Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les secrets de l'ovule dévoilés

Publié par MaRichesse.Com sur 19 Avril 2014, 00:00am

Catégories : #HOMME-FEMME

fusion-entre-un-ovule-et-un-spermatozoide-jpeg

Quand des spermatozoïdes rencontrent un ovule, c'est tout un processus qui se met en place pour créer un embryon. Des chercheurs du Wellcome Trust Sanger (Grande-Bretagne) viennent de mettre en lumière, dans la première étape de la fécondation, un élément clé jusqu'ici inconnu : une interaction entre des protéines situées à la surface des spermatozoïdes et à la surface de l'ovule pour que ces derniers puissent "s'amarrer" l'un à l'autre. Il aura fallu une dizaine d'années de recherche pour s'en rendre compte.

Cette découverte offre de nouvelles voies vers l'amélioration des traitements de l'infertilité mais aussi le développement de nouveaux contraceptifs. La fertilisation se produit quand un œuf et un spermatozoïde se reconnaissent l'un l'autre et fusionnent ensemble pour former un embryon. En 2005, des chercheurs japonais avaient découvert la protéine en jeu chez le spermatozoïde. Elle a été baptisée Izumo par allusion à un sanctuaire japonais célébrant le mariage. Mais son pendant sur l'ovule restait un mystère. 



"Nous avons résolu un mystère de longue date"

Il vient d'être levé après que les chercheurs anglais ont découvert une protéine unique qui, jumelé avec Izumo, est nécessaire pour la fécondation. La protéine, située sur la membrane de l'ovule, a été baptisée Juno en l'honneur de la déesse romaine de la fertilité et du mariage. Des expériences menées sur des souris ont montré que l'interaction les deux protéines est essentielle à la fécondation normale chez les mammifères. Lorsque le sperme des souris mâles n'est pas porteur d'Izumo, elles étaient infertiles.

De même, les souris femelles étaient stériles si elles étaient dénuées de la protéine-récepteur Juno. Leurs ovules déficients étant incapables de fusionner avec du sperme normal pour former un œuf, selon l'étude de Gavin Wright et ses collègues. "Nous avons résolu un mystère de longue date en biologie en identifiant ces molécules sur le sperme et l'ovule, explique le Dr Gavin Wright, auteur principal de l'étude. Sans cette interaction essentielle, la fécondation ne peut tout simplement pas se produire". 



Un rôle de "blocage"

En outre, les chercheurs ont constaté que, après l'étape de la fertilisation initiale, la protéine Juno disparaît soudainement de la surface de l'œuf après seulement 40 minutes. Cela peut expliquer pourquoi l'œuf, une fois fécondé par la première cellule de sperme, arrête sa capacité à en reconnaître d'autres. Ceci empêche la fusion avec un spermatozoïde supplémentaire et donc la formation d'embryons ayant plus d'une cellule de sperme, ce qui conduit inévitablement à sa destruction.

Les chercheurs veulent maintenant comprendre si un défaut protéine Juno peut constituer une cause d'infertilité chez les femmes qui luttent pour concevoir. Si c'est le cas, un simple test de dépistage génétique pourrait aider à éclairer sur le traitement approprié, plutôt que de subir le coût et le stress de traitements de fertilité assistée. L'autre axe de recherche se tourne vers la possibilité de développer un vaccin contraceptif en élaborant des molécules susceptibles d'empêcher "l'attachement" de ces deux protéines. 

Source

Commenter cet article

Archives