Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Etats-Unis: elle tue son bébé avec son lait maternel

Publié par MaRichesse.Com sur 8 Avril 2014, 16:56pm

Catégories : #INSOLITE

Allaitement.jpg

Le lait maternel n'a pas toujours du bon. Stephanie Greene, une ancienne infirmière de Caroline du Sud (est des Etats-Unis), a été condamnée vendredi à vingt ans de prison pour avoir tué son bébé de six semaines en lui administrant de la morphine et ce, à travers son lait maternel.

Les faits remontent à 2010. Cette Américaine de 39 ans s'est procuré de la morphine ainsi que d'autres antalgiques sans informer les médecins qu'elle était enceinte, relate le quotidien anglais Dailymirror. Sa fille, Alexis, née, elle décide de la nourrir au lait maternel. Le nourrisson décèdera six semaines plus tard. Les enquêteurs ont retrouvé des douzaines de pilules et de patchs anti-douleur sur la table de chevet de Stephanie Greene. L'autopsie du bébé a quant à elle révélé une forte dose de morphine dans le corps du nourrisson. 


Jugement personnel

"Elle aimait les drogues bien plus que son propre bébé", a dénoncé le juge Barry Barnette lors du procès, ajoutant qu'elle avait profité de son statut d'ancienne infirmière pour contourner le système. Stephanie Greene avait en outre perdu sa licence d'infirmière en 2004 pour avoir tenté de prendre des drogues de manières illégale, explique Associated Press.

L'avocat de l'ancienne infirmière a pour sa part expliqué que sa cliente s'était simplement procurée ces médicaments afin de calmer la douleur liée à un accident de voiture survenu quelques années auparavant. Selon lui, l'accusée a fait confiance à son jugement personnel, appuyé sur des recherches sur Internet, au lieu de s'en référer à des docteurs et demeure toujours anéantie par la perte de son enfant.

Stephanie Greene a été condamnée à 20 ans de prison pour homicide avec maltraitance sur un enfant. 38 autres chefs d'accusation sont toujours retenus contre elle, parmi lesquels la procuration de drogue par fraude. La mère de famille n'a pas dit un mot à l'annonce de sa sentence et s'est contentée de quitter la cour, en silence. 

Source

Commenter cet article

Archives