Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Espagne: l’arrestation d’un violeur libéré par la Cour européenne

Publié par MaRichesse.Com sur 13 Avril 2014, 00:05am

Catégories : #NEWS

Boulevard Guist’hau

L'un des criminels sexuels les plus célèbres d'Espagne, qui opère depuis les années1970, a été incarcéré après une nouvelle tentative de viol, quatre mois seulement après sa sortie de prison. Libéré suite à une décision de la Cour européenne des droits de l’homme, son arrestation relance le débat sur les libérations anticipées en Espagne.

 

Il est désormais difficile d'imaginer que Félix Vidal Anido, âgé de 50 ans, sorte de prison avant longtemps. Le plus célèbre violeur du pays, connu sous le nom de « violeur au couteau » car, souvent, il poignardait aussi ses victimes, avait été condamné à 70 ans de séjour carcéral pour avoir violé 54 femmes, âgées de 3 à 24 ans. Sauf qu'il n'a pas purgé ces 70 ans de réclusion, mais seulement la moitié. Il avait été l’un des détenus espagnols libérés en décembre dernier, après la décision du 21 octobre 2013 de la Cour européenne des droits de l'homme, qui avait jugé illégale l'application de la « doctrine Parot » - un système de remise de peine en vigueur en Espagne depuis 2006 qui permet de maintenir les détenus en prison jusqu'à la limite des 30 ans prévue par la loi.

 

Cette décision du tribunal de Strasbourg a créé une vive polémique en Espagne. Elle s’est notamment traduite par la sortie de prison anticipée d'une soixantaine de prisonniers basques, ex-terroristes d'ETA, mais aussi de prisonniers de droit commun, tel que Félix Vidal. Celui-ci vient, de nouveau, de rejoindre la prison après avoir été surpris en flagrant délit de tentative de viol d’une femme à Lugo, en Galice. Cet acte a conforté l'opinion de ceux qui, nombreux en Espagne, s'opposent aux libérations anticipées, notamment pour bonne conduite. A commencer par le gouvernement conservateur de Mariano Rajoy, qui s'est réjoui, de l'interpellation « d'un danger pour la société ». 

Source

Commenter cet article

Archives