérapeutique, blague de potache, nouvelle voie originale de recherche (qui sait?) ou véritable création artistique? A regarder et à écouter ce clip, on peut penser qu’il y a un peu de tout cela dans ce qui est,  indéniablement, un travail remarquable.

Nul doute que la qualité vocale et graphique avec un montage impeccable, tout comme le contenu scientifique de ce clip qui mixe voix a capela et karaoké, explique son succès considérable sur YouTube. Publiée le 16 septembre 2013, la vidéo dépassait le million de visites cinq jours plus tard, le 21 septembre.

Les équations sont bien là, les grands noms aussi. La forme elle-même n’est pas sans rappeler la théorie des cordes elle-même. La musique s’inspire d’un tube du groupe Queen, Bohemian Rhapsody (1975). Tim Blais chante toutes les voix et joue de plusieurs instruments. Dès le 18 septembre, sa vidéo fait l’objet d’un lien sur le site de Brian May, guitariste des Queen et docteur en astrophysique tardif.


Tim Blais - Capture d'écran Youtube

Tim Blais, lui, désormais doctorant, semble tenté par la musique. Avec d’autres thèmes scientifiques. Et, espérons, le même talent et, surtout, cet humour et ce germe de délire voire de folie qui manque tant aux chercheurs. En attendant, chapeau l’artiste!

M.A. - source

Commenter cet article

Archives