Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La lutte contre la crise sanitaire du siècle: les antibiotiques sont de plus en plus inefficaces

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Mai 2014, 00:11am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

Une égratignure provenant d’une simple chute de vélo pourrait bientôt devenir mortelle si des actions ne sont pas prises pour contrer la résistance croissante des bactéries face à la panoplie existante d’antibiotiques, alerte un nouveau rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

medicaments-generiques.jpg

Le rapport, intitulé «Antimicrobial resistance: global report on surveillance », affirme que les antibiotiques sont de moins en moins efficaces contre les « superbactéries» et que nous pourrions bientôt connaître une crise sanitaire mondiale en comparaison de laquelle celle du sida ne serait rien.

Cette étude est la plus vaste qui ait jamais été menée sur ce sujet, elle a brassé les données de pas moins de 114 pays, et s’est notamment penchée sur 7 bactéries responsables de maladies ordinaires mais graves telles que la diarrhée, la pneumonie, la septicémie, l'infection des voies urinaires et la blennorragie. Elle conclut qu’on constate une résistance croissante de ces bactéries les plus communes aux antibiotiques aux 4 coins de la planète, alors qu’au cours des 30 dernières années, aucun nouveau type d’antibiotique n’a été développé. Le rapport indique que cette résistance ne se limite pas aux bactéries, et qu’on peut également observer une résistance croissante des virus et des mycoses aux médicaments, et que c'est notamment le cas pour les redoutables virus du HIV et de la grippe.

«Une ère post-antibiotiques – dans laquelle les infections les plus communes et les petites blessures pourraient être mortelles -, loin d’être un fantasme apocalyptique, pourrait bien devenir une réalité pour le 21ème siècle. (…) Ce n'est pas un problème abstrait. Nous avons désormais un grave problème et il va devenir encore plus grave. Que ferons-nous, lorsque nous aurons des infections que nous ne parviendrons plus à guérir, ou lorsque nous ne pourrons plus protéger les gens pendant leur chimiothérapie? », écrit le Directeur général assistant pour la sécurité sanitaire de l'OMS, le Dr Keiji Fukuda, en prologue de ce document.

Les auteurs de l'étude exhortent les gouvernements à travers le monde à prendre des mesures pour stimuler la recherche et le développement de nouveaux médicaments pour lutter contre les infections et à remettre en cause radicalement la façon dont les antibiotiques sont produits, prescrits et utilisés.

« La résistance aux antibiotiques se déplace avec les maladies infectieuses et les maladies infectieuses voyagent tout autour du monde. Tout ce qui a été fait de positif au Royaume-Uni, par exemple, peut être rendu totalement inopérant par un manque d'action ailleurs dans le monde », a expliqué le Dr Danilo Lo Fo Wong, Senior Adviser Antimicrobial Resistance auprès de l’OMS, au Daily Telegraph. Il explique que la résistance aux antibiotiques est plus grave que la crise du sida des années 1980, parce qu’elle met potentiellement tout le monde en danger.

Au Royaume-Uni, peu avant la publication du rapport, Dame Sally Davis, le médecin hygiéniste en chef du pays, a officiellement demandé que des restrictions strictes soient appliquées sur la prescription des antibiotiques, et elle a invité les compagnies pharmaceutiques à développer de nouveaux médicaments.

Laura Piddock, une professeur de microbiologie de l'Université de Birmingham qui dirige également Antibiotic Action, une association internationale indépendante, estime que le monde doit réagir de la même manière qu’il l’a fait lors de l’apparition du virus du sida dans les années 1980 :« Pour faire cela, nous devons être ambitieux pour réussir. Des décisions telles que la mise en place d’un programme de surveillance obligatoire financé au plan international, et des campagnes d'éducation financées avec des fonds publics contribueront à minimiser le recours aux antibiotiques, mais ce ne sont que des premières étapes. Nous devons encore travailler pour comprendre tous les aspects de la résistance aussi bien que pour découvrir, chercher et développer de nouveaux antibiotiques ».

Selon l'OMS, les décideurs, les professionnels de la santé, les pharmaciens et les patients doivent tous contribuer à lutter contre la résistance des bactéries. En outre, des mesures doivent être prises pour restreindre l’emploi des antibiotiques dans l’industrie alimentaire. 

Source

Commenter cet article

Archives