Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


4 techniques de persuasion de Facebook pour nous empêcher de quitter son réseau social

Publié par MaRichesse.Com sur 5 Octobre 2013, 07:27am

Catégories : #RELATIONS

« Rompre avec Facebook devrait être plus facile que rompre avec un être humain, toutefois le réseau social mène un combat impressionnant afin d’éviter cette situation », écrit la journaliste Sarah Kessler du siteFastcompany. Le chiffre d’affaires de Facebook dépend partiellement du nombre d’utilisateurs, raison pour laquelle l’exode de ces derniers n’est pas bon pour l’entreprise.

Sarah Kessler a demandé à Daniel Pink, journaliste américain et auteur de « To Sell is Human: The Surprising Truth About Moving Others », de dresser une liste des techniques de persuasion employées par Facebook pour nous convaincre de garder nos comptes. 

Les voici : 

Faire compliqué : « Dans certains cas, il est moins important de changer l’opinion d’une personne que de lui rendre les choses plus simples », explique Pink. « Facebook emploie le principe inverse en cachant et enterrant le lien de désactivation et en demandant aux utilisateurs d’expliquer le motif de leur départ. Ces efforts font qu’il est plus compliqué pour quelqu’un de délaisser le réseau social alors que les convaincre qu’ils ne souhaitent pas le quitter pourrait être tout aussi effectif.

Eviter l’option nucléaire : Facebook fait en sorte qu’il est plus facile de réactiver un compte et plus difficile de le désactiver. Les utilisateurs qui souhaitent réactiver leur compte doivent juste rentrer leur mot de passe à nouveau comme s’ils n’avaient jamais quitté le réseau.

Rendre les choses plus personnelles : « Les gens sont plus enclins à donner de l’argent pour aider une seule personne que pour soutenir une cause abstraite », explique Pink. Les radiologues font un meilleur boulot s’ils ont une photo du patient qu’ils sont en train d’analyser. Les statistiques anonymes sont plus faciles à ignorer que les histoires personnelles. « Ainsi, Facebook prend l’avantage lorsqu’il désigne les amis spécifiques qui nous manqueront ». « Si vous dites que les gens vont être déçus, ce ne sera pas aussi persuasif. Par contre, si vous dites que vous allez manquer à Alex, ce sera alors beaucoup plus persuasif… On pourrait presque imaginer Alex qui fronce les sourcils à l’annonce de notre départ ».

 

Mettre le doigt sur le vrai problème :Pink accorde le crédit à Facebook lorsque le réseau demande aux utilisateurs pourquoi ils souhaitent le quitter. « Une des grandes leçons de persuasion et d’influence en vente, c’est de vraiment rentrer dans l’esprit de l’autre personne et de comprendre quel est son problème réel ». « Parce que souvent, le vrai problème n’est pas celui que le client avance », souligne l’expert. Dès que Facebook apprend notre souhait de quitter le réseau parce que notre compte a été piraté, par exemple, il nous montrera comment le sécuriser sans pour autant le quitter. Si Facebook sait que nous avons marre de ses emails, il nous montrera comment les supprimer tout en nous gardant comme usager. « C’est du business intelligent ». Par contre, ce que Pink trouve un peu coercitif, c’est que Facebook exige des usagers d’expliquer le pourquoi de la désactivation. « C’est quelque chose que l’on voit très peu en business ». « C’est comme si disais, je ne veux plus aller chez mon nettoyeur à sec et que ce dernier me réponde : « D’accord, mais vous nous expliquer pourquoi ou on ne vous rend pas vos vêtements » ».

Source

Commenter cet article

Archives