Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le renoncement de Hollande a pris les politiques par surprise

Publié par MaRichesse.Com sur 2 Décembre 2016, 06:52am

Catégories : #POLITIQUE, #FRANCE

Le renoncement de Hollande a pris les politiques par surprise

Personne n'avait vraiment vu venir l'annonce du renoncement de François Hollande, y compris les responsables politiques de premier plan.

S'il est une chose que François Hollande a réussie, c'est à maintenir jusqu'au bout le suspense sur sa possible candidature pour 2017. Aussi, lorsque le président de la République a choisi de s'exprimer jeudi soir pour annoncer qu'il ne se présenterait pas à sa propre succession, de nombreux responsables politiques ont été pris par surprise, y compris parmi ses proches. Un indice au cours de la journée laissait entrevoir la nouvelle: pour la première fois, une source proche du président s'inquiétait auprès du Figaro «d'un brouillard» autour des intentions de François Hollande. Quelques heures plus tard, la même, pourtant prompte à répondre, ne décroche plus.

Les états-majors des partis d'opposition ont eux aussi été pris de court. Marine Le Pen, notamment, se trouvait à bord d'un vol de 11 heures revenant de Mayotte. Tout porte à croire que la présidente du FN n'apprendra la nouvelle qu'à sa descente d'avion, et devra improviser sur le pouce, sa réaction. Même chambardement pour le patron de l'UDI Jean-Christophe Lagarde, en vol vers la Pologne. «Désolé, j'étais dans un avion je viens d'atterrir à Varsovie», a-t-il répondu au Figaro qui lui demandait sa réaction. Bien rodée, son équipe n'a pas tardé à envoyer un communiqué laconique signé de son nom, saluant «la lucidité» de cette décision.

Mélenchon en profite

Pour d'autres, la surprise a pris une tournure plus positive. Invité par TF1 pour son 20h, Jean-Luc Mélenchon a pu réagir parmi les premiers, devant de très nombreux spectateurs. «C'est un énorme aveu d'échec», a asséné le chef de file de la France insoumise. «Il ne faudrait pas que ça fonctionne comme une amnistie pour tous ceux qui ont participé à cet échec», a encore averti le candidat. «Quant à moi, heureusement que je suis là, sinon il n'y aurait pas de candidat de gauche à l'élection présidentielle», s'est-il encore félicité. Emmanuel Macron lui aussi était au micro de RTL lorsque la nouvelle fatidique est tombée. Il a sobrement salué «une allocution extrêmement digne» et la décision d'un homme d'État.

Attendu à Pau ce soir pour faire campagne contre le bilan du président, Arnaud Montebourg a lui aussi vu ses plans perturbés. Le chantre du «made in France» a tout de même maintenu sa réunion publique, en amendant son discours à la marge. D'un ton plus grave que d'habitude, il a continué d'appeler au rassemblement de la gauche. «Il a choisi de clore par lui-même, et de lui-même, un quinquennat au contenu controversé. Il a pris une décision qui lui vaudra la reconnaissance du peuple de gauche», a-t-il simplement relevé.

Commenter cet article

Archives