Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


France: Un sans-papiers poursuivi pour s’être immolé au tribunal

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Octobre 2013, 13:01pm

Catégories : #NEWS

Un Tunisien sans-papiers de 22 ans qui comparaissait mercredi à Lyon devant un juge de la liberté et de la détention (JLD) au sujet de son maintien en centre de rétention, a mis le feu à ses vêtements en pleine audience, un acte qui lui vaut d'être poursuivi par le parquet pour "mise en danger de la vie d'autrui".

 

 

Comme l'a révélé le site de Rue89-Lyon, le jeune sans-papiers était en cours de présentation à un JLD pour décider de son maintien en centre de rétention lorsque celui-ci a sorti subrepticement une fiole contenant un liquide inflammable, pour ne pas subir de nouvelle expulsion, a confirmé une source judiciaire. "Il était assis, il a allumé le feu sur sa personne, son pull a commencé à brûler, il a fallu que les fonctionnaires de police se jettent sur lui pour stopper le feu. 

Soigné à l'hôpital pour des blessures légères, il n'a pas été hospitalisé", a expliqué vendredi soir son avocat. Le jeune homme "a grièvement exposé l'intégrité corporelle du juge, du greffier, des fonctionnaires de police et d'un autre étranger qui assistaient à l'audience", a affirmé la source judiciaire qui a précisé qu'un des policiers avait eu un dégagement de fumée sur son pantalon.

Le parquet de Lyon a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour "mise en danger de la vie autrui" et "tentative de soustraction à une mesure d'éloignement en récidive légale" puisque le jeune homme "avait été condamné le 18 juillet dernier à 3 mois d'emprisonnement" pour ce motif, selon la source judiciaire. Le parquet a également requis son placement en détention provisoire. Mais ces poursuites ont indigné de nombreux avocats: "Il avait déposé une demande d'asile le jour même. 

Après le délit de solidarité qui criminalise les associations venant en aide aux étrangers, c'est le délit de désespoir! Il n'avait aucune volonté de mettre en danger les personnes autour, c'est un acte de désespoir", a rappelé l'un de ses avocats, mandaté par le barreau de Lyon pour le défendre, et qui préfère taire son nom. 

"Poursuivre quelqu'un pour mise en danger de la vie d'autrui alors qu'il a vraiment tenté de se détruire est largement démesuré. On peut très bien décider de ne pas le poursuivre et le laisser en centre de rétention, on a été nombreux à être choqué de ces poursuites", s'est indignée Me Marie-Noëlle Fréry, membre du syndicat des avocats de France.

Source

 

 

Commenter cet article

Archives