Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


«Quand tu veux coucher avec une femme, tu dis tout ce qui te passe par la tête»,

Publié par MaRichesse.Com sur 12 Mai 2014, 00:05am

Catégories : #INSOLITE

Après ses déclarations racistes qui lui ont valu une lourde sanction, Donald Sterling, le propriétaire des Los Angeles Clippers, a présenté ses excuses, dans une vidéo qui va être diffusée par la CNN ce lundi. Et se désole de ne ''pas savoir comment résoudre'' le problème qu'il a créé. 

Donald-Sterling-et-magic-johnson.jpg

''Je suis quelqu'un de bien qui a fait une erreur.'' Voilà comment se définit Donald Sterling dans un entretien diffusé ce lundi par la chaîne de télévision américaine CNN. Il y a deux semaines pourtant, le propriétaire des Los Angeles Clippers, franchise de NBA, s'était signalé par ses propos contre les Noirs, sommant son assistante ''de ne plus s'afficher avec eux'' et de ne plus les amener aux matches de son équipe. ''Je présente mes excuses et je demande qu'on me pardonne'', a-t-il poursuivi. Car ce que Sterling veut surtout, c'est revenir.

Le 29 avril dernier, la NBA a suspendu à vie le propriétaire des Clippers, l'interdisant d'entrer dans une salle et le sommant même de vendre la franchise, ce qu'il refuse catégoriquement. ''N'ai-je pas le droit à une erreur après 35 années ? J'aime la NBA, j'aime les gens avec qui je travaille. C'était une terrible erreur et je ne le ferai plus'', insiste Sterling, qui se défend d'une chose : être raciste, en réponse à la vague d'indignation provoquée aux Etats-Unis.

 

''Quand tu veux coucher avec une femme, tu dis tout ce qui te passe par la tête''

''Je ne suis pas raciste'', assure-t-il dans son entretien, sa première apparition publique en deux semaines, installé dans un salon d'appartement, costume noir et chemise blanche au col largement ouvert. La semaine dernière, le milliardaire de 80 ans avait expliqué à un ami de longue date qu'il avait agi par jalousie et par désir de séduire son assistante, une jeune femme d'origine mexicano-afro-américaine de 31 ans. ''Quand tu veux coucher avec une femme et que tu es en tête à tête, tu dis tout ce qui te passe par la tête'', avait-il renchéri.

Voilà pour les excuses, auxquelles il a longuement réfléchi alors qu'il était ''émotionnellement ravagé'', car il ''a provoqué un problème [qu'il ne sait] pas comment résoudre. En guise de conclusion, l'ancien avocat a formulé un vœu pieu, celui de rester dans sa position et de pouvoir, un jour, remettre les pieds dans un gymnase. ''Si les autres propriétaires pensent que je peux avoir une seconde chance, ils me la donneront'', espère-t-il. 

Source

Commenter cet article

Archives