Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Enquête sur l'empoisonnement de trois chercheurs français

Publié par MaRichesse.Com sur 10 Avril 2014, 15:44pm

Catégories : #NEWS

Trois chercheurs de l'institut Gustave-Roussy (Val-de-Marne) ont fait un malaise après avoir ingéré une substance toxique placée dans leur bouilloire. L'hôpital a porté plainte.

Qui-veut-un-cafe.jpg

Qui en veut aux chercheurs de l'institut Gustave-Roussy ? Il y a onze jours, trois employés du prestigieux centre de lutte contre le cancer de Villejuif, leader en Europe, ont été pris de vomissements et de maux de tête après avoir bu un café préparé dans leur salle de pause. Des analyses ont révélé par la suite que la bouilloire qu'ils utilisaient contenait des traces d'une substance chimique, l'azoture de sodium.

Les trois chercheurs étaient rentrés chez eux dans la journée après des examens médicaux à l'hôpital du Kremlin-Bicêtre (Val-de-Marne). Le même jour, d'autres employés de la même unité de recherche découvraient que la porte du réfrigérateur de la salle de repos avait été forcée, et que plusieurs tubes de culture des laboratoires avaient été déplacés derrière des meubles.

Gustave-Roussy a déposé plainte lundi pour tentative d'empoisonnement. Des analyses ont en effet prouvé que l'intoxication des trois employés ne pouvait pas provenir de l'eau du robinet. L'azoture, ou azide, de sodium est un produit utilisé à faible concentration dans les laboratoires pour conserver des échantillons biologiques. Il se présente sous la forme d'un solide cristallin, blanc et inodore et figure parmi les produits «très toxiques» recensés par la médecine du travail. 


«Un acte de malveillance»

Le directeur général adjoint de Gustave-Roussy, Charles Guépratte, ne s'explique pas la présence dans la bouilloire de cette substance, inappropriée pour un éventuel détartrage. «Compte tenu de la concentration, on peut exclure la maladresse», a-t-il expliqué, ajoutant que «la dose aurait pu conduire à des conséquences plus graves».

Les trois chercheurs auraient manifesté des symptômes immédiatement après l'ingestion. «Ils ont à peine bu qu'ils ont senti une odeur anormale, ils ont recraché et ont été immédiatement pris d'étourdissements et d'une perte de connaissance», rappelle Charles Guépratte. «La direction considère que c'est forcément intentionnel et qu'il s'agit d'un acte de malveillance», ajoute-t-il, même si elle reconnaît ne pas avoir d'explications, «ni même l'idée d'un mobile».

Les pavillons de recherche n'étant «traditionnellement pas les lieux les plus sécurisés», la direction de l'établissement a mis en place des mesures de surveillance particulières et a demandé à ses salariés d'être vigilants, de fermer les portes et de rincer les récipients avant utilisation. 

Source

Commenter cet article

Archives