Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Etats-Unis: Madonna, violée sur le toit d'un immeuble

Publié par MaRichesse.Com sur 6 Octobre 2013, 11:51am

Catégories : #NEWS


Madonna a révélé vendredi qu'elle avait été violée sous la menace d'un couteau lors de ses premières années à New York, alors qu'elle n'était pas encore la reine américaine de la pop. Dans un article-confession écrit pour le magazine américain Harper's Bazaar, la "Material Girl" explique qu'à son arrivée à New York, après sa jeunesse dans le Michigan, la ville ne l'a pas accueillie "à bras ouverts".

 

"La première année, on m'a braquée avec un pistolet. J'ai été violée sur le toit d'un immeuble, où on m'avait poussée avec un couteau dans le dos, et mon appartement a été cambriolé trois fois. Je ne sais pas pourquoi, je n'avais plus rien de valeur après qu'on m'a volé ma radio la première fois", écrit-elle.

 

Elle raconte ensuite ses premières années de pop star et ses relations avec la religion, la provocation et l'ordre établi.

 

A 25 ans, "je portais autant de crucifix que possible autour du cou et disais au gens, dans les interviews, que je faisais cela parce que je trouvais Jésus sexy. Bon... il était sexy, mais je le disais aussi pour provoquer", reconnaît-elle.

 

"J'ai une drôle de relation avec la religion. Je crois beaucoup aux rituels, tant qu'ils ne font de mal à personne. Mais je ne suis pas une grande adepte des règles. Pour autant, on ne peut pas vivre dans un monde sans ordre", dit-elle.

 

"Mais pour moi, il y a une différence entre les règles et l'ordre, les règles que les gens suivent sans poser de question. L'ordre, c'est ce qu'il advient quand les mots et les actions rassemblent les gens au lieu de les séparer. Oui, j'aime provoquer, c'est dans mon ADN. Mais neuf fois sur dix, je ne le fais pas sans raison", assure-t-elle.

Source

Commenter cet article

arlette adam 06/10/2013 19:13


pourquoi elle en parle maintenant? on ne parle plus assez dans les journaux, donc e!lle ressort une vieille histoire. pub, quand tu nous tiens

Archives