Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Angleterre: trois mois de prison pour avoir coupé la queue de son chien

Publié par MaRichesse.Com sur 17 Avril 2014, 00:01am

Catégories : #INSOLITE

chien-mutile.jpeg

"Couper l’os de la queue a dû provoquer une terrible douleur et rien n’a été fait pour l'atténuer." Andrew Kirby, l’inspecteur en charge de l’affaire, a expliqué lundi devant le tribunal d'Hastings, en Angleterre, les souffrances endurées par un chiot qu'il a sauvé.

L'année dernière, ce policier a été appelé par la RSPCA, une association de protection animale, pour intervenir sur une cruelle affaire. Dans une maison de Uckfiel du Sussex (sud de l'Angleterre), l'inspecteur a en effet découvert un chien de race Jack Russel dans un état critique, rapporte le Daily Mail. L'animal, âgé d'à peine huit semaines, avait la queue sectionnée et infectée. Traumatisé, l'animal ne bougeait plus. 


Une semaine d'agonie

Son maître, Walter Doe, avait tout simplement décidé de lui couper la queue avec un objet tranchant, de type couteau ou ciseau. Le jeune homme de 24 ans, poursuivi pour maltraitance animale, n'a pas précisé la manière dont il l'avait mutilé, ni les raisons qui l'ont poussé à un tel geste. Seule certitude, l'animal a atrocement souffert. Selon les vétérinaires qui l'ont soigné, la queue a en effet été tranchée au plus près de la base du corps, au niveau de l'os, et la plaie est restée à vif.

Durant plus d'une semaine, Walter Doe l'a ainsi laissé souffrir, sans lui prodiguer le moindre soin. La caudectomie du chien (ablation de la queue) est interdite dans le pays. "En plus de la douleur qu'elle provoque, elle est inutile et prive l'animal de son équilibre", a détaillé l'inspecteur. Ce dernier a décidé de recueillir le chien traumatisé, qui se remet doucement de sa blessure. Son bourreau a lui été condamné à trois mois de prison et à une interdiction de posséder un animal durant les dix prochaines années. 

Source

Commenter cet article

Archives