Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Nucléaire: Les arbres morts ne pourrissent pas à Tchernobyl, et c'est un vrai danger

Publié par MaRichesse.Com sur 30 Mars 2014, 01:25am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

LES-ARBRES-MORTS-NE-POURRISSENT-PAS-A-TCHERNOBYL.jpg

Une nouvelle découverte qui fait froid dans le dos en provenance du site tristement célèbre de Tchernobyl. Près de trente ans après cette catastrophe nucléaire, l'une des plus grosses de l'histoire avec Fukushima, des chercheurs ont constaté que «les arbres morts, les plantes et les feuilles sur le site contaminé ne se décomposent pas à la même vitesse» que les plantes poussant ailleurs dans le monde, résume NBC.

Publiés dans le journal Oecologia, ces résultats prouvent que l'ensemble des êtres vivants situés à proximité du funeste site ont été affectés par la radioactivité: humains, animaux, végétaux mais aussi insectes, microbes ou fungi, un champignon impliqué, à l'instar des insectes ou des microbes, dans le processus naturel de pourrissement de la matière.

Comme l'explique le site The Smithsonian, ces «décomposeurs» ont aussi souffert de la catastrophe. Pour le vérifier, les deux chercheurs à l'origine de l'étude, Tim Mousseau, de l'université de Caroline du Sud aux Etats-Unis et Anders Møller de Paris-Sud, ont rempli 600 petits sacs de feuilles non-contaminées, pour les déposer à différents endroits, avec ou sans radiation.

Les résultats sont saisissants, à en croire le Smithsonian:

«Dans les zones sans radiation, 70% à 90% des feuilles avaient disparu après un an. Mais dans des zones avec plus de radiations, les feuilles gardaient près de 60% de leur poids d'origine.»

Une différence qui constitue la preuve, pour les chercheurs, que «la radiation a inhibé la décomposition microbienne» des feuilles qui jonchent le sol du site contaminé. Une découverte qui pourrait aussi expliquer la très lente croissance des arbres aux alentours de Tchernobyl –autre découverte scientifique abondamment relayée par la presse à l'été 2013.

Elle pourrait avoir un autre effet, autrement plus dangereux: favoriser des feux de forêts dévastateurs.

L'accumulation de cette matière végétale non décomposée constitue un parfait combustible, expliquent les chercheurs.

«C'est sec, ça s'allume et ça brûle assez facilement,commente ainsi Tim Mousseau, et rend donc plus probable le départ d'un feu de forêt catastrophique.»

La forêt du site de Tchernobyl, connue sous le nom de «forêt rouge»depuis que les radiations ont vidé les pins de leur chlorophylle, a déjà connu de graves incendies. Comme le raconte un reportage sur zone du Monde en date de 1998, «en 1992 un incendie a détruit des centaines d'hectares». Problème: il a aussi propulsé «dans l'air des éléments radioactifs contenus dans les plantes et le sol».

“The gist of our results was that the radiation inhibited microbial decomposition of the leaf litter on the top layer of the soil,” Mousseau says. This means that nutrients aren’t being efficiently returned to the soil, he adds, which could be one of the causes behind the slower rates of tree growth surrounding Chernobyl.  

Read more: http://www.smithsonianmag.com/science-nature/forests-around-chernobyl-arent-decaying-properly-180950075/#CqwdhJ5pKe4MGhbc.99
Give the gift of Smithsonian magazine for only $12! http://bit.ly/1cGUiGv
Follow us: @SmithsonianMag on Twitter

hey created around 600 small mesh bags and stuffed them each with leaves, collected at an uncontaminated site, from one of four different tree species: oak, maple, birch or pine. They took care to ensure that no insects were in the bags at first, and then lined half of them with women’s pantyhose to keep insects from getting in from the outside, unlike the wider mesh-only versions. 

Read more: http://www.smithsonianmag.com/science-nature/forests-around-chernobyl-arent-decaying-properly-180950075/#CqwdhJ5pKe4MGhbc.99
Give the gift of Smithsonian magazine for only $12! http://bit.ly/1cGUiGv
Follow us: @SmithsonianMag on Twitter

hey created around 600 small mesh bags and stuffed them each with leaves, collected at an uncontaminated site, from one of four different tree species: oak, maple, birch or pine. They took care to ensure that no insects were in the bags at first, and then lined half of them with women’s pantyhose to keep insects from getting in from the outside, unlike the wider mesh-only versions. 

Read more: http://www.smithsonianmag.com/science-nature/forests-around-chernobyl-arent-decaying-properly-180950075/#CqwdhJ5pKe4MGhbc.99
Give the gift of Smithsonian magazine for only $12! http://bit.ly/1cGUiGv
Follow us: @SmithsonianMag on Twitter

ecomposers—organisms such as microbes, fungi and some types of insects that drive the process of decay—have also suffered from the contamination. These creatures are responsible for an essential component of any ecosystem: recycling organic matter back into the soil. Issues with such a basic-level process, the authors of the study think, could have compounding effects for the entire ecosystem.

Read more: http://www.smithsonianmag.com/science-nature/forests-around-chernobyl-arent-decaying-properly-180950075/#CqwdhJ5pKe4MGhbc.99
Give the gift of Smithsonian magazine for only $12! http://bit.ly/1cGUiGv
Follow us: @SmithsonianMag on Twitter

En clair, un feu de forêt est le meilleur moyen de «diffuser la radiationdans la région», écrit NBC. Et d'ajouter une nouvelle anecdote sordide à la catastrophe de Tchernobyl, qui en compte déjà beaucoup, suscitant pour certaines la controverse. Outre sa forêt rouge, ses arbres qui ne grandissent ni ne pourrissent, il a été aussi question de la taille plus petite des cerveaux de ses oiseaux, ou de malformations animales et humaines –ce dernier point faisant l'objet de rapports contradictoires.

De même, les scientifiques s'opposent sur le scénario d'un Tchernobyl devenu un havre du règne animal depuis la catastrophe et la désertion humaine, comme nous l'expliquions en 2013, dans l'article intitulé «Est-ce que les animaux de Tchernobyl brillent dans le noir?» 

Source

Commenter cet article

Archives