Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La France «pays de prétentieux», le Maroc «pays de voleurs»: la carte polémique d'Enseignons.be

Publié par MaRichesse.Com sur 27 Février 2014, 20:34pm

Catégories : #RELATIONS

La Belgique, terre de chômeurs; la Pologne, pays des fours à juifs et des plombiers; le Maroc, nation de voleurs... Voici une carte qui va faire polémique. Elle reprend tous les préjugés et clichés répandus sur les différents pays et leurs habitants. Et elle vient d’être diffusée sur la page Facebook du portail éducatif... Enseignons.be. 

prejuges-et-cliches.JPG

La Belgique, pays de fachos au nord, de chômeurs au sud, de frites et de gaufres.
La France, pays des bouffeurs de grenouilles, de parisiens prétentieux, de fromages qui puent...
L’Allemagne, pays des Boches, des chleus, de la saucisse...
La Pologne, pays des fours à juifs, des plombiers...
L’Ukraine, pays des irradiés...
L’Italie, pays des macaronis qui aiment le foot; le Maroc, pays des voleurs, des marloufs, et des mariages blancs...
Le Portugal, pays des maçons poilus et des femmes de ménage...
L’Espagne, pays des Fainéants et des retraités...

La liste de tous ces clichés et stéréotypes est très longue. Ils ont été compilés par l’artiste montois Sébastien Laurent, qui les a répertoriés dans une carte reprenant, en gros, l’Europe, l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient.

Cliquez sur la carte pour l'agrandir:

undefined

Cette carte, déjà explosive en soi, risque bien de causer une sacrée polémique. Elle vient d’être diffusée par le portail éducatif Enseignons.be sur sa page Facebook, accompagnée de ce petit mot...

«Considérant la relative difficulté qu’ont nos élèves à situer les pays européens sur une carte, voici un outil (œuvre de l’artiste S. Laurent) qui devrait faire plaisir à tous nos collègues de géographie. Ne nous remerciez pas, c’est tout naturel.»... Lavenir.net

Le MRAX demande le retrait de la carte

Du côté du mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie (MRAX), dire qu’on s’est un peu étranglé dès la mise en ligne de la carte est sans doute faible... «Nous avons reçu des appels indignés de personnes réclamant le retrait de cette carte» , expose ainsi Vincent Cornil, directeur du Mrax. Le problème réside dans la manière dont elle est présentée, ajoute Vincent Cornil. Elle peut être un bon outil pédagogique pour lutter contre les préjugés, c’est un fait, mais ici, elle est balancée comme ça, sans mise en garde, sans explications. Il s’agit là d’une banalisation des préjugés, de la stigmatisation. C’est grave... D’autant que les caricatures sur la carte ne sont pas toutes du même degré. Les «frites» pour les Belges, ok, mais les «putes» pour un pays de l’Est ou encore les «enculeurs de chèvres pour un autre, c’est tout de même autre chose... Venez parler avec une victime du racisme, vous verrez que cela n’a rien de drôle.»

Et maintenant? «Nous avons demandé le retrait de cette carte, mais rien n ‘a bougé. Elle est toujours là. Maintenant, nous demandons au minimum des excuses et le retrait de la carte , même si le mal est fait...» .

Un outil pédagogique, répond enseignons.be

"La pire chose qui pourrait arriver, ce serait de faire de l'auto-censure", réplique Jonathan Fischbach, le responsable d'Enseignons.be. "Il s'agit d'une oeuvre d'art, qui est d'ailleurs exposée en Belgique", rappelle-t-il. "Nous sommes un organisme d'éducation permanente. Il y a un aspect pédagogique dans notre démarche. On s'est dit que c'était un bon moyen pour introduire un cours sur les préjugés et le racisme en classe. On est là pour donner des outils, point barre ! Un outil, si on l'utilise bien, ça peut être intéressant. Faut-il supprimer cet outil ?

Pas question donc de retirer la carte polémique de la page Facebook d'Enseignons.be. "Un enseignant avait mis le lien dans son fil d'actualité. On a trouvé la carte provocante, certes, mais on a fait spontanément confiance dans l'esprit critique des profs. On a quand même contacté hier le Centre pour l'égalité des chances avec lequel nous collaborons et on attend leur avis."

Et la demande du Mrax de retirer la carte ? "Je trouve la demande du Mrax non-fondée. Et ces gens-là ne nous ont même pas contactés", répond Jonathan Fischbach. Beaucoup de commentaires publiés sur la page Facebook sont, souligne-t-il, favorables à cette publication, dans laquelle ils voient surtout de l'humour. Il se dit néanmoins surpris par l'autre partie des réactions, outrées. "Je ne peux pas dire si tous ceux qui ont réagi négativement sont des enseignants", dit-il. "Mais ces réactions nous laissent penser qu'avec du recul, cette carte est un bon moyen à exploiter dans les classes. Ce n'est pas simplement de la provocation gratuite. En tout cas, on ne l'a pas vu comme cela."

Dans ces réactions, il voit le retour "de la bien-pensance, du politiquement correct". Mais dit-il, il faut tenir compte de "qui publie?" "Nous ne sommes pas Hara Kiri ou Charlie Hebdo, ni une page polémique. Ni le site des amis de Marine Le Pen ou de Laurent Louis. Nous avons mis des leçons en ligne, des ressources, pour essayer de contextualiser.On a fait confiance aux enseignants, à leur esprit critique, à leur professionnalisme. Vous savez, il y a des profs qui utilisent des flyers de mouvements nazis pour expliquer aux élèves ce qu'est le racisme. Parfois, plus c'est gros, plus cela suscite la curiosité."

Et puis, conclut le responsable d'Enseignons.be, "on laisse l'artiste à ses responsabilités. C'est également à lui d'expliquer sa démarche. Je crois qu'il a simplement voulu interpeller sur les préjugés. Il a forcé le trait, comme peut le faire aussi un Pierre Kroll. Je pense à l'Origine du Monde de Courbet. Retirer l'oeuvre des murs, cela voudrait dire qu'elle est offensante. Et que la démarche d'Enseignons.be est une incitation à la haine. C'est une oeuvre qui interpelle. Mais il ne faut pas tomber dans la censure, et laisser les gens pouvoir se faire une opinion."   Recueilli par J.-C.H.

Commenter cet article

Archives