Un CRS comparaît à partir de ce lundi devant les assises des Yvelines pour des viols « par personne ayant autorité », agressions sexuelles, corruption et exhibition. Cet homme de 37 ans, affecté au moment des faits à une compagnie de CRS autoroutière et révoqué depuis, réclamait des faveurs sexuelles à des femmes contre la promesse de ne pas les verbaliser. Une dizaine de victimes ont été recensées en région parisienne entre 2010 et 2013. 

 

Il présentait régulièrement « des pulsions d’exhibition »

Détenu depuis trois ans, le CRS reconnaît la « corruption passive » dont on l’accuse : « Il fait des propositions aux dames qu’il contrôle » en échange de sa clémence, a résumé, ce lundi, son avocat, Me Laurent Barone. Il nie en revanche « absolument » les faits de viol et d’agression sexuelle, reconnaissant uniquement « des relations consenties à caractère sexuel » avec certaines. Plusieurs de ces femmes, soutient l’accusé, l’ont aguiché pour obtenir son indulgence et l’une d’entre elle, dit-il aurait ainsi « mis en avant » son décolleté.

Le CRS, père de deux enfants et désormais divorcé, « n’avait plus de relations sexuelles avec sa femme » et présentait régulièrement « des pulsions d’exhibition » ainsi que le « besoin de se masturber », a rappelé son avocat. « C’est un peu le gros lourd qui insiste, qui insiste, mais quand on lui dit non il arrête. Si toutes ces dames avaient dit simplement non, il ne se serait rien passé », a assuré Me Barone. 

 

« C’est le pot de terre contre le pot de fer »

Les victimes ont, elles, croisé la route du CRS à la sortie d’une boîte de nuit des Yvelines, le Pacha Club, à Louveciennes. Parmi elles, plusieurs se sont constituées partie civile et avancent une version sensiblement différente. Elles racontent s’être trouvées honteuses, effrayées, voire tétanisées face à l’attitude de ce représentant des forces de l’ordre.

Alcoolémie la plupart du temps, mais aussi des pneus lisses ou un enfant pas attaché… Après lui avoir notifié l’infraction, le policier proposait à l’automobiliste un compromis pour s’affranchir du PV. Certaines dénoncent à ces occasions des agressions sexuelles et, pour l’une, deux viols.

 

L’une des plaignantes, une femme d’une trentaine d’années, a, en effet, croisé sa route à deux reprises. « Ma cliente est très traumatisée », a expliqué son avocat, Me Bruno Sotty. « On a un sentiment d’impuissance quand c’est un policier » que l’on met en cause, « c’est le pot de terre contre le pot de fer. » 

 

« Tu as jusqu’à demain 9 heures. Réponds oui ou non, tu couches ou pas ? »

Selon l’accusation, l’homme pouvait minorer d’emblée le taux d’alcoolémie pour paraître conciliant ou appuyer ses propositions de messages pressants. « Une petite gâterie ? », demande-t-il ainsi à l’une d’elles. Plus tard, dans un texto : « Tu as jusqu’à demain 9 heures. Réponds oui ou non, tu couches ou pas ? »

L’accusé avait déjà écopé d’une suspension de neuf mois et d’un rappel à la loi pour avoir, en 2011, tenté d’obtenir les faveurs d’une jeune femme. Concernant ces faits recensés entre 2010 et 2013, l’enquête avait débuté en 2013 par la plainte de l’une de ces femmes, qui accusait le fonctionnaire d’exhibition sexuelle. Les permis de conduire ou cartes grises de plusieurs femmes ainsi que des carnets recensant les noms et numéros de nombreuses autres avaient alors été retrouvés chez lui. Le verdict est attendu vendredi. 

 20minutes