Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


France: Il enlève le stérilet de sa compagne endormie pour lui faire un enfant

Publié par MaRichesse.Com sur 13 Mars 2014, 15:32pm

Catégories : #INSOLITE

sterilet.jpeg

Il assure qu'il était éperdument amoureux de sa compagne. Pascal Vallade a été condamné mardi par le tribunal correctionnel d'Angoulême (Charente) à quatre ans de prison, dont un an et demi ferme, pour agressions sexuelles. Le jeune homme de 28 ans est en particulier accusé d'avoir enlevé le stérilet de sa compagne endormie avant de lui imposer un rapport sexuel.

Les faits remontent au mois d'octobre 2010. Alors que sa dulcinée était couchée, sous somnifères, le jeune homme "a saisi la pince chirurgicale qu’il avait récupérée chez son père, ancien infirmier", rapporte le quotidien La Charente Libre. Avant de l'utiliser pour arracher le stérilet de sa compagne. 


"Qu'elle souffre autant que je souffrais"

Ce jeune homme "dégarni, à la voix fluette", tel que le décrit le quotidien Sud Ouest, avait en tête de faire un enfant à sa compagne afin de "solder une relation tumultueuse en se donnant l'illusion d'une vie conjugale". "J'ai fait ça pour qu’elle souffre autant que je souffrais", a-t-il expliqué, précise La Charente Libre. Après la séparation du couple, causée par cette agression de Pascal Vallade, ce dernier est revenu au pavillon conjugal deux mois plus tard et a une nouvelle fois violenté son ex-compagne, la menaçant : "Ça t’apprendra à vouloir me quitter."

Si Pascal reconnaît avoir "vraiment perdu la tête", il nie avoir voulu être violent. Son avocat a tenté de justifier le comportement de son client en arguant d'une relation trop fusionnelle, "entre passionnel et incompréhension de l’autre". Le tribunal a tranché. En fin de procès, le jeune homme a conclu : "Je veux me reconstruire correctement, retrouver dans quelque temps une vie de famille, avec une nouvelle compagne avec qui je puisse être heureux." 

Source

Commenter cet article

Archives