Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Changeons-nous de personnalité lorsque nous parlons une langue étrangère?

Publié par MaRichesse.Com sur 16 Janvier 2014, 08:50am

Catégories : #RELATIONS

francais_langue_etrangere.jpg

On connait relativement bien les avantages du bilinguisme sur l’activité cérébrale et la prévention de la sénilité, mais cette semaine, Johnson, le blog linguistique de The Economist, se demande si les témoignages de changements de personnalité que rapportent certaines personnes polyglottes lorsqu’elles parlent une autre langue, ont un fondement scientifique. Par exemple, l’un des ex-collaborateurs du journal affirmait qu’il était plus grossier lorsqu’il parlait hébreux, que lorsqu’il parlait anglais.

Le linguiste américain Benjamin Lee Whorf, mort en 1941, affirmait que chaque langue intègre une vision du monde qui influence ses locuteurs. Cette théorie, appelée whorfianisme, a ses détracteurs, mais il y a de bonnes raisons d’y croire:

✔ La compétence asymétrique. La plupart des gens ne sont pas parfaitement bilingues ou multilingues, et ils ont appris leur langue maternelle à la maison et une autre à l'extérieur. Cela signifie qu’ils ne les maitrisent pas de la même manière, et que leurs forces et faiblesses sont différentes dans les différentes langues. Ils ne sont d’ailleurs pas systématiquement les plus forts dans leur langue maternelle. Cela peut conduire à des différences de ressenti, ils peuvent être plus ou moins spontanés, plus sûrs d’eux ou au contraire plus incertains, plus drôles ou plus brutaux en fonction de cette maîtrise.

✔ Le multiculturalisme. Une personne qui est parfaitement bilingue ou multilingue, peut avoir baigné dans un environnement multiculturel qui va modifier la façon dont elle se sent dans chacune des langues à laquelle est associée une culture. En outre, on peut maîtriser une langue parce que c’est celle de l’enfance, et une seconde apprise pour des raisons professionnelles. Passer de l’une à l’autre peut faire passer d’une nostalgie de l’enfance, des souvenirs d’école, par exemple, aux sentiments liés au travail, et l'humeur peut s'en ressentir. Les psychologues appellent ce phénomène l’effet « d'amorçage ».

✔ Les propriétés intrinsèques de la langue. Selon l'économiste Athanasia Chalari, les Grecs ont tendance à parler plus fort et à interrompre les autres en raison de la grammaire et de la syntaxe grecques. En effet, en grec, les phrases débutent avec le verbe et la forme de celui-ci donne d’emblée beaucoup d’informations sur ce qui va être dit dans la phrase. On sait donc ce que les Grecs vont dire avant qu’ils aient achevé leur phrase et c’est ce qui expliquerait pourquoi les Grecs interrompraient plus souvent leurs interlocuteurs.

Les locuteurs d’une langue sont souvent chauvins à propos de leur langue et ils lui attribuent souvent des propriétés particulières. Certains Français avaient ainsi proposé d’imposer le Français comme langue unique pour l’UE, parce qu’ils estimaient que c’était la langue la plus précise. De même on associe, souvent certains traits de personnalité stéréotypés avec la nationalité : les Français seraient rigoureux, les Allemands, logiques, et les Anglais, joueurs, par exemple.

The Economist soutient les deux premiers arguments, mais pas forcément le troisième, expliquant que le grec n’est pas la seule langue dans laquelle on place le verbe au début des phrases. Par exemple, les Gallois, dont la langue n'a aucun rapport avec le grec, font de même, et ils n’ont pas la réputation de couper la parole de leurs interlocuteurs. 

Source 

 

A lire aussi: 

Surdoué, Carsey Huey-You entre à l’université à 11 ans et devient le plus jeune étudiant au monde 

Hyperpolyglotte: Timothy Doner parle couramment 23 langues à 17 ans seulement 

Pourquoi vous n'avez plus aucune excuse pour ne pas parler une langue étrangère

Commenter cet article

Archives