Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


François Hollande: après "l'inversion" et la "reprise", le "retournement économique"

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Mai 2014, 04:43am

Catégories : #NEWS

Manuel-Valls-et-Francois-Hollande.jpeg 

Après "l'inversion" et la "reprise", le "retournement". "On est entrés dans la deuxième phase du quinquennat, le redressement n'est pas terminé mais le retournement économique arrive", indique François Hollande dans des propos rapportés par le JDD dimanche 4 mai. Le remaniement effectué, le plan de stabilité voté... François Hollande passe à la phase deux de son quinquennat, près de deux ans après son élection.

Un nouveau mot pour une nouvelle étape à l'Élysée, avec l'ambition de redonner confiance aux Français. "Je veux redonner le sens de notre histoire. Je veux faire aimer la France. Ce que j’ai appris, c’est que la France compte si elle a de bons comptes", explique François Hollande, évoquant l’adoption du programme de stabilité présenté par Manuel Valls. Un plan qui selon le chef de l'État répond à "trois principes: la clarté, la visibilité, la stabilité".

"Les Français connaissent l’histoire des trois prochaines années", indique François Hollande.

 

Le programme de stabilité prévoit des réductions des dépenses publiques de 50 milliards d'euros sur trois ans. Il doit aussi contribuer au financement de baisses de charges sociales et d'impôts pour les entreprises, sur lesquelles le gouvernement compte pour une relance des investissements et de l'emploi.

"Cette phase doit se traduire par une croissance plus forte, une compétitivité plus importante, une redistribution du pouvoir d'achat par une baisse des impôts", poursuit le président de la République en tissant deux "fils conducteurs", la baisse du chômage et la jeunesse. 


Le "retournement" économique, "carburant du redressement"

Le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement Jean-Marie Le Guen a réagi quelques heures plus tard aux propos du président, reprenant sa formule, sur J radio.

Par "retournement, il parle de la conjoncture économique", a expliqué Jean-Marie Le Guen. Enonçant les prévisions économiques pour les années à venir, il a assuré: "nous allons retrouver de la croissance" qu'il convient "d'accompagner". "Nous allons créer de la richesse, de l'emploi".

"Le retournement est le carburant du redressement", qui est une notion "plus globale" et concerne "les comptes publics, l'industrie, le retour de la confiance... pas seulement l'emploi", selon le responsable socialiste. "Le redressement, c'est tous les fondamentaux d'un pays", et "c'est une affaire sur trois-quatre ans", a encore dit Jean-Marie Le Guen.

Les premières années du quinquennat Hollande "ont été marquées par l'idée de solder le temps du sarkozysme", dont "la France est sortie très crispée, très divisée", a-t-il argumenté.

"Il a fallu un certain temps" pour "un état d'esprit plus coopératif" en France, a estimé le ministre. "Dans le domaine économique et social, il y a aujourd'hui une façon de travailler plus coopérative" qui "va produire un certain nombre de résultats". "C'est le socle qui s'est installé les deux premières années".

 

Stopper "le déclin" à la "mi-temps"

Le Premier secrétaire du Parti socialiste a estimé dimanche que François Hollande "a stoppé le déclin" français. "On est à la mi-temps du quinquennat et on peut constater que tout ce qui était en place à la fin du quinquennat Sarkozy, toutes les difficultés, ont été affrontées. Pas toutes surmontées, mais affrontées", a dit Jean-Christophe Cambadélis au micro du "Grand Rendez-vous" (Europe 1, i-TELE, Le Monde).

"On n'a pas poussé les problèmes devant nous comme le faisait le gouvernement précédent", a ajouté le numéro un du PS. "La première partie du quinquennat -François Hollande l'avait dit au départ- c'était pour stopper le déclin, essayer d'assainir la situation, créer les conditions d'une remontée de la France, dans la justice, a ajouté Jean-Christophe Cambadélis. C'est très exactement ce qu'il fait aujourd'hui".

 

"Pensée magique" pour Bayrou

François Bayrou, président du MoDem, a lui vu dimanche de la "pensée magique" dans la prévision par François Hollande d'un "retournement économique" favorable à la France. Lors du Grand Jury (RTL, Le Figaro, LCI), le maire de Pau a commenté les propos présidentiels: "C'est un optimisme", "c'est de la pensée magique".

"Il y a 20 ou 25 ans qu'on a entendu vingt formules qui vont dans le même sens", a-t-il dit en citant "le bout du tunnel" de Pierre Mauroy, Premier ministre de 1981 à 1984. Mais l'ex-candidat à l'Élysée ne croit pas "que ce soit fondé". "Je ne crois pas que la question des difficultés économiques de la France soit une question de météorologie européenne ou internationale".

"Ce n'est pas le vent qui manque, c'est le bateau qui n'est pas en état de prendre le vent si le vent vient", a insisté François Bayrou. Face aux "crises diverses et variées", la France fait "régulièrement moins, moins bien que les pays qui l'entourent".

 

Copé ironise

Le président de l'UMP, Jean-François Copé, a de son côté ironisé dimanche sur "le retournement économique" annoncé par François Hollande.

"Depuis deux ans que François Hollande est élu, il vient tous les mois à la télévision pour dire aux Français: ne vous inquiétez pas, cela va s'arranger", a lancé le député-maire de Meaux lors du "12-13 Dimanche" de France 3.

"Je vous rappelle qu'il avait déjà prédit le retournement du chômage à la fin 2013, qu'il avait promis il y a un an et demi d'arrêter les hausses d'impôts, on sait ce qu'il en est..."

"Ce qu'attendent les Français des décideurs politiques, qu'ils soient de gauche ou de droite, c'est de prendre des décisions qui amènent à des résultats... On ne fera pas de miracles si on ne change pas le modèle de fonctionnement de notre pays, et François Hollande a été un peu élu avec cette promesse, et il ne l'a pas tenue", a-t-il ajouté. 

Source

Commenter cet article

Archives