Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L’UE instituera une taxe sur la richesse de type soviétique et 9 autres prédictions pour 2014

Publié par MaRichesse.Com sur 22 Décembre 2013, 14:32pm

Catégories : #IMPORTANT

greve-contre-l-union-europeenne.jpg

Comme d'habitude la banque danoise Saxo Bank a publié une liste de 10 prédictions « scandaleuses » pour l'année à venir. Il s'agit d'un soi-disant «Black Swan exercice », inspiré par les cygnes noirs, ces évènements extrêmes qui surprennent et ont un impact majeur, puis sont rationalisés par des explications a posteriori, et qui ont été théorisés par Nassim Taleb, l’écrivain expert en épistémologie des probabilités et des mathématiques financières.

L'année dernière, Saxo avait prédit une correction de l'or à 1200 dollars l'once qui s’est concrétisée en 2013


Voici les 10 prédictions « scandaleuses » pour 2014: 


1. L’UE va appliquer une taxe sur la richesse annonciatrice d’un retour d’une économie de type soviétique

La déflation et la mollesse de la croissance vont susciter la panique des dirigeants européens, ce qui conduira la Commission Européenne à réfléchir à la création d’une taxation pour les agents qui disposent d'une épargne supérieure à 100.000 euros ou dollars. Cette nouvelle taxe sera introduite au nom de la réduction des inégalités et à la mise à contribution « plus juste » des plus riches. Beaucoup de travaux de recherche pointent vers une taxe sur la richesse de 5 à 10% pour créer un fonds « tampon pour la crise », qui pourrait être utilisé pour porter secours aux banques, aux gouvernements, ou à d’autres instances mises en difficulté par la crise. Ce sera la dernière étape vers la création d'un Etat totalitaire européenne et la plus forte régression des droits de la propriété individuels.

2. Les groupes anti-UE obtiennent la majorité au parlement

Après les élections du Parlement européen en mai, un groupe paneuropéen anti-UE deviendra le plus grand groupe politique au parlement européen. Le nouveau Parlement européen élira un président anti-européen et les chefs d'État et de gouvernements ne parviendront pas à choisir un nouveau président pour la Commission européenne, ce qui plongera l'Europe dans un bourbier politique et économique.

3. Les « Fat Five » de la technologie se réveillent avec une épouvantable gueule de bois en 2014

Les actions des firmes américaines du secteur de l’informatique se négocient environ 15% en dessous de leur évaluation dans l’indice S & P 500, mais un petit groupe d’entre elles s’échangent à un cours  700% supérieur à leur valeur de marché. Ce sont les 5 «Fat Five » : Amazon, Netflix, Twitter, Pandora Media et Yelp. La valorisation de leur cours est biaisée parce qu’elles ont été valorisées au regard de la forte croissance qu’elles ont enregistrée au lendemain de la crise financière. Saxo Bank prédit que cette bulle pourrait éclater en 2014, et ces titres perdre 50% de leur valeur.

4. La Banque centrale japonaise pourrait annuler la dette nationale après la chute de l’USD/JPY en dessous de 80 yen

En 2014, la reprise mondiale s’épuisera, ce qui fera chuter la valorisation des actifs risqués et forcera les investisseurs à se tourner vers le yen, ce qui aura pour conséquence d'abaisser la parité du dollar contre le yen en dessous de 80. En désespoir de cause, la Banque du Japon supprimera tous les titres de créances du gouvernement pour juguler la trappe de la déflation que connait le pays depuis 2 décennies. 15% de l’endettement public pourraient disparaître de cette manière. Comme cela n’a jamais été tenté nulle part, cette manœuvre sera comme un voyage en territoire inconnu avec des effets secondaires potentiellement désastreux.

5. La déflation aux États-Unis: bientôt dans votre ville

Bien que les indicateurs suggèrent que l'économie américaine se porte mieux, le marché immobilier reste fragile et les salaires n’augmentent pas en dépit d’une meilleure situation du marché de l’emploi.  En janvier, le Congrès ne manquera probablement pas de jouer l’acte II de son show « comment perturber l'économie américaine », et l'investissement, l'emploi et la confiance des consommateurs devraient encore en pâtir. Tout ceci est susceptible de pousser l’inflation à la baisse et la déflation pourrait devenir une priorité pour le Federal Open Market Committee (FOMC), l’organe de la Fed chargé de l’élaboration de la politique monétaire américaine.

6. L'assouplissement quantitatif mise tout sur ​​les prêts hypothécaires

Aux États-Unis, le quantitative easing a fait baisser les charges d'intérêt et augmenter le cours des actifs à risque de façon spectaculaire, ce qui donne l’impression trompeuse que l'économie s'améliore. De grands problèmes demeurent non résolus, en particulier la poursuite du désendettement du secteur privé, le marché immobilier qui plonge dès que les taux d’intérêt remontent, le déclin continu des dépenses du secteur public et la faiblesse de la création d’emplois du secteur privé. Le FOMC pourrait donc se concentrer sur les prêts hypothécaires en 2014, en modifiant son programme pour faire du QE3 un programme consacré à 100% à l’achat d'obligations hypothécaires. Le quantative easing, qui atteint déjà 85 milliards de dollars mensuels, pourrait grimper à 100 milliards de dollars mensuels.

7. le cours du baril de Brent tombera à 80 dollars en l’absence de réaction des producteurs

Le monde est inondé de pétrole en raison de la production accrue provenant de sources non conventionnelles et l'augmentation de la production en Arabie Saoudite. Pour la première fois depuis des années, les hedge funds pourraient « shorter » le baril de pétrole brut Brent pour ramener son cours à 80 dollars. Après quelques hésitations, la Russie, les producteurs de l’OPEP, et les Etats-Unis qui ont besoin d’un cours élevé pour garantir la rentabilité des gisements de gaz de schiste, parviendront à se mettre d’accord pour réduire la production, ce qui fera repartir le cours du pétrole à la hausse.

8. Allemagne en récession

La performance durable et exceptionnelle en Allemagne se terminera en 2014, contrairement à la prévision de croissance de l’ordre de 1,7% qui avait été faite. Après des années de parcimonie excessive de l’Allemagne, les États-Unis finiront par tourner le dos  à la plus grande économie de la zone euro. Il est également très probable que les autres grandes économies mettent au point un plan coordonné pour réduire lcommes excédents commerciaux du pays. La chute des prix de l'énergie aux États-Unis va inciter les entreprises allemandes à délocaliser leur  production à l'Ouest. L’Allemagne va également pâtir d’une baisse de sa compétitivité en raison des augmentations de salaires et les autres mesures qui pourraient être exigées par le SPD, le nouveau partenaire de la coalition au pouvoir, pour améliorer le bien-être des classes inférieures et moyennes, et l’émergence de la Chine qui se concentrera davantage sur sa consommation intérieure à la suite de la récente troisième session plénière. Ce faisceaux de menaces pourrait déboucher sur une baisse de l’activité économique.

9. Le CAC 40 s’écroule de 40% en raison du malaise français

La bulle générée par le quantitative easing américain sur les marchés actions continuera de se propager en 2014, mais ces derniers pourraient subir une forte correction lorsqu’il deviendra évident que le seul moteur de cette hausse est la folie. Pendant ce temps, en France, le malaise s’aggrave en raison de l’incapacité du gouvernement Hollande à apporter une réponse au manque de compétitivité du pays ou une reprise de la croissance économique. Les prix de l'immobilier, qui n’ont pas vraiment été corrigés après la crise, feront un plongeon spectaculaire, provoquant une baisse de la consommation et de la confiance. Après le départ d’un grand nombre d'investisseurs, l'indice CAC 40 chutera de plus de 40% par rapport à son plus haut niveau de 2013 à la fin de l’année.

10. Les devises des « Fragile Five » perdent 25% contre le dollar

La réduction prévue de l'assouplissement quantitatif aux États-Unis mènera à une hausse des taux d’intérêt et une augmentation des coûts marginaux du capital. En conséquence, les pays avec des déficits de comptes courants de plus en plus importants vont se retrouver exposés à la baisse de l'appétit pour le risque des investissements du monde, ce qui provoquera une baisse de la parité de leur devise, en particulier contre le dollar américain. Cinq pays sont particulièrement concernés: le Brésil, l’Inde, l’Afrique du Sud, l'Indonésie et la Turquie

Source 

 

A lire aussi: 

En Europe, 121 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté 

Selon la Croix-Rouge, le niveau de pauvreté en Europe est proche de celui de la seconde guerre mondiale 

Mugabe aux occidentaux: "le moment va venir où nous dirons 'coup pour coup'. Tu me frappes, je te frappe" 

Les remèdes naturels que l'Union Européenne et les multinationales pharmaceutiques veulent vous interdire 

L’Union européenne a décidé de réintroduire la peine de mort pour les insurgés. Vous le croyez pas ? 

L’Union européenne, «l’homme malade de l’Europe», a-t-elle un avenir?

Commenter cet article

Archives