Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Buraliste à Marseille : "On est écœurés de se lever tôt pour se faire agresser"

Publié par MaRichesse.Com sur 30 Septembre 2013, 01:34am

Catégories : #NEWS

Les faits se sont déroulés ce lundi matin à 7 heures, dans un bar tabac du 12e arrondissement.

Un buraliste de Marseille a tiré sur trois malfaiteurs qui venaient de le braquer ce lundi. L'un des hommes cagoulés, un mineur de 17 ans, a été blessé et se trouve dans un état sérieux. Les faits se sont déroulés ce lundi matin, vers 7 heures, rue Enco de Botte dans le 12e arrondissement de Marseille.

Selon le procureur de Marseille, "il a fait usage d'un fusil qui ne lui appartient pas, qui appartient à son neveu, qui est le gérant de droit du bar. Ce fusil a été régulièrement déclaré, avec une autorisation en préfecture, une acquisition qui remonte, je crois, à 2011, une arme de cinquième catégorie", selon le magistrat. En outre, le fusil du gérant était armé avec des munitions traditionnelles de calibre 12


"On est écœurés"

Le buraliste a été placé en garde à vue dans les locaux de la division criminelle et de répression du banditisme de la PJ marseillais. Selon les premiers éléments de l'enquête, confiée à la police judiciaire, les témoignages sont confus et il s'agit de déterminer s'il y a eu échange de coups de feu. Son bar-tabac avait déjà été braqué le 12 août dernier. Un sas de sécurité avait été installé.

Sur place, Jean-Luc, le père du buraliste ne décolère pas. "Nous avions cette arme mais nous n'avions pas l'intention de faire mal avec. Elle est d'ailleurs déclarée en préfecture. On est écoeuré de se lever à 5 heures du matin et de se faire agresser". De son côté, Martine, la mère du commerçant assure que : "s'il a utilisé son arme, c'est qu'il se sentait en danger."


C'est à "l'Etat d'assurer la sécurité"

Cet incident intervient dans un contexte particulièrement tendu. Il y a quinzaine jours, un bijoutier de Nice avait ouvert le feu sur un braqueur, le tuant d'une balle dans le dos. Le 22 août, un retraité de 61 ans qui tentait d'intercepter deux jeunes hommes qui venaient de braquer un buraliste de Marignane, avait été tué d'un tir de fusil à pompe.

Interrogé sur ce fait divers à l'issue d'une rencontre avec les responsables des forces de l'ordre à Paris, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a déclaré que c'était "à l'Etat d'assurer la sécurité" des commerçants, ajoutant qu'il pouvait comprendre "la peur" de ces derniers.

Source

Commenter cet article

Archives