Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


France: Un escroc imposteur arrêté, Nicolas Sarkozy parmi ses victimes

Publié par MaRichesse.Com sur 20 Septembre 2013, 13:37pm

Catégories : #NEWS

Un homme se faisant passer pour le demi-frère de Jacques Villeret, vendait des tableaux prétendument peints par l'acteur décédé en 2005. Même Nicolas Sarkozy, alors président, y a cru. L'escroc a été condamné mercredi à 2 ans de prison ferme.

Jacques Villeret, dans "Vipère au Poing", son dernier film sorti en 2004.

Jacques Villeret, dans "Vipère au Poing", son dernier film sorti en 2004. / Crédits : DR

 

Piètre peintre mais esthète de l'escroquerie... Un homme, artiste raté qui se faisait passer pour le demi-frère de Jacques Villeret, a réussi pendant un an à écouler près de quarante de ses toiles, prétendument signées de l'acteur décédé en 2005.

 

Problème, l'interprète du "Dîner de cons" n'a jamais touché un pinceau de sa vie, comme l'explique Le Parisien qui rapporte l'affaire. Quant au lien familial entre lui et le filou ? Rien ne le confirme. Mais, pour convaincre ses victimes de débourser 500 euros par tableau, l'homme, qui partage tout de même le patronyme de l'acteur, a usé de divers subterfuges : faux jugement d'héritage, certificats trafiqués... Et même des SMS soi-disant rédigés par Jean-Louis Debré qui garantissent l'authenticité des peintures. Peintures qui, en l'occurrence, ne sont que des croûtes signées d'un JV, pour "Jacques Villeret".

 

L'énormité de l'escroquerie aurait pu être rapidement découverte. Mais comme le précise le procureur lors du procès en correctionnelle mercredi, "plus c'est gros, plus ça passe". "Même le président de la République s'est fait avoir. Ca donne une idée de l'habileté du prévenu", ajoute de son côté l'avocat de Ghislaine, la vraie sœur de Jacques Villeret, partie civile. En effet, l'escroc avait fait parvenir une toile à l'Elysée. Il avait reçu en retour une lettre de remerciements signée de la main de Nicolas Sarkozy.

 

Déjà condamné pour des faits similaires, l'homme a finalement écopé d'une peine de deux ans de prison ferme.

Source

Commenter cet article

Archives