Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi les procrastinateurs procrastinent? A cause de leur cerveau

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Mars 2014, 07:10am

Catégories : #DEVELOPPEMENT

Procrastiner-1.jpg

La procrastination, ou le fait de remettre à plus tard la tâche que l’on doit accomplir, n’est-elle qu’un mot savant pour évoquer la fainéantise?

Dans la plupart des cas, non, affirme Denis Duvauchelle, responsable d’une entreprise qui commercialise un outil de travail collaboratif, sur The Next Web.

Car procrastiner coûte cher. C’est s’assurer non seulement de perdre la confiance des autres, mais également se mettre dans des situations inconfortables, comme c’est le cas quand vous achetez un billet à la dernière minute, que vous tardez à rendre un livre qu’on vous a prêté ou que vous vous retrouvez piégé par des délais que vous n’arrivez pas à respecter... Le test proposé (en anglais) par Psychology Today permet d’ailleurs d’évaluer votre tendance à procrastiner en quelques mises en situation précises.

S’agit-il pour autant de simplement mieux s’organiser?

Non, explique Denis Duvauchelle.

«La procrastination est en réalité une question émotionnelle, et non de gestion du temps. Il s’agit de la peur de perdre, la peur de la culpabilité ou la peur de faire une erreur.»

Face à la tâche à accomplir, le procrastinateur verrait qu’il n’y a pas de résultat positif immédiat à entreprendre l’action, et préférerait se réfugier dans la fuite ou l’absence de réaction. Même si cela nuit à sa réputation: 

«Les procrastinateurs préfèrent que les gens pensent qu’ils ne font pas d’effort plutôt qu’ils ont peur de montrer leur incapacité à faire quelque chose.»

Le problème, c’est que le cerveau peut encourager le procrastinateur à se maintenir dans cette spirale négative.

Il suffit, selon l’auteur, d’1/32e de seconde pour que l’amygdale envoie une réaction émotionnelle, alors que la partie raisonnable du cerveau, poursuit-il, a besoin de 3 secondes pour prendre une décision: c’est pourquoi la réaction émotionnelle gagne souvent.

undefined

En quatre étapes, ce schéma explique la spirale d'anxiété du procrastinateur. Adapté de The Next Web.

 

Que faire?

Selon Eric Jaffe de Fast Co Design, il faut avant tout que les tâches à effectuer aient un côté plaisant et signifiant. Plus facile à dire qu’à faire, note-t-il cependant. Denis Duvauchelle sur The Next Web prend l’exemple du petit site Written? Kitten! Le principe? Une image de petit chat mignon pour tous les cent mots écrits. Pas sûr que cette méthode devienne la prochaine mode managériale… 

Source

Commenter cet article

Archives