Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


10 astuces pour gérer un ami qui vous poignarde dans le dos

Publié par MaRichesse.Com sur 15 Mai 2014, 00:14am

Catégories : #DEVELOPPEMENT

Lorsqu'on réalise qu'un(e) ami(e) parle de nous de façon négative et nuisible dans notre dos, que doit-on faire ? Le choc initial passé, c'est important de sauver les meubles et de raccommoder nos propres sentiments. Suivez les étapes suivantes pour faire qu'un(e) bon(ne) ami(e) cesse de vous trahir. 

une-femme-entre-deux-hommes.jpg

 

1. Demandez à votre ami(e) si vous pouvez avoir une discussion calme et importante. Dites-lui que vous avez eu vent de rumeurs négatives à votre propos de vous qui viennent apparemment d'elle/lui et que vous essayez de clarifier les choses aussi rapidement et prudemment que possible.

 

 

2. Clarifiez votre position. Si les choses qui ont été dites ne sont sues que par votre ami(e), dites-le clairement. Inutile de tourner autour du pot si c'est clairement le cas. Ceci dit, dites-le gentiment et avec tact.

 

 

3. Parlez calmement. Hurler et être trop émotif n'aide généralement pas. Parlez d'une voix calme.

 

4. Demandez la version de l'histoire de votre ami(e) avant de faire des suppositions à propos de ce qui s'est passé. Utilisez des questions ouvertes pour encourager la discussion et évitez d'en poser des précises ou de faire passer un interrogatoire à votre ami(e). Écoutez attentivement et restez compatissant.

- Demandez à votre ami(e) ce qu'il/elle ressent à propos de ce qu'il/elle a dit ou fait.

Évitez de l'interrompre. Vous serez peut-être tenté(e) de corriger certaines choses qu'il/elle dit, mais ne le faites pas. Écoutez simplement pour le moment.

Parlez toujours à votre ami(e) loin des autres. Vous ne pouvez pas avoir une conversation sérieuse à propos de vos problèmes relationnels en présence d'autres personnes.

Si votre ami(e) ne répond pas ou élude le problème, insistez gentiment, mais ne le/la forcez pas. C'est important d'éviter de pousser un coup de gueule ou de tomber dans une diatribe rageuse contre votre ami(e), car cela ne fera que le/la pousser à prendre encore plus ses distances. Se faire attraper alors qu'on fait du mal à un(e) ami(e) est plus que gênant : c'est mortifiant et la plupart des gens savent que ça casse la confiance. Vous gérez de la fragilité et de la honte, alors soyez prudent. Si votre ami(e) continue de vous ignorer, laissez tomber pour le moment. Dites que vous reviendrez plus tard lorsqu'il/elle aura eu le temps d'y réfléchir. Laissez-lui du temps pour simplement laisser les choses retomber et réservez la conversation pour un autre moment.

 

5. Racontez votre version de l'histoire ensuite. Gardez une voix calme et régulière et utilisez des mots qui expriment vos sentiments. Évitez d'affirmer des choses qui sont des accusations. Expliquez simplement comment ses actes vous ont fait vous sentir. Soyez aussi gentil que possible, mais n'ayez pas l'air désespéré, accusateur ou en colère. Collez aux faits connus et précédez tout ce dont vous n'êtes pas sûr d'un commentaire tel que « je ne sais pas si c'est vrai, mais X a dit... », etc. pour montrer que vous essayez toujours de donner du sens à l'inconnu plutôt que de supposer quoi que ce soit.

Ne mentionnez pas la personne qui vous l'a dit. S'il/elle le fait, prenez-en note.

 

6. Gardez à l'esprit que les gens qui sont moins proches de vous que votre ami(e) peuvent avoir une raison de mal agir ou aiment peut-être simplement semer la pagaille. C'est important de garder l'esprit ouvert avant d'accuser votre ami(e) de vous laisser tomber et de répandre des rumeurs sur vous. Pensez à ce que vous savez des gens qui ont alimenté les rumeurs et quelles pourraient être leurs motivations. Pensez aussi à la raison pour laquelle vous pensez que votre ami(e) a pu dire quelque chose qu'il/elle n'a pas dite : peut-être qu'il/elle a dit quelque chose sans le penser, peut-être qu'il/elle a cru que la personne en face était au courant de quelque chose et que ça lui a échappé ou peut-être que votre ami(e) ignorait totalement les vraies intentions de la personne à qui il/elle parlait. Bien que les raisons de votre ami(e) n'excusent pas son comportement, elles sont des aspects importants à prendre en compte lorsque vous réfléchissez sur votre amitié.

 

 

7. Demandez à votre ami(e) si vous avez fait quelque chose qui a entrainé cette trahison. C'est important de savoir si vous avez d'une manière ou d'une autre (même si la logique de votre ami(e) est illogique, étrange ou fausse) contribué à cette situation. Peut-être qu'il/elle pense que vous l'avez blessé(e) et que c'est une façon de « vous rendre la monnaie de votre pièce ». Peut-être qu'il y a eu un malentendu. C'est important de clarifier la possibilité que votre ami puisse voir les choses sous cet angle.

Si vous avez fait quelque chose pour blesser votre ami(e), présentez vos excuses. Même si vous n'avez objectivement rien fait de mal , excusez-vous de réagir avec colère ou tout simplement pour ce qui s'est passé. Dites quelque chose du genre : « Je suis désolé(e) si je t'ai blessé(e) d'une manière ou d'une autre. Peu importe qui a tort. Je m'excuse pour les sentiments froissés que tout ça a pu créer dans notre amitié et je suis désolé(e) que ça ait pu arriver. Essayons tous les deux de mettre tout ça de côté et de redevenir amis. »

Faites la différence entre utiliser l'excuse « d'être blessé » et le sentiment réel d'être blessé. C'est une chose que vous ne pouvez juger qu'en fonction des circonstances du moment, mais ça devrait être relativement clair. Par exemple, un(e) ami(e) qui dit vous avoir trahi(e) parce que vous lui devez de l'argent et qu'il/elle avait peur de ne pas pouvoir payer son loyer, en fait des tonnes. Tandis qu'un(e) ami(e) qui dit vous avoir trahi(e) parce que vous lui avez volé son/sa petit(e) ami(e) a peut-être des raisons de se sentir blessé(e) (en fonction du contexte).

 

 

8. Dites à votre ami(e) que vous pensez que l'amitié est plus forte que les rumeurs et les commérages et que vous voulez totalement surmonter ce qui s'est passé pour rétablir la confiance dans votre relation et passer à autre chose.

Demandez à votre ami(e) ce qu'il/elle attend de vous. Cela peut varier en fonction de la situation, c'est-à-dire, s'il y a de l'envie, un malentendu, de la colère, etc.

Expliquez à votre ami(e) ce que vous attendez de lui/elle dorénavant. Utilisez la formule suivante : Je me sens _____ lorsque tu _______ et j'ai besoin que tu _______.

Préparez-vous à répondre à vos besoins mutuels. Les résolutions commencent là. Vous commencerez à vous comprendre l'un et l'autre ainsi que la situation. Lorsque vous entendrez des besoins similaires chez l'autre, les différences seront mises de côté et vous serez capables d'arranger les choses. Réfléchissez ensemble à quelques idées sur comment résoudre votre situation. Essayez de combler le plus possible vos besoins. Il devrait y avoir de l'espace pour de la négociation et/ou des compromis. Soyez prêt à abandonner une partie de vos besoins pour vous satisfaire tous les deux.

Dites à votre ami(e) ce que vous ressentez à propos de votre décision et demandez-lui s'il/elle est aussi satisfait(e).

Soyez flexible. Vous devrez peut-être accepter que votre ami(e) a fait quelque chose de stupide, mais a appris une bonne leçon et ne recommencera jamais. Rester objectif vous permet d'accepter la douleur et d'avancer.

 

 

9. Reconstruisez doucement la confiance. Ne laissez pas ces blessures durer éternellement et bloquer votre capacité à partager des secrets ou à être ouvert et honnête avec quelqu'un d'autre. La vie nous propose des épreuves lors desquelles la confiance se brise, que ce soit momentanément ou facilement. La façon dont nous réagissons à cette brèche en dit beaucoup sur notre propre personnalité et celle de l'autre personne. Plus nous sommes résistants, plus nous avons de chances d'être cléments et de donner une nouvelle chance à la personne que nous aimons, en mettant de côté le fait de prendre l'excuse de l'outrage pour rester dans notre égo blessé. Essayez une fois de plus et donnez une nouvelle chance à votre ami(e), surtout compte tenu des limites que vous vous êtes mutuellement fixées lors de l'étape précédente.

Soyez désireux de pardonner. Laissez tomber toute colère et essayez de vous concentrer sur les bonnes choses à propos de votre ami(e). Il/elle reviendra.

Discutez des éventuels désagréments et obstacles. Clarifiez la nécessité d'avancer dans votre amitié pour prévenir toute blessure réelle ou perçue de s'infecter. Plus d'ouverture devrait être la clé de votre futur ensemble.

 

 

10. Décidez quoi faire si votre ami ne veut pas discuter ou surmonter l'erreur de jugement et si vous sentez que votre amitié n'est plus viable à cause du manque de confiance ou de différences irrémédiables. Ce n'est peut-être pas la première fois que cette chose arrive ou peut-être que votre ami s'éloigne déjà de votre amitié et que c'était une façon lâche d'y mettre fin. Dans ces cas-là, protégez-vous et limitez les dégâts.

Continuez la technique du « je » et dites à votre ancien(ne) ami(e) ce que vous ressentez. Expliquez pourquoi vous ne vous sentez plus capable de rester ami(e) avec lui/elle (manque de confiance, perte d'honnêteté, éloignement, etc.).

Réalisez que ce qui s'est passé était déloyal, que vous ne pouvez pas endosser la responsabilité de ce qui s'est passé ou l'utiliser comme excuse pour ne pas faire confiance à d'autres personnes. Votre ancien(ne) ami(e) a choisi de faire ce qu'il/elle a fait et les motifs et conséquences reposent entièrement sur lui/elle.

Parlez à quelqu'un en qui vous avez confiance, peut-être un parent, un autre ami, un(e) conjoint(e) ou même un psychologue. Discutez de ce qui s'est passé avec quelqu'un de neutre qui peut vous assurer que votre blessure est réelle, mais aussi que vous la surmonterez. C'est important d'avoir une épaule sur laquelle s'appuyer dans ce genre de moment.

Évitez de chercher à vous venger. La vengeance consume tout et a tendance à vous pousser à vous rabaisser au niveau de celui/celle contre qui vous êtes en colère. Pardonnez, apprenez et avancez.

 

Conseils

Les dénégations d'un ami peuvent être sapées par des excuses de votre part, qu'elles soient justifiées ou non. Par exemple, si votre ami(e) dit quelque chose du genre : « Je ne suis pas en colère contre toi, pourquoi est-ce que tu essaies de dégrader la situation ? », excusez-vous simplement d'avoir dépassé les limites ou d'avoir trop insisté. Vous ne serez probablement pas d'accord, mais, parfois, c'est utile de montrer que vous êtes sincère et que vous voulez arranger les choses.

Restez gentil. C'est encore votre ami(e), au moins jusqu'à maintenant.

Laissez du temps. Le temps résout bien des choses et le temps soigne les sentiments blessés.

Soyez honnête. N'exagérez pas ce que vous avez entendu ou ce qu'on vous a dit.

Évitez de lui poser des questions par mail ou par texto. C'est une chose qui doit se faire uniquement face à face. De plus, c'est plus difficile d'ignorer ou de mentir en présence de l'autre.

Essayez de vous exprimer de façon compréhensible.

Dites à votre ami ce que vous ressentez, ne mentez pas pour rester ami(e) avec lui/elle, laissez ressortir vos sentiments...

 

 

Avertissements

Ne lui parlez pas en présence d'autres amis.

Certaines amitiés se terminent à différents stades de nos vies, pour des raisons variées. Et, étrangement, une amitié implique souvent des commérages ou des rumeurs à propos de quelqu'un qu'on considérait comme un bon ami. C'est bas, mais ayez pitié de celui/celle qui veut rompre une amitié d'une façon aussi mesquine et déshonorante.

Si vous restez ami(e)s, n'évoquez plus jamais cela.

 

Eléments nécessaires

Vous aurez besoin d'une voix calme, mais, par-dessus tout, vous aurez besoin d'un(e) bon(ne) ami(e), pas d'un(e) traitre(sse). 

Source 

 

A lire aussi: 

9 qualités des gens qui regorgent de confiance en eux 

Plus une personne est intelligente, plus elle fait confiance aux autres 

Le succès: 20 erreurs que vous ne devez pas faire quand vous avez la vingtaine 

5 attitudes à éviter pour être fort mentalement

Commenter cet article

Archives