Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi s'accroche-t-on à ses idées ?

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Mai 2014, 04:11am

Catégories : #RELATIONS

On en sait plus sur les mécanismes psychologiques qui amènent à penser de manière dogmatique et à refuser toute contradiction.

evitez-la-dispute-en-couple.jpg

Vous en connaissez probablement, de ceux qui souffrent d'une maladie en «-isme»: dogmatisme, sectarisme, extrémisme, terrorisme intellectuel… Au départ, pourtant, ils avaient en eux des moteurs positifs, qu'il s'agisse d'un idéal, de valeurs, de convictions. Mais peu à peu leur idéologie est devenue un système fermé. Ils souffrent de détenir la vérité absolue, du moins telle qu'ils l'envisagent. Cette rigidité psychique peut se rencontrer dans tous les milieux, scientifiques ou artistiques, politiques ou religieux. Ce qui prouve qu'elle relève d'une manière de penser plus que d'une idéologie particulière.

Prenez Yves, 50 ans, musicien. Il est devenu végétarien, il y a une vingtaine d'années, par pacifisme et solidarité envers tous ces animaux comestibles qui, selon lui, «ont un système nerveux central et donc souffrent forcément lorsqu'on les abat pour les manger». Ses amis l'ont souvent admiré et soutenu dans sa quête, tant il se montrait touchant de considération pour nos amis animaux… Mais, peu à peu, ses revendications ont changé. Il est devenu de plus en plus critique envers les carnivores, puis insultant, refusant désormais de venir dîner chez des «mangeurs de cadavres». Sa non-violence est devenue caduque: il ne cesse d'agresser ceux qui ne partagent pas sa philosophie nutritionnelle, refusant même de dialoguer avec eux, sauf s'ils acceptent d'être «enrôlés». 


Necessaires mais menacantes

Pour Françoise Mevel, psychologue et psychanalyste à Talence, qui a écrit dans l'ouvrage collectifCroyances (revue Le Divan familial, no 32, printemps 2014), cette dérive extrémiste menace toute personne dont la conviction ne lui laisse aucun écart pour pouvoir penser et douter.

Pourtant, au départ, les idéologies sont nécessaires à tout un chacun pour pouvoir se construire: «Des croyances préconscientes, des valeurs, nous en avons tous, note la psychanalyste. Elles sont essentielles puisqu'elles nous permettent de penser, rêver, imaginer.» Et de rappeler que, grâce à elles, notamment à l'adolescence, grand moment «idéologique», nous pouvons passer de la filiation familiale au sentiment d'appartenance à d'autres groupes: groupes de pairs, mouvements religieux ou politiques… «Malheureusement, parmi ces croyances fondatrices, certaines peuvent devenir aliénantes, constate Françoise Mevel, notamment lorsqu'elles apparaissent inébranlables à l'individu.» Si elles peuvent se «fixer» dans différents domaines, quelles sont leurs spécificités communes? «Ce sont souvent des raccourcis de pensée, estime Ilios Kotsou, chercheur en psychologie des émotions à l'université de Louvain qui vient de publierÉloge de la lucidité (Éd. Robert Laffont). Elles s'appuient sur des faits réels - par exemple, je stresse si je suis menacé -, mais la personne confond peu à peu ses pensées et les faits réels - je stresse à la seule pensée que quelqu'un me menace, même si, dans la réalité, il n'en est rien.» 


«Certitude aliénante»

Daniel Favre, chercheur en neurosciences, qui a longtemps enquêté sur la violence en milieu scolaire, confirme qu'il a souvent dû «dé-dogmatiser» les propos d'enseignants qui affirmaient haut et fort: «Nos élèves sont de plus en plus violents», simplement parce qu'ils avaient un jour aperçu deux élèves se battre dans la cour. Dans ce travail, le chercheur explique que l'emploi généralisé du verbe «être» au présent de l'indicatif est souvent le signe d'une «certitude aliénante». Mais quelles personnes sont susceptibles d'adhérer sans distance à une telle manière de penser? «La précarité sociale, la solitude conduisent à chercher refuge dans de tels mécanismes, estime Françoise Mevel. Cela permet de faire l'économie de respecter l'altérité.» L'addiction idéologique peut aussi avoir été apprise dans un mode de pensée familial où ni la nuance ni le doute n'avaient leur place.

«Plus longtemps et plus la personne a investi dans une croyance, y compris sur elle-même - “Je suis maladroit, donc je n'agis pas”, par exemple -, plus il lui sera difficile de la remettre en question, explique Ilios Kotsou, car ces certitudes donnent essentiellement l'illusion d'un moi stable.» Elles peuvent aussi donner l'illusion d'un monde stable: ainsi, parmi les personnes qui se lancent dans une vente pyramidale, ce sont souvent celles qui ont investi le plus d'argent qui ont du mal à admettre que cette entreprise les a fourvoyées.

C'est sans doute là le point commun entre les dogmatiques de bords pourtant très divergents: «L'instabilité cognitive, les “nuances du penser” les angoissent», observe le chercheur. Ainsi, à certains moments, une idéologie peut ressembler à un éden dans lequel on a envie de plonger: ne nous promet-elle pas de combler tous nos manques? 

Source

Commenter cet article

Archives