Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Inde : 600 plaintes non traitées en raison d'un mot de passe égaré

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Mars 2014, 08:00am

Catégories : #INSOLITE

oubli-d-un-mot-de-passe.jpeg

Depuis 2006, quelque 667 plaintes déposées auprès de la police de Delhi sont restées sans suite. Ce n'est pas faute de mauvaise volonté mais en raison d'un "problème technique" somme toute assez simple : le mot de passe d'accès au portail informatique de traitement de ces plaintes avait été égaré. Huit ans plus tard, les policiers ont enfin trouvé une solution pour contourner cette difficulté et désormais traiter ces doléances. 


La lutte contre la corruption peut bien attendre

Certes, il est totalement déconseillé d'opter pour des mots de passe trop simples et populaires comme 123456, mais de là à en choisir un trop compliqué et à l'oublier pendant des années... il y a des limites. C'est pourtant ce qui est arrivé en Inde au sujet de plusieurs centaines de plaintes déposées par des citoyens auprès de la Commission de vigilance centrale (CVC), un organisme chargée de lutter contre la corruption gouvernementale. Ces doléances étaient recueillies par la CVC et redirigées ensuite vers chaque service concerné. Ces derniers y avaient accès via un portail en ligne protégé par un mot de passe. C'est ainsi que 667 plaintes contre la police de Delhi se sont peu à peu accumulées sans jamais être traitées entre 2008 et 2014.

Le problème a finalement été réglé en janvier dernier, révèle cette semaine The Indian Express. Deux agents de la police de Delhi ont été convoqués à la CVC en tout début d'année au sujet de ce portail. Ils ont bien dû convenir que les plaintes n'avaient non seulement pas été traitées mais, qu'en outre, ils avaient égaré le mot de passe d'accès. Il aura suffit d'une heure de "formation" pour que tout rentre dans l'ordre. Depuis, chacune des plaintes a été traitée. Mieux vaut tard que jamais. 

Source

Commenter cet article

Archives