Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Friand des filles sur le Net, l'une d'elles l'a probablement découpé à la scie

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Mars 2014, 04:47am

Sa compagne acquittée

cyber-attaques

Jugée par la cour d'assises de l'Allier pour l'assassinat de son compagnon, dont la dépouille avait été retrouvée en deux morceaux dans le coffre de sa voiture, Odile Varion, 46 ans, a été acquittée dans la nuit de vendredi à samedi. 


Un homme violent, découpé à la scie

L'affaire remonte à 2009. La victime, Didier Lacote, était âgée de 51 ans. D'une même voix, sa compagne et son ex-femme l'ont décrit comme violent. Durant le procès, de nombreux témoins ont aussi évoqué un obsédé sexuel, volontiers exhibitionniste, qui cherchait ses partenaires sur Internet. L'une des raisons sans doute pour laquelle son couple battait de l'aile. A sa disparition le 12 février 2009, Odile Varion, qui jure qu'elle le croyait en vacances, ne s'était pas inquiétée outre mesure. Le couple ne s'entendait plus, il faisait chambre à part, et l'homme s'absentait sans préavis. L'accusée aurait cependant tardé à donner l'alerte a estimé l'accusation, jugeant comme les enquêteurs le comportement de la femme "étonnant".

Un mois plus tard, le 10 mars, le corps habillé de Didier Lacote, découpé à la scie circulaire, avait été découvert en putréfaction sous la plage arrière de sa Peugeot 306. L'outil n'a jamais été retrouvé. D'après l'autopsie, la mort résulte d'un empoisonnement à l'atropine, un collyre oculaire mortel s'il est ingéré en grande quantité. Le poison a probablement été ingurgité lors d'un repas, mais rien ne l'établit. Pour l'avocate générale, Marie-Christine Jamain, qui avait requis 20 ans de réclusion, la culpabilité d'Odile Varion ne semblait faire aucun doute et le geste aurait été mûrement prémédité. Les crimes par empoisonnement sont le plus souvent commis par un proche et précédés d'essais infructueux a dit la magistrate, soulignant qu'à plusieurs reprises, la victime avait été hospitalisée pour des malaises et des troubles psychiatriques typiques d'une surdose d'atropine. 


Le fils soupçonné de destruction de preuve, les enquêteurs d'en avoir ignorées

Au-delà de ces présomptions, le dossier ne comportait guère d'éléments probants, en tout cas pas au point de convaincre les jurés de condamner Mme Varion, qui durant l'enquête avait passé onze mois en détention, mais comparaissait libre. Elle a toujours nié toute implication. "Je n'ai pas commis ce crime odieux, je n'ai pas découpé Didier, je l'ai pas laissé dans sa voiture", a-t-elle clamé lors de sa dernière intervention à la barre. A l'annonce du verdict, ses enfants et ses soeurs se sont jetés dans ses bras. Tout le monde était en larme, y compris son défenseur, Me Jean-François Canis "très heureux, infiniment soulagé, après un combat de cinq ans". "C'est un soulagement, on va pouvoir reformer une famille et je vais retrouver mes enfants", a déclaré l'acquittée. Son fils, Aurélien, 15 ans, qui avait aussi été mis en examen dans cette affaire, a bénéficié d'un non-lieu, mais il doit encore répondre de l'accusation de destruction de preuve devant la justice des mineurs.

Des preuves, les enquêteurs en avaient sous la main, mais ils ne les ont pas exploitées, estime Me Canis, qui dénonce des manquements et l'"amateurisme" des experts. De l'ADN a été trouvé sur les vêtements" de la victime, or ces échantillons n'ont jamais été analysés, a-t-il expliqué. Il est question de poils et de cheveux, notamment d'un "long cheveu blanc trouvé sur [son] oreille", alors que l'accusée a toujours eu les cheveux courts. Pas fâchée du verdict, Me Valérie Pirello qui représentait la fille du couple a aussi estimé que des pistes n'ont "pas été exploitées", notamment pas celle des cheveux et des mégots prélevés dans le véhicule. Me Dominique Lardans, qui représentait la famille de la victime n'a pas plus contesté l'acquittement et ne désespère pas. "Les proches de Didier Lacote ont l'espoir que l'enquête reprenne sérieusement pour que le coupable soit démasqué", a-t-il dit. 

Source

Commenter cet article

Archives