Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 choses que les profs ne disent pas…

Publié par MaRichesse.Com sur 20 Avril 2014, 18:18pm

Catégories : #RELATIONS

college-professeur.jpeg

Certains les redoutent ou se défilent. D’autres les provoquent et les espèrent… Quelque soit notre approche, les rencontres parents-enseignants sont absolument indispensables au bien-être des enfants. Bien que plusieurs parents s’y présentent avec un beau désir de collaboration, bon nombre d’entre eux mettent les pieds dans la classe armés d’un bouclier, d’un casque et, à la limite, d’un boulet de canon!  Fins prêts pour la guerre!

Bien sûr, nous comprenons, il est question de ce que vous avez de plus précieux. Et oui, peut-être, nos constats vous forceront à vous remettre en question, ce qui est immanquablement inconfortable…. Mais ce que vous ne savez pas, c’est que bien souvent, nous vous épargnons.  Devant vos casques et vos boucliers, nous ne trouvons pas toujours la force et le courage de vous exprimer le fond de notre pensée.

Nous nous taisons parce que nous savons bien que vos intentions sont nobles, que vous aimez vos enfants, que vous pensez faire pour le mieux. Mais, une classe après l’autre, les symptômes sont de plus en plus criants : Vos enfants ont cruellement besoin de vous!

Les voici donc ces choses que nous ne disons pas… Et si ça peut faire une différence pour UN enfant, ça aura valut la peine d’en parler! 


1. Laissez un peu la job!

Moi la première, j’ai placé mes enfants à la garderie dès leur un an. Je sais bien, c’est la société, c’est le système, c’est la réalité du 21ème siècle…  Mais quand des enfants plein d’insécurités, qui vivent des échecs et semblent perturbés, ne nous parlent que de leur gardienne…. Après l’école, ce ne sont pas leurs précieux parents qui les attendent. C’est parfois Denise, parfois Gérard, parfois grand-maman, parfois le voisin. Ils reviennent de leur fin de semaine et nous racontent ce qu’ils ont fait avec leurs amis, leur gardienne, leurs cousins… Où êtes-vous? Vous êtes leur repère, leur sécurité, leur forteresse.  Vous leur payez parfois des voyages, des Ipads… Ils n’en ont rien à faire, ce qu’ils veulent c’est vous! Avoir un travail, d’accord. Mais passer plus de temps avec vos clients qu’avec vos enfants, croyez-moi, il y aura des séquelles, c’est inévitable. 


2. Évitez de vous disputer devant eux…

Ils écoutent tout! Même s’ils n’en ont pas l’air, ils écoutent. Ils ont peur. Leur petit univers est secoué. Est-ce que c’est de ma faute? Est-ce que mes parents s’aiment? Est-ce qu’ils veulent se séparer? Bien sûr qu’ils auront de la difficulté à se concentrer, ils sont troublés, comme nous.  Fermez la porte de votre chambre, attendez qu’ils dorment et épargnez leur quelques tourments… 


3. Notre attention est partagée entre votre enfant et….25 autres!

À moins d’y mettre les pieds (et la plupart du temps nous préférons que vous ne le fassiez pas), il vous est difficile (voire impossible) de comprendre le contexte d’une classe. Vous croyez parfois, parce que vous avez 2-3 ou 4 enfants, que vous savez. Mais entre 4 et…25, il y a un monde!!!  Alors lorsque nous vous disons qu’un comportement, que vous jugez insignifiant, est problématique, croyez-nous sur parole!  Vous comprendrez aussi qu’il nous est impossible de tout savoir sur votre enfant, d’avoir remarqué chacun de ses gestes ou de connaître les mots exacts qu’il a prononcés… Même avec tout l’amour du monde. 


4. Votre enfant ne sait pas d’emblée qu’il est bon, beau et important. 

Ce serait tellement plus simple si leur cerveau, à la naissance, pouvait être programmé pour qu’ils soient convaincus d’être bons, importants, beaux, intelligents. Malheureusement, c’est tout le contraire. Pendant cette période cruciale où ils construisent leur représentation d’eux-mêmes, un rien peut leur anéantir l’estime. Ils se blâment bien souvent pour les séparations parentales et autres situations qui ne devraient pas reposer sur leurs épaules. Vous ne leur direz jamais assez combien ils comptent, combien ils sont capables, combien ils sont aimés, spéciaux, uniques.  Jamais. 


5. Vos enfants sont de grands imitateurs.

Lorsque votre enfant sacre comme un charretier ou s’adresse à ses compagnons de manière vulgaire ou méprisante et que vous nous dites : « Je ne comprends pas, on lui a dit de ne pas faire ça!», dans notre esprit, les liens se font aisément.  Forcément, votre enfant a appris ça quelque part.  Il imite, vous ou quelqu’un d’autre.  Tous les enfants font ça. Il suffit parfois de savoir tenir sa langue pour régler le problème… 


6. Aussi nombreux soient-il, chacun de vos enfants a besoin de passer du temps avec vous.

Passer du temps avec maman, 3 frères et sœurs et une amie de maman, ce n’est paspasser du temps avec maman.  Votre enfant a parfois besoin d’être seul avec vous. C’est tout. (Idem pour papa) 


7. Votre enfant ne vous aimera pas plus parce que vous le laissez faire ce qu’il veut.

Cette croyance populaire est un fléau qui fait des ravages. Tous les spécialistes vous le diront : établir des limites = sécuriser un enfant. Si vous le laissez faire ce qu’il veut pour ne pas lui faire de peine, il sera content sur le coup, mais insatisfait 2 minutes plus tard, rempli d’insécurités après quelques années et fortement hypothéqué avant la fin du primaire! Corriger, encadrer, reprendre, persister et même punir = AIMER . 


8. L’équipement du parent vainqueur : Constance et Cohérence.

Lorsque vous désirez intervenir pour changer un comportement, il faut vous attendre à mener « un combat » qui pourra s’étendre sur une très longue période. La clé du succès, en deux mots : CONSTANCE et COHÉRENCE . Souvent, les parents essaient des choses et nous disent : « Il n’y a rien à faire, nous avons tout essayé». Vous l’avezessayé combien de fois? Combien de temps? Il ne s’agit pas de changer de méthode à chaque fois que notre enfant n’est pas transformé instantanément! Appliquer une conséquence ne propage pas de poudre de perlimpinpin qui règle tout à la seconde. Laissez à votre enfant le temps de tester les limites, de comprendre, de connaître vos attentes… Il peut bien s’acharner un peu, on appelle ça la «détermination » et c’est une bonne chose!  Si vous changez vos façons de faire chaque jour, la bataille n’aura jamais de fin…


9. Un professeur fait toujours au moins 3 choses en même temps (minimum).

Alors oui, il peut s’y glisser des erreurs! C’est un appel à l’indulgence. Demandez à quelqu’un de taper sur votre épaule et à un autre de vous parler pendant que vous réglez un dossier chaud au travail…  


10. Deux mois de vacances, ce n’est pas payé!

Année après année, on nous la ramène! S’il existe des professeurs capables de faire ce métier sans un deux mois de répit, qu’ils se manifestent, je n’en connais aucun!  Et si cela vous fait envie, prenez deux mois sans solde, c’est la même chose : nous ne sommes pas payés!

Je vous laisse là-dessus, je sens que vous avez beaucoup à réfléchir…

Ceci dit, je vous rends hommage parce que je sais très bien que le monde complètement débile dans lequel nous vivons ne donne pas de répit aux parents. Je pense sincèrement que même le meilleur des parents a régulièrement besoin de revenir à l’essentiel.  L’amour implique parfois un peu d’humilité et de remises en questions…

P.S. Mon beau-frère,qui enseigne la 5ème année, passe chaque année un petit questionnaire anonyme à ses élèves. Celui-ci révèle que le tiers des enfants de 10-11 ans visionnent du porno sur le web, que certains d’entre eux clavardent avec des inconnus et acceptent parfois de les rencontrer dans des parcs….Qu’en est-il du vôtre?

Avril-p-14-Enfants.jpeg

Clairement, le sujet en valait la peine.  Pour ceux qui n’en avaient pas pris connaissance. 

Source

Commenter cet article

Archives