Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Cameroun: Le pays ou donner la mort ou voir mourir est devenu un acte anodin

Publié par MaRichesse.Com sur 12 Octobre 2013, 17:49pm

Catégories : #IMPORTANT

La société camerounaise est gagnée par une sorte de terreur effrayante et glaciale. Il ne se passe plus un jour sans qu'on ne montre des scènes d'une rare atrocité. Les contacts entre les individus sont extrêmement tendus et sont empreints d'une agressivité à peine voilée. Des gens se bousculent, se ruent, se précipitent sur la moindre opportunité en se marchant dessus quitte à écraser femmes et enfants. C'est la jungle, la loi du plus fort sur le faible.

 

Le règne de l'appel du ventre sur l'esprit. Le parler fort à la place du parler vrai. Le résultat quelque soient les moyens. Quel parent pourrait confier son enfant à une telle société ?

 

La cupidité est ici la mère des motivations. Tout le monde rêve de toucher le gros lot à défaut de détrousser le premier passant. On veut tout et tout de suite. Pour quelques centimes vous passer de vie à trépas. Une horde d'oisifs vous épient et vous guettent à chaque coin obscur des rues. Vous saute dessus à la plus petite occasion et n'hésite pas à tuer à la moindre résistance. Il domine ce sentiment de vide , d'abandon , d'impuissance des forces de sécurité que dirige une gérontocratie d'un autre temps.

 

Le peuple gronde et rugit quand un malfrat vient à tomber dans son escarcelle. Sa sentence est sans appel : c'est la justice populaire. Partout dans les grandes villes des corps calcinés de criminels ou prétendus tels passés au rituel de l'immolation. Ce sont des scènes d'une rare violence mais que la société a banalisé.

 

 

Donner la mort ou voir mourir  est  devenu un acte anodin qu'on vit entre deux mi-temps d'un match de football, une gorgée de bière ou en mangeant du poisson braisé. L'humanité et la raison se sont éloignées quand l'irrationnel faisait son lit. Partout des églises, des groupes, des sectes aux noms évocateurs et tonitruants mais à côté et souvent concomitamment des crimes commis par les mêmes gens.

 

Dans les télévisions nationales passent en boucle le spectacle ahurissant et dégoûtant des corps des victimes filmés de près sans pudeur, sans retenue, sans respect , des corps déchiquetés, calcinés, des femmes enceintes, des enfants sont exhibés comme de la simple viande froide sur un étal. La déontologie journaliste même embryonnaire ferait son tri des images à diffuser de peur de choquer l'opinion, les enfants par exemple. Mais ici c'est la barbarie, c'est le deuil de la civilisation, c'est le monde des ténèbres. Mais qui contrôle tout ça ? Dites-vous.

 

Personne, parce que ce pays est dans un état de pourrissement très avancé. Maintenant la norme on se la fixe soi-même. Les limites de la bêtise et de la sauvagerie sont dépasser. Une voix nous dit que ce peuple si fier et profond à la culture ancestrale si ancrée ne peut se laisser mourir tranquillement dans le mépris et le déshonneur.

 

© Correspondance de : Melanga Daniel - source

Commenter cet article

Archives