Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Benin : Des indiens ont tabassé à sang les clients d'une boîte de nuit à Cotonou

Publié par MaRichesse.Com sur 25 Septembre 2013, 13:03pm

Catégories : #NEWS

Jeudi dernier vers 5 heures du matin, un incident peu ordinaire s’est produit dans une boîte de nuit située à la Haie-Vive, un quartier résidentiel de Cotonou. 

 

Trois individus dont deux Indiens, spécialisés dans le commerce du bois et d’acajou, ont fait irruption dans cette boîte nuit pour vandaliser tout ce qui bougeait sur leur passage. Armés jusqu’aux dents comme s’ils étaient dans leur propre pays, ils ont tabassé à sang tous ceux qui étaient dans la boîte. Les dégâts humains et matériels sont très importants. 

 

Il faut se rendre au Cnhu et dans les locaux de la boîte de nuit pour se rendre à l’évidence. Le jour, l’heure et le lieu ne sont pas choisis au hasard. En réalité, ces trois individus étaient venus régler leurs comptes à des clients qui fréquentaient leur Club (restaurant) situé dans les périphéries de l’Ortb, la télévision nationale.

 

Lesdits clients, pour des raisons qui leur sont propres, ne fréquentent plus ce coin. Après leur départ, d’autres clients ont aussi fui le lieu et ont adopté la boîte de nuit de la Haie-Vive. C’est leur péché de lèse majesté. Les deux Indiens et leur associé ont décidé d’en découvre avec eux. Et pour y arriver, ils ont décidé de recourir à la force, à la violence sur la personne humaine. Dans leur chasse à l’homme, ils ont grièvement blessé au moins sept personnes dont des Libanais. 

 

Après leur forfait, ils ont paisiblement regagné leur domicile, au vu et au su de tout le monde. Ils ont même eu le culot d’encourager les victimes à porter plainte contre eux devant les juridictions compétentes. Ils disent compter sur leur fortune pour étouffer le dossier. Les blessés évacués au Cnhu ont saisi les autorités compétentes et appelle le chef de l’Etat au secours. 

 

Sékodo - source

Commenter cet article

Archives