Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Confessions d'une sociopathe: une perverse narcissique

Publié par MaRichesse.Com sur 19 Février 2014, 13:41pm

Catégories : #LIVRES-A-LIRE

femme-en-colere.jpg

"Il y a trois cents ans, à l'époque de Charles Perrault, on avait peur du grand méchant loup. A présent, c'est le pervers narcissique qui occupe sa place dans l'imaginaire collectif." En écoutant Mathieu Lacambre, on pourrait se croire invité à une soutenance de thèse sur le conte de fées à travers les âges. On a pourtant affaire à un psychiatre du CHU de Montpellier réellement confronté, dans son exercice, à ce type de personnalité dénuée d'empathie, qu'on appelle aussi lemanipulateur destructeur. Le médecin s'étonne encore de la rapidité avec laquelle la figure du pervers narcissique s'est imposée comme l'incarnation moderne et terrifiante du Mal. Celle-ci a émergé il y a quinze ans avec le succès du premier livre consacré au harcèlement moral, son mode opératoire privilégié (1). Depuis, on ne compte plus les ouvrages et les émissions consacrés aux moyens de repérer ce type d'individu et de s'en protéger. 

 

Les plus accomplis finissent généralement derrière les verrous

La société actuelle exerce une vigilance d'autant plus grande vis-à-vis des pervers narcissiques qu'elle les a ­ trop ­ longtemps tolérés, au nom du respect de la vie privée. Pour le Dr Lacambre, il ne faut pas non plus s'imaginer qu'on croise tous les jours des meurtriers en puissance cachés sous le masque de la banalité. "Je suis bien placé pour savoir que les manipulateurs destructeurs sont dangereux, témoigne le médecin, chargé de suivre les cas lourds, soumis à obligation de soins par la justice. Mais pas tous au même degré! Les plus accomplis, les "ceintures noires" de la perversion, pour reprendre les grades du judo, finissent généralement derrière les verrous. Ceux qui parviennent à rester à couvert sont plutôt des "ceintures jaunes", le niveau de base. "Pourtant, les temps sont durs, même pour les "ceintures jaunes"! Ces pervers narcissiques "ordinaires" oeuvrent le plus souvent dans le registre de la violence psychologique, moins visible que les coups mais tout aussi efficace pour briser le conjoint ou asservir les enfants. Avec le changement des mentalités et un droit en pleine évolution, leur impunité n'est peut-être plus qu'une question de mois. 

Le gouvernement vient en effet de lancer l'offensive sur le terrain des violences conjugales. Parce qu'un homme ou une femme sous l'emprise de son conjoint ne choisit pas toujours les heures ouvrables pour appeler au secours, le numéro gratuit d'aide aux victimes, le 3919, est opérationnel vingt-quatre heures sur vingt-quatre depuis le 1er janvier. 

Une campagne sur le thème "Libérons la parole" vient d'être diffusée par le ministère des Droits des femmes afin de les inciter à rompre le silence et encourager les témoins à dénoncer ces situations. Enfin, les travailleurs sociaux, les magistrats et les policiers devraient être formés à reconnaître les signes d'agression psychologique et à démasquer les conjoints manipulateurs. On peut donc espérer davantage de condamnations prononcées sur la base de la loi de 2010 contre le harcèlement moral au sein du couple, jusqu'ici peu nombreuses. 


Sur le terrain des violences conjugales, la lutte s'organise

Il y a plus prometteur encore. Pour la première fois, une disposition juridique se propose de traiter ces agresseurs domestiques. Attention, rien d'aussi ambitieux qu'un programme de soins qui tenterait de guérir les pervers narcissiques de leur absence pathologique de considération envers les autres. Juste un stage de "responsabilisation" imposé aux auteurs de violences conjugales, à leurs frais, comme pour les conducteurs soucieux de récupérer des points sur leur permis de conduire. Une mesure discrète, incluse sans grande publicité dans le projet de loi sur l'égalité femmes-hommes défendue parNajat Vallaud-Belkacem, la ministre des Droits des femmes. Le texte doit encore repasser devant le Sénat avant d'être définitivement adopté. Mais le principe du stage constitue, en soi, une révolution. Car il rompt avec le dogme en vigueur, selon lequel les pervers narcissiques seraient incurables, autrement dit des causes perdues. 

 

Jusqu'ici, psychiatres et psychologues parlaient d'une seule voix, clamant haut et fort qu'il n'existe aucun traitement pour cetrouble de la personnalité. On le retrouve sous un autre nom, la sociopathie, dans la classification américaine des maladies mentales, le DSM. Pour les sociopathes non plus, pas de solution. Mais le médecin de Montpellier, le Dr Lacambre, est d'un autre avis. "Nous obtenons certains résultats avec des violeurs et des pédophiles qui pratiquent la manipulation au plus haut degré, remarque ce psychiatre référent du Centre de ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (Criavs) de la région. On devrait pouvoir aussi amener des pervers narcissiques à remettre en question leur fonctionnement." 


"On ne naît pas pervers narcissique"

Autre lieu, même son de cloche. A l'université Paris-Descartes, la chercheuse en psychologie Yvane Wiart plaide pour la redécouverte des travaux du psychiatre britannique John Bowlby, décédé en 1990, dont elle vient de traduire en français les principales conférences. "On ne naît pas pervers narcissique, on le devient en grandissant auprès de parents qui ne satisfont pas les besoins essentiels d'écoute, de compréhension et de soutien de leurs enfants, affirme-t-elle. Cette construction de la personnalité est réversible si le thérapeute s'appuie sur ces fondements de la théorie de l'attachement élaborée par Bowlby, dont les neurosciences prouvent aujourd'hui la validité." 

Existerait-il une forme de rédemption pour les pervers narcissiques? Et, sinon, faudra-t-il se résoudre à les éliminer, comme le faisaient jadis les Inuits? Ce peuple les désigne sous le nom de "kunlangeta", des indésirables qu'autrefois on poussait de la banquise quand personne ne regardait. 

 

Sociopath world: un blog tenu par une perverse narcissique

Ces observations anthropologiques figurent dans un témoignage inédit, publié l'été dernier aux Etats-Unis et qui vient d'être traduit en français. Celui d'une ex-avocate américaine devenue professeure de droit, qui raconte, dans le détail, comment vit, raisonne et agit un pervers narcissique en prenant comme exemple quelqu'un qu'elle connaît bien: elle-même. A ce titre, son livre, Confessions d'une sociopathe (Larousse), est un événement. 

 

Cette femme de 30 ans, parfaitement intégrée socialement, se serait sans doute épargné cet exercice difficile d'introspection si elle n'avait essuyé une série d'échecs aussi bien professionnels que sentimentaux, en dépit d'une assurance à toute épreuve. Lassée de devoir régulièrement rebâtir de zéro sa carrière et son cercle d'amis, elle a commencé à s'interroger sur ce qui clochait chez elle. Jusqu'au jour où une collègue sensible et attentive lui a demandé, dans le but de l'aider, si elle ne pensait pas êtresociopathe. Ce fut le début d'une longue enquête qui l'a notamment menée à créer son blog, Sociopath World (Le monde des sociopathes), destiné à échanger avec ses semblables. 

Parce que son témoignage paraît sous un pseudonyme, la jeune femme s'autorise une sincérité absolue dans la retranscription de ses pensées les plus inavouables. Inaccessible au remords, elle dépeint un monde intérieur terrifiant, dont toute émotion est bannie. "Le portrait que l'auteur dresse d'elle-même et le récit de son enfance sont tout à fait cohérents avec ce qu'on sait de la construction psychique et des comportements des manipulateurs destructeurs", confirme la psychologue Yvane Wiart. Les lecteurs y trouveront exposés au grand jour les mécanismes de la manipulation sur lesquels les intéressés gardent habituellement le secret. Dérangeant, mais terriblement instructif. 

Source 

 

A lire aussi: 

France : Une femme écope de 3 ans de prison pour avoir manipulé son mari, son amant et un naïf 

Manipulation: Les 10 plus gros mensonges sur le sida 

Reconnaître et contrer les manipulateurs pervers au travail

Commenter cet article

Archives