Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L'amour au bureau, exercice à haut risque

Publié par MaRichesse.Com sur 27 Septembre 2013, 12:33pm

Catégories : #HOMME-FEMME

Il est souvent tabou, parfois même interdit, et fait l’objet de nombreux fantasmes. Mais l’amour au bureau est surtout une réalité : près d’un tiers des couples se rencontreraient au travail. Enquête sur un exercice périlleux.

 

Quand Olive344, l’un de nos psychonautes, et sa compagne se sont rencontrés au cabinet de conseil financier dans lequel tous deux travaillaient, ils ont d’abord tenté de cacher leur relation. Comme la majorité des couples qui entament une relation intime au bureau. Mais à l'instar de beaucoup de cas, « les choses se sont sues. Et tout s’est dégradé. Des problèmes de confiance, des non-dits, des malentendus sont apparus au sein de notre équipe. » Résultat ? Les deux amoureux ont fini par quitter l’entreprise. « Mais nous sommes toujours ensemble ! L’amour au bureau ? C’est un jeu très délicat, à ne tenter que si la personne en vaut la chandelle ! ». « No zob in job » dit le proverbe bien connu. Pourtant, le monde professionnel est l’un des lieux les plus propices à la rencontre - selon une étude réalisée par la société Monster, en Europe, 30% des couples s’y rencontreraient d’ailleurs- et les entreprises les plus innovantes seraient celles où les relations intimes sont les plus nombreuses. « Qui est avec qui ? » Une banale discussion qui a lieu chaque jour devant toutes les machines à café. Mais qui reflète une réalité bien plus compliquée qu’elle n’en a l’air et surtout, non sans danger.

 

Entre tabou et fantasmes

L’amour au bureau, on en parle partout : à la cantine, dans les couloirs, pendant les pauses… Sauf, à en croire Loïck Roche, auteur de Cupidon au travail (Ed. d’Organisation), entre les dirigeants et les responsables des ressources humaines des entreprises. « Quand on leur demande s’il existe des relations intimes ou sexuelles au sein de leur organisation, la plupart du temps, ils répondent ‘non, il n’y a pas de ça chez nous’. S’ils acceptent que des gens puissent prendre 10 minutes pour fumer une cigarette, il leur est inconcevable qu’ils puissent passer ce temps à s’embrasser. Comme si, quelque part, une hiérarchie officieuse se créait par le plaisir des corps, échappant à la hiérarchie officielle. » Aux Etats-Unis, certaines entreprises vont même jusqu’à interdire à leurs salariés de se fréquenter. L’amour au bureau : un sujet qui reste tabou mais qui en fait fantasmer plus d’un. Qui n’a jamais éprouvé de désir pour son chef, sa collègue de travail, le petit nouveau ou la nouvelle stagiaire ?

 

Un endroit propice aux rencontres

Il faut dire que le monde de l’entreprise est un lieu idéal pour rencontrer quelqu’un. « On y joue un rôle, explique Loïck Roche. Contrairement à chez soi, on s’oblige à faire attention, à s’habiller correctement, à respecter les règles de civilité. Dès l’entretien d’embauche, on se trouve dans un rapport de séduction. » En plus, nous y passons la majeure partie de notre temps et nous y travaillons avec des gens qui ont les mêmes centres d’intérêts que nous… De quoi faciliter la rencontre. « C’est venu comme ça, au bout de 6 mois, raconte Marie, 35 ans. On passait beaucoup de temps ensemble, on allait souvent déjeuner tous les deux. On avait fini par bien se connaître. Et on s’était découvert les mêmes goûts ». Et si l’on nous répète qu’amour et travail ne font pas bon ménage, tout nous invite pourtant à mélanger vies privée et professionnelle. Réunions tard le soir, dîners de travail, soirées, séminaires… Difficile parfois, d’établir une frontière.

 

Amour et productivité

Au départ, Marie n’avait aucune intention de tomber amoureuse de l’un de ses collègues. « Mais au final, c’était agréable d’aller au boulot avec le sourire à l’idée de le retrouver. C’était une motivation en plus ». Surtout dans un univers professionnel marqué par la crise, les restrictions budgétaires et les licenciements. « Nouer des relations intimes voire sexuelles sur le lieu de travail est une façon de reconstruire du vivant dans un univers souvent violent et parfois même mortifère, explique Loïck Roche. Cela permet de se sentir à nouveau exister, regardé(e), revalorisé(e). » L’amour au travail serait-il alors si dangereux que cela ? Ne peut-il pas, en plus, améliorer notre productivité ? Loïck Roche a étudié la question : les entreprises les plus innovantes sont celles où il existe le plus de relations intimes. « La pulsion de créativité n’est jamais loin de la pulsion sexuelle ».

 

Ragots, jalousie, méfiance

Mais pour ce docteur en psychologie et en philosophie, « le vaudeville est un luxe que le travail ne peut pas se payer. Il n’est pas fait pour cela. On se met en danger et on met son travail en danger. » Evidemment, rien ne nous interdit d’avoir des relations avec des collègues de bureau. Sauf si notre travail en pâtit. Mais ce qui est sûr, c’est qu’une telle relation amène son lot de complications. « Nous venions ensemble en voiture, l’un entrait toujours avant l’autre, se souvient Marie. Mais les gens n’étaient pas dupes ». Il y a les ragots, auxquels il faut faire face, la jalousie des uns, la méfiance des autres… Et les choses se corsent d’autant plus lorsque l’on travaille dans la même équipe. « Comment donner un ordre dans ces cas-là ? Cela interdit tout conflit. Et si l’un est augmenté et pas l’autre ? », interroge Loïck Roche. Dina Scherrer est coach. Pendant longtemps, elle a travaillé dans la publicité, où elle a rencontré son premier mari. « Quand on travaille dans la même équipe, il y a un risque de favoritisme, que chaque décision soit mal perçue, qu’on nous isole un peu aussi. Moi, j’étais devenue la femme du chef, celle à qui on ne dit pas tout. Les gens n’étaient plus naturels avec moi. »

 

Quand vient la rupture

Oui, l’amour au bureau n’est pas sans risques. Sur nos forums, Rachelka en témoigne. « Pendant un mois, j’ai eu une relation furtive et cachée avec mon boss. Ensuite, il a tout fait pour me faire partir, car j’étais devenue gênante. Et voilà comment on se retrouve au chômage en un rien de temps ». Au travail, 90% des relations sont éphémères, des passades pour la plupart, ou des aventures sans lendemain. De quoi faire réfléchir avant de se lancer dans l’exercice. Quoi de plus rebutant que de s’imaginer condamné(e) à passer ses journées en face… de son ex ?

 

Le code du travail amoureux

Seulement voilà, le propre de l’amour est qu’il nous tombe dessus sans crier gare. Dans ce cas, mieux vaut adopter un code du travail amoureux. Première règle : être discrets ! Pas d’allusion, de mots d’amour ni de marques d’affection, s’était promis Marie. « Et surtout, il ne faut pas raconter les hauts et les bas que traverse son couple à ses collègues. » Dina Scherrer, elle, a attendu que la relation devienne sérieuse pour l’officialiser… et partir. « Il avait un meilleur poste que moi et plus de responsabilités. Et je n’avais pas envie que les réunions continuent le soir à la maison. » Parvenir à établir une frontière entre le travail et la maison : voici le défi auquel sont soumis les couples qui travaillent ensemble. Chez Dina et Marie, aujourd’hui en couple avec des hommes qui ne sont pas leurs collègues, même son de cloche : il est préférable pour les membres d’un couple d’évoluer dans des univers différents. Et Dina de conclure : « si le travail facilite les rencontres, il n’aide pas, en revanche, à faire durer l’amour… »

Source

Commenter cet article

Archives