Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le prix des billets d'avion varient sur Internet, selon votre fréquence de connexion

Publié par MaRichesse.Com sur 28 Janvier 2014, 07:38am

Catégories : #ARGENT

La CNIL et la DGCCRF ont enquêté sur la pratique consistant à augmenter artificiellement le prix des billets d'avion et de train pour inciter à l'achat. Elles n'ont pas trouvé de sites marchands français recourant à cette méthode.

billets-d-avion.jpg

C'est décidé, cet été, vous irez à New York! Pas question pour autant de payer votre billet à n'importe quel prix. Vous comparez les offres des différentes compagnies aériennes, et l'une d'entre elle retient votre attention. En vous reconnectant au site de la compagnie aérienne, vous constatez que le prix du billet a légèrement augmenté. Et cette hausse se poursuit de jour en jour. Paniqué, vous prenez immédiatement vos billets. Mais le lendemain au bureau, mauvaise surprise: la compagnie aérienne propose toujours des places à un prix inférieur à celui que vous avez payé.

Cette mésaventure est loin d'être rare pour qui voyage régulièrement en train ou en avion, et elle a vite trouvé son responsable: «l'IP tracking». Avec cette méthode, le site marchand repérerait, grâce à «l'adresse» de votre ordinateur, que vous vous êtes connecté plusieurs fois pour regarder le prix d'un billet. Pour vous inciter à l'achat, il augmenterait alors artificiellement le tarif. Pour Jean-Daniel Guyot, président de Capitaine Train, site indépendant de ventes de billets de train, «cette pratique n'est pas une légende urbaine, et a été beaucoup utilisée dans le monde, et ce dès le début des années 2000». Mais ces méthodes sont-elles aujourd'hui utilisées par les sites de voyage français, dont les géants Voyages SNCF et Air France? Non, répondent aujourd'hui la CNIL et la DGCCRF au terme d'une investigation conjointe.

«Aucune des techniques observées ne prend en compte l'adresse IP des internautes comme élément déterminant ou ne vise à moduler le prix des produits ou services proposés aux consommateurs», indique les deux organismes après avoir enquêté auprès de sociétés de ventes à distance, et auprès de leurs prestataires techniques. Jean-Daniel Guyot confirme. «Nous nous connectons aux centrales de réservation de la SNCF et nous n'avons jamais à fournir l'adresse IP du client». 


Des frais de dossier différents selon l'heure de la journée

 

D'autres méthodes de modulation des prix ont toutefois été détectées par la Cnil et la DGCCRF. L'existence du fameux «yield management», assumé par tous les voyagistes, est confirmée. Cette méthode consiste à faire varier les prix d'un billet en fonction de la date de réservation, du taux de remplissage du train ou de l'avion, etc. Cette dernière explique pourquoi, dans un même train, rares sont les passagers à avoir payé le même tarif. Mais la Cnil a également découvert que les frais de dossier que les clients doivent parfois payer pour acheter un billet d'avion varient en fonction de l'heure de la journée. «L'internaute bénéficie de frais plus avantageux lorsqu'il achète un billet lors des heures creuses, déterminées par le commerçant», écrit-elle dans son communiqué.

Plus problématique encore, la Cnil et la DGCCRF ont remarqué que le prix d'un billet d'avion peut varier «en fonction du site internet précédemment consulté». Ainsi, l'internaute passant par un comparateur de prix plutôt que par le site de la compagnie aérienne se verra parfois proposer un prix d'appel très intéressant. Mais, au moment de règler son billet, les frais de dossier appliqués seront plus importants que ceux pratiqués habituellement. Au final, la promotion n'est pas forcément si intéressante que ça pour le consommateur. Étant donné le caractère opaque de ce mode de calcul, la Cnil et la DGCCRF vont poursuivre leurs investigations pour déterminer si cette pratique est contraire à la loi «informatique et libertés».

Mais pour la députée européenne Françoise Castex, en pointe de la contestation contre l'IP tracking, «l'enquête ne lève pas le doute sur les tarifs obscurs pratiqués par les grands opérateurs de transports sur la toile». La pratique de l'IP tracking, trop imprécise - les ordinateurs d'une même société peuvent partager la même adresse IP -, aurait en effet été remplacée par l'usage de «cookies». Ces petits «mouchards» collectent des informations sur le comportement de l'internaute, et pourraient donc servir à moduler les prix. Un aspect sur lequel l'enquête de la Cnil et de la DGCCRF ne se penche pas. 

Source 

 

A lire aussi: 

LOL, MDR, OMG... 10 acronymes internet qu'il faut connaitre 

Un site internet qui calcule le nombre d'esclaves à votre service 

L’ambassadeur du Congo-Brazza au Maroc se masturbe en direct sur internet 

Les 10 chiffres qui prouvent que le porno est l'addiction de la génération Internet 

Commenter cet article

Archives